Rivière Saint-Louis :

Le Ouaki - Ils ne veulent pas d"antenne relais dans leur quartier


Publié / Actualisé
Ils ont appris la nouvelle il y a une dizaine de jours et ils n'en reviennent toujours pas. Une antenne relais de télécommunication sera installée dans leur quartier, sur le terrain de l'une des riveraines. Un pylône de vingt mètres de haut, qui pourrait émettre sur un kilomètre à la ronde. Leur santé, leur emploi, leur maison, ce projet met toute leur vie en péril.
Ils ont appris la nouvelle il y a une dizaine de jours et ils n'en reviennent toujours pas. Une antenne relais de télécommunication sera installée dans leur quartier, sur le terrain de l'une des riveraines. Un pylône de vingt mètres de haut, qui pourrait émettre sur un kilomètre à la ronde. Leur santé, leur emploi, leur maison, ce projet met toute leur vie en péril.

Max Maillot a l’accent chantant du Sud de l'île, il dégage une certaine bonhomie mais en ce moment, il n’a pas l’esprit tranquille, il raconte la manière totalement surréaliste dont il appris l’existence de ce projet " apparemment, une affiche avait été collée par les services de la mairie dans les toilettes de l’Église, une personne que l’on connaît est tombée dessus et nous l’a glissé dans la boîte aux lettres, étant donné qu’on habite juste à côté ".

C’était le 3 novembre dernier, depuis, monsieur Maillot n’est pas serein. Il est allé en mairie pour se renseigner et pour avoir confirmation. Le dossier a été déposé en octobre dernier par un opérateur téléphonique low cost. Les travaux devraient débuter en avril 2019 et la mise en service de l’antenne est pour le mois de juin de la même année.

Monsieur Maillot a alors interpellé le maire de Saint-Louis, Patrick Malet qui lui aurait dit qu’il ne pouvait rien faire, qu’il fallait se tourner vers le Préfet.

Monsieur Maillot, résigné s’est donc tourné vers Internet. Il a cherché des cas similaires au sien et a commencé à mener des opérations de sensibilisation dans son quartier car la construction de cette antenne relais aura des conséquences sur toute sa vie.

Cette antenne, elle sera installée à cinq, six mètres de chez nous. Ma femme est assistante maternelle, dans le quartier il y en a trois ou quatre. Les parents des enfants ont déjà dit que si cette antenne est installée, ils retireront les marmailles pour ne pas les mettre en danger. Et puis on s’inquiète pour notre santé, l’intensité des ondes émises pourrait être très dangereuse. Et la dernière chose, c’est notre maison, elle va forcément perdre de sa valeur. "

En quelques jours, monsieur Maillot a réussi à rallier une vingtaine de personnes à sa cause, des gens du quartier. Ils font tourner une pétition, elle rassemble plus de quatre cent signatures. Mais ce collectif veut aller plus loin, mercredi prochain, ils vont occuper le lieu dit du Ouaki, à la Rivière Saint-Louis où sera installée l’antenne relais en signe de protestation. "On a aussi été approché par des élus, maison ne veut pas de récupération politique. On commence aussi à se renseigner pour prendre un conseil juridique" affirme monsieur Maillot. 

Quant à la dame chez qui sera posé le pylône, selon monsieur Maillot, elle percevra 500€ par mois et aura un abonnement téléphonique gratuit. Pas cher payé quand on pense aux conséquences sur sa santé…

fh/www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Aterla, Posté
    Je suis d'avis qu'on ne devrait pas mettre d'antennes si les riverains n'en veulent pas.
    Ceci dit, quand vous écrivez "quand on pense aux conséquences sur la santé" vous pensez à quoi? Des millions de gens vivent très près d'antennes (vous même peut-être) et n'ont aucune maladie spéciale.