Tribune libre de la FDSEA :

La campagne sucrière a été catastrophique


Publié / Actualisé
La campagne sucrière s'achève ce jour, avec moins de 1,5 million de tonnes de cannes livrées. Tous les agriculteurs sont unanimes, elle aura été catastrophique, la pire de ces cinquante dernières années. Et au-delà du constat accablant, cette nouvelle campagne aura également révélé toute la fragilité du modèle économique de la filière.
La campagne sucrière s'achève ce jour, avec moins de 1,5 million de tonnes de cannes livrées. Tous les agriculteurs sont unanimes, elle aura été catastrophique, la pire de ces cinquante dernières années. Et au-delà du constat accablant, cette nouvelle campagne aura également révélé toute la fragilité du modèle économique de la filière.

D'une part, il est regrettable d'avoir dû se décider sur une date de fin de campagne par dépit. Si Téréos avait été plus coopératif et plus sensible à la situation des Canniers, en prenant l'initiative de les payer avant Noël que la campagne soit achevée ou non, les prises de position des syndicats en commission mixte paritaire auraient sans doute été bien différentes. Les membres auraient, en tout cas, défendu l'idée d'un report de fin campagne pour permettre une livraison de toutes les cannes dans des conditions acceptables.


A l'heure où le ballet des engins agricoles s'est officiellement arrêté, force est de constater que certaines exploitations détiennent encore des cannes à couper. Les délais impartis étaient trop courts pour faire le nécessaire. La conséquence est fâcheuse pour les agriculteurs : c'est une énième perte de revenus !

L'organisation de la filière ne peut pas reposer sur un seul interlocuteur, côté industrie. La relation n'est pas équilibrée. La FDSEA et les JA ont des pistes de réflexion sur des alternatives possibles, il est temps de les approfondir à la Chambre d'Agriculture, avec ses partenaires et les pouvoirs publics, et de transformer les plus pertinentes en projets concrets.

D'autre part, il est bon de prendre conscience que les aléas climatiques à répétition de ce début d'année risquent de se reproduire fréquemment. Nous devons en tenir compte.

Quant au mouvement des Gilets Jaunes, il reste exceptionnel sous bien des aspects, tout particulièrement par son ampleur et sa durée. Pour le monde agricole, qui est resté et reste solidaire sur le fond, la grogne sociale aura été une nouvelle et douloureuse illustration d'un réel problème de fond, pour lequel il convient d'apporter des solutions concrètes et pérennes.

L'heure n'est définitivement plus à poser un pansement. L'organisation de la filière ne peut plus reposer sur la seule production de canne-sucre. Les exploitations sont trop fragiles et exposées à trop d'incertitudes pour prendre le risque de la monoculture. Aussi, la diversification dans la filière canne ne doit plus seulement être envisagée. Elle doit faire l'objet d'un réel investissement de la Chambre d'agriculture. Ce n'est plus sur le papier qu'il convient d'aborder le développement de nouvelles filières comme la production de canne-énergie, de canne pour aliment de bétail, pour de nouvelles unités de fabrication de rhums, mais bel et bien aux côtés des Agriculteurs, en les apportant un soutien technique et financier et en les accompagnant à repenser le développement de leurs activités.

Avec la FDSEA et les JA, "avançons ensemble les pieds sur terre" !, pour un avenir durable et attractif.

FDSEA
 

   

1 Commentaire(s)

Run, Posté
Messieurs les agriculteurs.
Si vous n'avez qu'un seul interlocuteur c'est complètement de votre faute. Vous n'avez pas été capable durant les 20 dernières années de préparer votre entrée au capital des usines sucrières. Vous avez fait les même erreurs au départ dans les filières animales, pourtant bien organisées. Aujourd?hui vous maitriser les productions animales, ou presque, mais celles ci ne se portent pas à merveille.
La production de Canne va disparaitre. Essentiellement car votre unique objectif est de négocier vos conventions canne, en bloqunt l'ile de La réunion entièrement. Votre seul discours est de regarder ce que le Sucre Réunionnais devient en dehors de notre territoire. Mais vous vous fichez complètement de ce qu'il se passe à La Réunion. Il y a, parait-il, beaucoup de tonnes de Sucre importés sur l'Ile . Sucre de Betterave TEREOS. Cela ne vous choque pas car ce n'est pas votre problème. Les Réunionnais vont petit à petit manger du sucre de Betterave et eux même se ficheront complétement du sort de la Canne à La Réunion . je suis outré de voir dans les Grandes Surfaces ou chez certains revendeurs des sucre blancs de betterave. Que voulez vous que la Chambre d'Agriculture fasse ? Vous avez dirigé cette Chanmbre pendnat bien longtemps. C'est un lieu de lutte de pouvoir. Les élus ne pensent qu'à faire des missions en metropole payées par de l'argent public. Depuis quand une Chambre Consulaire est capable de faire des projets economiques viables ? Regarder la CCIR Quelle calamité.
Voila Monsieur FDSEA plutot que de faire des tribunes, rassembler vos adhérents, mettez vos economies sur la table et investissez. Arreter de causer agissez.