"Un homme-un mandat-une fonction" :

Cumul des mandats : Didier Robert sera-t-il prophète en sa majorité ?


Publié / Actualisé
Il y a une vingtaine de jours, La Réunion s'est couverte de jaune, La Réunion a laissé sortir sa colère, La Réunion s'est révoltée contre les injustices et le mépris patent. Pour calmer la foule, Didier Robert investit un nouveau costume, celui du défenseur du mantra " un homme - un mandat - une fonction. " Après avoir cumulé pendant des années, le président de la Région Réunion se repent et démissionne de la direction de la Société Publique Locale Réunion (SPL) des Musées Régionaux pour laquelle il percevait 6.800 euros net par mois. Dans la foulée, des élus réunionnais le suivent et abandonnent un des mandats qu'ils cumulaient. Mais qu'en est-il de la majorité de Didier Robert ? Car sur ses 31 conseillers régionaux, 22 cumulent...
Il y a une vingtaine de jours, La Réunion s'est couverte de jaune, La Réunion a laissé sortir sa colère, La Réunion s'est révoltée contre les injustices et le mépris patent. Pour calmer la foule, Didier Robert investit un nouveau costume, celui du défenseur du mantra " un homme - un mandat - une fonction. " Après avoir cumulé pendant des années, le président de la Région Réunion se repent et démissionne de la direction de la Société Publique Locale Réunion (SPL) des Musées Régionaux pour laquelle il percevait 6.800 euros net par mois. Dans la foulée, des élus réunionnais le suivent et abandonnent un des mandats qu'ils cumulaient. Mais qu'en est-il de la majorité de Didier Robert ? Car sur ses 31 conseillers régionaux, 22 cumulent...

Tableau récapitualitif de la majorité régionale :

Il faut également ajouter que la plupart sont administrateurs d'une ou plusieurs Sociétés Publiques Locales (SPL). Cependant, ils ne sont pas rémunérés pour ces fonctions, de même, ils ne perçoivent pas de jetons de présence.

Contactés pour cet article, plusieurs élus n'ont pas donné suite.

" Un mandat politique et un mandat économique sont complémentaires "

En plus d’être conseillers régionaux et vice-présidents, Bernard Picardo et Ibrahim Patel cumulent un second mandat. Le premier préside de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de La Réunion (CMAR) et le second dirige la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Réunion (CCIR). " Je cumule un mandat économique et un mandat politique, se justifie Ibrahim Patel. Ce n’est pas la même chose ! " Pour eux, il n’y a pas lieu de démissionner. " Il n’y a pas de texte de loi qui me l’interdit. Il n’y a pas de texte qui fixe cette règle, " insiste Bernard Picardo. " Je ne siège plus au CESER, j’ai démissionné le 8 décembre 2015 pour ne pas cumuler, poursuit Ibrahim Patel. Le mandat que j’ai à la Chambre de Commerce est un mandat économique, complémentaire de mon mandat à la Région. "

Quatre sont maires et conseillers régionaux…

Dans la liste, quatre conseillers régionaux sont également maires de commune. Parmi eux, Stéphane Fouassin qui est aussi président de l'association des maires de La Réunion et président de l'IRT (Ile de La Réunion Tourisme) et Valy Bachil, maires de petites communes, plutôt reculées. " Si je ne siégeais pas à la Région, explique le premier, Salazie serait invisible et n’aurait pas de représentant. Si vous n’existez pas sur le plan départemental ou régional, vous ne pouvez défendre les petites communes. " Bachil Valy, maire de l’Entre-Deux, ajoute : " nous sommes isolés, dans le monde rural et donc pénalisé. D’autant plus qu’aujourd’hui tout part dans les collectivités qui récupèrent ainsi les compétences comme le transport, le ramassage des déchets… Avec un seul mandat, ce n’est pas nous que vous pénalisez, c’est la population. " Agacé par les raccourcis et les intox qui circulent, Stéphane Fouassin souffle : " Je ne compte pas mes heures, pas mon temps. Oui, je suis à la tête de l’IRT et président de l’association des maires de La Réunion, mais c’est bénévolat. Je ne touche rien ! Je dois défendre ma commune. Si je démissionnais maintenant, ce serait une trahison envers tous mes électeurs. "

Jean-Paul Virapoullé est lui, maire de Saint-André, une commune plus importante. " Petite ou grande, il n’y a pas de différence. Tout le monde devrait pouvoir se présenter à des élections. C’est le peuple qui choisit si l’homme est capable de cumuler les mandats. " Cet ancien député-maire va d’ailleurs plus loin… La loi du 14 février 2014 interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur est " une des idioties qui nous a fait aboutir à la catastrophe actuelle, dit-il. Ce n’est pas la quantité qui fait la qualité. C’est la capacité ! " Il explique que siéger au Conseil régional lui permet de porter des projets pour sa commune, de mieux connaître le terrain et de ne pas être éloigné des réalités…

nt/www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Spartan, Posté
Attention , certains sont même pdg et non président . Pdg = salaire . Sur le temps de présence , cela me faire rire . Ils ou elles donnent des délégations de signature ... Manque à Olivier Rivière président EPF Réunion ?
By money, Posté
1 homme = 1 fonction , couyounné les gens en disant 1 mandat c’est mesquin !
Savate, Posté
J'oubliais, petit clin d'oeil à Messir THIERRY ROBERT qui sent le vent venir et qui a préféré annoncé sa retraite politique.... "le temps que ça se calme", il a oublié de préciser ! Morpion i revient toujours su lo chien
Pascale, Posté
Un homme, éventuellement plusieurs mandats, mais surtout UN SEUL SALAIRE. Voilà qui devrait freiner le "devouement" de beaucoup