A la une du jeudi 22 novembre 2018 :

Explosion prévisible, policiers, fermetures, une soirée plutôt calme et météo


Publié / Actualisé
BONJOUR - Voici les titres développés ce jeudi matin 22 novembre 2018

- L'explosion était prévisible, elle n'a pas été anticipée
- Violences urbaines : les policiers se sentent abandonnés de Paris
- Le point sur les administrations et transports pour ce 22 novembre
- C'était hier : après quatre nuits de violences urbaines, une soirée relativement calme
- La pa Météo France i di, sé zot i di - Matinée sous le soleil, après-midi sous les nuages
BONJOUR - Voici les titres développés ce jeudi matin 22 novembre 2018

- L'explosion était prévisible, elle n'a pas été anticipée
- Violences urbaines : les policiers se sentent abandonnés de Paris
- Le point sur les administrations et transports pour ce 22 novembre
- C'était hier : après quatre nuits de violences urbaines, une soirée relativement calme
- La pa Météo France i di, sé zot i di - Matinée sous le soleil, après-midi sous les nuages

L'explosion était prévisible, elle n'a pas été anticipée

Six jours. Six jours que durent les barrages de routes et les violences urbaines. Des gendarmes et des policiers ont été blessés, certains grièvement. Des automobilistes, des particuliers ont été menacés, volés, agressés. Des commerces ont été pillés. Poursuivis pour outrage, violence, menace de mort... des manifestants ont été condamnés, parfois lourdement. En six jours La Réunion est passée d'une situation précaire à une situation explosive. Sans qu'il soit possible de déterminer a quel moment la tension retombera. Comment on est-on arrivé là ?

Violences urbaines : les policiers se sentent abandonnés de Paris

Les forces de police sont soumises à rude épreuve après cinq jours et cinq nuits sur le terrain, face à des manifestations de Gilets jaunes en journée et des violences urbaines en marge de l'évènement, de jour comme de nuit. Trois syndicats, UNSA Police, SGP FO et Alliance Police Nationale font le point de la situation. Le manque d'effectifs sur l'île alors que la démographie s'accroit est unanimement reconnu. Des réponses sont à l'étude, comme l'éventuelle venue sur l'île (actuellement à l'étude à Paris) de quelques effectifs du RAID pour aider à rétablir l'ordre et l'arrivée effective de trois escadrons de gendarmerie mobile. Mais au-delà de ces renforts conjoncturels, les policiers attendent des réponses pérennes et adaptées à l'évolution de la démographie sur l'île.

Le point sur les administrations et transports pour ce 22 novembre

Depuis le 17 novembre, plusieurs manifestation sont apparues partout sur l'île. De nombreuses communes ont communiqués sur l'ouverture ou non des écoles. Depuis plusieurs jours une trentaine de blocages perturbent la vie de l'île. Voici les informations utiles pour les Réunionnais.

C'était hier : après quatre nuits de violences urbaines, une soirée relativement calme

Mercredi 21 novembre dans la journée, plusieurs affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants. Au Port, au rond-point Citronnelle, gendarmes et policiers ont fait face à plusieurs centaines de personnes venus en découdre. Bombes lacrymogènes contre jets de galets, une situation explosive qui a duré plus d'une heure. Plus tôt dans la journée, les forces de l'ordre ont levé le barrage en place devant la SRPP depuis plusieurs jours. Là encore, des échauffourées se sont produits. Depuis le début du mouvement le samedi 17 Novembre, 108 personnes ont été interpellées pour des violences et une trentaine de policiers et gendarmes ont été blessés. Cette cinquième nuit s'annonce donc particulièrement tendue. Le couvre feu instauré par le préfet sera-t-il respecté, y aura-t-il des débordements ? Suivez notre live

La pa Météo France i di, sé zot i di - Matinée sous le soleil, après-midi sous les nuages

Matante Rosina voit une belle matinée, cependant les régions sous le vent s'ennuagent. Le temps sera plus couvert l'après midi. Et chez vous c'est comment ?

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !