Vous portez plainte contre nous....oooorrrrr :

Cher monsieur Didier Robert ceci n'est pas un appel au meurtre


Publié / Actualisé
Cher monsieur Didier Robert,
Nous sommes tellement attristés, voilà qu'après tant d'années de mou et de remous vous annoncez que vous portez plainte contre nous. Certes dans une belle histoire il y a toujours des hauts et des bas, mais là monsieur le Président de Région, vous nous soupçonnez de ne plus vous aimer ! Pis, d'appeler au meurtre contre vous ! Est-ce que nous ne nous comprenons plus ? Où sont passées nos années de bonheur ? Pourquoi tant de haine subite ?
Cher monsieur Didier Robert,
Nous sommes tellement attristés, voilà qu'après tant d'années de mou et de remous vous annoncez que vous portez plainte contre nous. Certes dans une belle histoire il y a toujours des hauts et des bas, mais là monsieur le Président de Région, vous nous soupçonnez de ne plus vous aimer ! Pis, d'appeler au meurtre contre vous ! Est-ce que nous ne nous comprenons plus ? Où sont passées nos années de bonheur ? Pourquoi tant de haine subite ?

Si nous avons bien compris, vous nous reprochez d’avoir repris l’article du Quotidien daté du vendredi 7 décembre 2018 et titré "comment Didier Robert a récupéré trois ans de salaire" en tant que PDG de la société publique des Musées Régionaux.

Il ne s’agissait en aucun cas d’un appel au meurtre. Voyons ! Pas de cela entre nous cher président de Région !

Dans l’excellente conférence de presse que vous avez tenu en votre pyramide inversée ce vendredi 7 novembre, vous vous êtes déclaré farouchement en faveur de la liberté de la presse, ce dont nous n’avons bien sûr jamais douté.

Vous avez aussi indiqué que vous n’avez "à aucun moment […] perçu la somme de 111.870 euros", avec pour preuve à l’appui, un document comptable notant qu’"à ce jour aucune sortie de trésorerie d’un montant de 111.870 euros n’a été versée au nom du Président directeur général."

Dont acte très cher monsieur Didier Robert ! Nous vous avons toujours cru et nous vous croirons toujours.

Surtout que vous avez été très clair. Vous dites qu’un salaire de 6.800 euros vous a effectivement été voté. Vous ajoutez qu’avec votre générosité habituelle, vous refusez de percevoir le moindre centime entre mars 2016 et août 2017. Par contre, avec votre franchise habituelle, vous dites avoir été payé entre " août 2017 et ce lundi " 3 novembre, date de votre démission de la SPL Musées Régionaux.

De fait, très cher monsieur Didier Robert, vous confirmez ainsi qu’il y a bien eu vote "par les instances de la SPL d’une rémunération du dirigeant social à la somme de 6.800 net par mois à compter de votre désignation à cette fonction jusqu’à ce jour (13 novembre 2018 - ndlr)"

Ceci n’est pas un appel au meurtre, mais la citation mot pour mot du procès verbal de l’Assemblée générale de la SPL des musées régionaux en date du 13 novembre et actant vos propos tenus en conseil d'adminstration le 7 novembre.

Notre lettre vous félicitant pour l’obtention de votre salaire a été publiée le jeudi 8 novembre.

Avant la publication de cet article nous avons tenté en vain à plusieurs reprises d'obtenir de vos services des explications sur le fait qu'en date du 3 juillet 2018 le conseil d’administration de la SPL a procédé "à la régularisation de ce qu’il aurait omis dans la délibération par laquelle, procédant à la désignation (la vôtre cher Président en tant que PDG - ndlr), il devait en fixer la rémunération" et que ce même 3 juillet 2018 cette rémunération a été fixée et votée à main levée à "6.800 euros net par mois". Un salaire perçu à partir d'août 2017, c'est vous cher monsieur Didier Robert qui nous l'avez dit ce vendredi lors de votre conférence de presse

Ceci n’est pas un appel au meurtre mais un simple constat basé sur les écrits de votre conseil d'administration et sur vos propres déclarations.

Et puis cher monsieur Didier Robert, pas nous bien sûr mais les vilains,  pourraient se demander : pourquoi un salaire a été voté pour que vous y renonciez ensuite ? 

Ceci n’est pas un appel au meurtre mais une question de toute bonne foi.

Et vous y avez répondu en conférence de presse : pour que la somme à laquelle vous avez renoncé serve à financer une fondation. En attendant la création de cette belle œuvre, tout cet argent, les 111.870,97 euros, a été "versé sur un compte séquestre"; dites-vous.

Vous n'avez pas précisé que les salariés licenciés de la SPL seront peut-être recrutés en priorité dans cette fondation qui sera en partie financée par des fonds publics (le montant de vos salaires abandonnés), mais nous sommes certain que vous y avait déjà pensé

Lire aussi : Quand les Musées régionaux font tout pour se séparer de deux salariés... et échouent

Et nous reconnaissons bien là votre grand cœur, hélas, si mal compris ! Comme il sera sans doute mal compris par les vilains qu'à la suite d’une question de la presse ce vendredi, vous avez reconnu meurtri que sans le mouvement des gilets jaunes, vous n’auriez jamais démissionné.

Ceci n’est pas un appel au meurtre mais une simple citation de vos propos.

Entre bons amis, nous pouvons tout nous dire. Nous avons été très surpris lorsque répondant à l’une de nos questions : "qui va payer les frais de justice" vous avez lancé : "la Région," car "c'est le président de Région qui a été attaqué." Ah bon ? Il nous semblait plutôt évident qu’il n’était question que de la SPL des Musées...

Mais il est vrai que dans un cas comme dans l'autre ce sont des fonds publics qui vont servir à attaquer des organes de presse dont celui que vous chérissez le plus : nous !

Finalement, contribuables que nous sommes, nous contribuerons, comme tous les Réunionnais, à nous attaquer.

Ceci n’est pas un appel au meurtre, juste une simple constatation.

Allez, cher monsieur Didier Robert, c’est de saison, paix et sérénité, ceci n’est pas un appel au meurtre mais de simples vœux pour les fêtes de fin d’année,

A très très vite

www.ipreunion.com

   

13 Commentaire(s)

Marron, Posté
Il faut dénoncer ce cynisme qui consiste à louer d'abord la liberté de la presse, pour mieux l'assujettir ensuite par des plaintes odieuses et sans précédentes depuis l'époque Debré.
Il faut dénoncer le site d'en face et son propriétaire machiste qui fait honte au métier de journaliste dans sa propagande indigne en faveur du président de la Région. Heureusement que les vrais professionnels de la presse commencent à en avoir assez de ce pseudo confrère aux pratiques honteuses et mercantiles. Durant la dernière guerre, le patron de ce site de communication aurait sûrement été pétainiste...
Insulaire20@hotmail.fr, Posté
J'aime beaucoup !!!
Romeo, Posté
Donner une journée parce que la france a gagner la.coupe du monde
Gilbert, Posté
heureusement que la presse est là pour enquêter sur l'utitilisation des fonds publics
si je comprends bien, Didier Robert a touché un salaire à partir de aout 2017 et pour les salaires qu'il a demandé ç lui verser avant cette date, il les fait mettre dans un compte à part dit compte séquestre. quelle trouvaille!
qui est titulaire de ce compte séquestre? et où en est on de la création de la fondation à qui cet argent sera versé? et qui va diriger cette fondation?
ça fait beaucoup de questions
heureusement, l'imagination est au pouvoir à la région
ça fait de belles enquêtes pour la presse ,
merci monsieur le président de région

A le co., depuis son mobile, Posté



Qui reste chez lui avec ses nervis
Lapi, depuis son mobile, Posté
Ou sa i li lé le SNJ ?
Sabine, Posté
Bizarre que mon post de ce matin ne soit pas encore passé... et là, vous dites que vous ne faites que des constations ou une question de bonne foi comme vous le dites dans votre article !!
Il est où votre bonne foi... vous êtes bien bas
Doclain, depuis son mobile, Posté
Bravo à vous, continuez votre beau métier et surtout que vous soyez respecter !
Le commentaire de Cobalt, Posté
C'est justement le genre de commentaire que fait ici Cobalt dans son post qui prouve l'acharnement médiatique contre Didier Robert : "continuez, ne lâchez rien" tout est dit et confirme les plaintes du Président de Région
Zinho, Posté
J aime beaucoup... L ironie est bonne c est une belle réponse. En revanche, publier un papier avec autant de fautes de français, pour un organisme de presse... Ça craint.
N hésitez pas à vous relire avant de publier.
Darge, Posté
É BAM!!!!
BAM-BAM....
ENCORE BRAVO À VOUS CONTINUER FAUT RIEN LÂCHER .
Cobalt, depuis son mobile, Posté
Merci merci
Enfin des médias qui font leur boulot !!!! Il faut que ça bouge !!
On en a assez !!!
CHABAN, Posté
Vous avez mon total soutien.
Idem pour Le Quotidien.

Nous vivons une drôle d'époque !

Amitié pour votre équipe