Grogne pour Muriel Pénicaud (actualisé) :

La ministre du Travail ne rencontre pas les grévistes de Bourbon Bois et du GIHP


Publié / Actualisé
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est arrivée à La Réunion ce jeudi matin 15 novembre 2018 pour 48h de visite. Des salariés de Bourbon Bois et du GIPH,, en grève depuis plusieurs jours, sont allés à sa rencontre à la Direction du Travail à Saint-Denis pour lui exposer les raisons de leur grogne. "Nous voulons lui demander si elle trouve normal qu'une entreprise viable comme Bourbon ferme par la seule volonté du patron" a noté Clara Derfla du syndicat UR 974. A sa sortie de la Direction du Travail, la ministre ne s'est pas arrêtée pour discuter avec les grévistes et a directement filé vers le déjeuner programmé en préfecture. Une entrevue est toutefois prévue entre son directeur de Cabinet et les salariés ce jeudi soir. A noter qu'au cours de son séjour, suivant un programme fleurant bon la communication institutionnelle, Muriel Pénicaud va rencontrer des acteurs régionaux de l'emploi, de la formation professionnelle, de l'insertion et de l'apprentissage. Muriel Pénicaud a aussi prévu de revenir sur les mesures votées dans la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel et ses déclinaisons à La Réunion.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est arrivée à La Réunion ce jeudi matin 15 novembre 2018 pour 48h de visite. Des salariés de Bourbon Bois et du GIPH,, en grève depuis plusieurs jours, sont allés à sa rencontre à la Direction du Travail à Saint-Denis pour lui exposer les raisons de leur grogne. "Nous voulons lui demander si elle trouve normal qu'une entreprise viable comme Bourbon ferme par la seule volonté du patron" a noté Clara Derfla du syndicat UR 974. A sa sortie de la Direction du Travail, la ministre ne s'est pas arrêtée pour discuter avec les grévistes et a directement filé vers le déjeuner programmé en préfecture. Une entrevue est toutefois prévue entre son directeur de Cabinet et les salariés ce jeudi soir. A noter qu'au cours de son séjour, suivant un programme fleurant bon la communication institutionnelle, Muriel Pénicaud va rencontrer des acteurs régionaux de l'emploi, de la formation professionnelle, de l'insertion et de l'apprentissage. Muriel Pénicaud a aussi prévu de revenir sur les mesures votées dans la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel et ses déclinaisons à La Réunion.

Les grévistes veulent rencontrer la ministre

Les grévistes devant la direction du travail

La ministre est passée sans s'arrêter devant les grévistes

 

À la descente d’avion de la ministre, c’est d’abord la responsable de communication de la ministre qui s’adresse aux journalistes " l’entrevue avec la ministre sera brève, messieurs, dames. Plusieurs points presse auront lieu au fur et à mesure de la visite. " Le ton est donné, il va falloir aller droit au but. La première question concerne (évidemment) les blocages prévus le 17 novembre sur l ‘île.

Hasard du calendrier (oui, oui, pas de mauvaise foi…) la ministre quitte le département pour rejoindre Mayotte vendredi. Presqu’une sortie en catimini pour ne pas se faire happer par la grogne. À la question "que pensez-vous de ce mouvement du 17 novembre qui a aussi pris à La Réunion", la ministre botte en touche et explique qu’elle est à La Réunion pour rencontrer les acteurs économiques et de l’emploi.

Une autre question restera sans réponse, celle des annonces. La ministre apporte-t-elle des solutions pour lutter contre le chômage à La Réunion dans ses valises? Cette fois, Muriel Pénicaud est plus directe "j’ai l’habitude de parler une fois que j’ai vu les gens que j’ai rencontré les gens. Je me fais une idée et je vais tenir compte de tout cela."

Muriel Pénicaud compte rencontrer les parlementaires réunionnais, histoire d’intégrer les spécificités locales dans les réformes futures. Sauf que tous les parlementaires ne sont pas ouverts à la discussion. C’est le cas de Jean Hugues Ratenon, le député de la cinquième circonscription compte bien boycotter le dîner républicain organisé sous les ors de la République durant la visite de la ministre et appelle les élus réunionnais à faire de même. Regardez l’interview de Jean Hugues Ratenon.

 

Les premier mots de Muriel Pénicaud à son arrivée à La Réunion

rb/fh/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Emma, Posté
Comment une ministre du travail peut se permettre de passer à côté des employés qui vont perdre leur emploi sans un mot franchement elle aurait dû être la ministre du chomage. Vraiment dégueulasse