Mouvement du 17 novembre (actualisé) :

Le préfet : "les forces de l'ordre interviendront si les blocages entrainent des perturbations excessives"


Publié / Actualisé
À La Réunion comme ailleurs en France, la journée de mobilisation des Gilets jaunes contre la hausse des carburants et la vie chère aura lieu ce samedi 17 novembre 2018. Dans un communiqué publié tôt ce vendredi matin, la préfecture prévient qu'"en fonction d'une appréciation au cas par cas, des situations de blocage qui entraîneraient des perturbations excessives de la vie collective pourront donner lieu à l'intervention des forces de l'ordre pour rétablir l'ordre et la sécurité publics". Nous publions le communiqué du préfet ci-dessous
À La Réunion comme ailleurs en France, la journée de mobilisation des Gilets jaunes contre la hausse des carburants et la vie chère aura lieu ce samedi 17 novembre 2018. Dans un communiqué publié tôt ce vendredi matin, la préfecture prévient qu'"en fonction d'une appréciation au cas par cas, des situations de blocage qui entraîneraient des perturbations excessives de la vie collective pourront donner lieu à l'intervention des forces de l'ordre pour rétablir l'ordre et la sécurité publics". Nous publions le communiqué du préfet ci-dessous

Ce samedi 17 novembre, des collectifs appellent à des manifestations qui peuvent entraîner des difficultés de circulation à divers endroits de l’île.

Toute manifestation doit être déclarée en préfecture (zone police) ou mairie (zone gendarmerie) au moins trois jours francs avant sa date. Cette déclaration est obligatoire et doit mentionner le parcours ainsi que les mesures prises par les organisateurs afin d’assurer la sécurité des personnes participant à la manifestation ainsi que de celles qui n’y participent pas.

Le droit de manifester est un droit fondamental protégé par la loi. Il est une forme particulière de la liberté d’expression des idées et des opinions. Il doit cependant être concilié avec d’autres libertés essentielles comme la liberté de circulation et avec le respect de l’ordre public. La liberté de circulation des véhicules de secours, d’urgence et sanitaires doit notamment être respectée et assurée.

Selon les dispositions du code de la route (articles L 412-1 et R 413-19), le fait d’entraver la circulation, d’empêcher la circulation des véhicules de secours ou de gêner la circulation des autres véhicules sont passibles d’une amende et d’une peine d’emprisonnement. En effet, ces comportements peuvent être à l’origine d’accidents de la circulation et engager la responsabilité des organisateurs des manifestations et des manifestants.

Dans ce contexte, le préfet de La Réunion appelle les usagers de la route à adapter leurs déplacements et, à l’approche des ralentissements, à faire preuve de civisme et de calme : en adaptant sa vitesse, en respectant les distances de sécurité, lors de ralentissement, en signalant sa présence par l’utilisation des feux de détresse.

Les participants aux mouvements organisés le 17 novembre prochain sont invités à faire preuve d’un esprit de responsabilité et de prudence dans les actions entreprises, pour éviter tout incident. La sécurité des manifestants mais aussi de tous les usagers de la route ainsi que des personnels chargés de l’entretien des réseaux doit être une priorité absolue. Les forces de l’ordre seront attentives au respect des règles essentielles de la sécurité routière (port de la ceinture, alcool au volant, règles de priorité…).

En fonction d’une appréciation au cas par cas, des situations de blocage qui entraîneraient des perturbations excessives de la vie collective pourront donner lieu à l’intervention des forces de l’ordre pour rétablir l’ordre et la sécurité publics.

   

1 Commentaire(s)

Macatia, Posté
Nou aussi espere que demain li va envoye debouche chemin quand caroupaye et mongin vont boucher la route. il ne faut pas avoir deux poids et deux mesures.