Pour faire la transparence sur les prix et lutter contre les abus :

Gilets jaunes - L'Etat nomme un délégué à la concurrence en outre-mer


Publié / Actualisé
Ce mercredi 19 décembre 2018, Francis Amand a nommé délégué à la concurrence en outre-mer par Annick Girardin, ministre des outre-mer, et Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances. "Sa mission principale consistera à renforcer la transparence des prix en outre-mer par la lutte contre les pratiques commerciales déloyales ainsi que les ententes et les abus de position dominante" indique le ministère des outre-mer. Cette nomination a lieu "dans la poursuite des engagements pris à La Réunion" lors du récent mouvement des Gilets jaunes (Photo d'illustration)
Ce mercredi 19 décembre 2018, Francis Amand a nommé délégué à la concurrence en outre-mer par Annick Girardin, ministre des outre-mer, et Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances. "Sa mission principale consistera à renforcer la transparence des prix en outre-mer par la lutte contre les pratiques commerciales déloyales ainsi que les ententes et les abus de position dominante" indique le ministère des outre-mer. Cette nomination a lieu "dans la poursuite des engagements pris à La Réunion" lors du récent mouvement des Gilets jaunes (Photo d'illustration)

Inspecteur général de l'Insee et médiateur des relations commerciales agricoles, Francis Amand travaillera en lien avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), l’Autorité de la concurrence ainsi qu'avec les Directions des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIECCTE) des cinq départements ultramarins

Cette nomination a eu lieu lors d'une réunion de travail avec "de nombreux acteurs institutionnels" sur le sur la concurrence et la consommation en outre-mer, précise le ministère.

Au cour de cette rencontre les échanges ont porté sur trois points principaux. Il a été question de "l’élaboration de nouveaux indicateurs pour apporter plus de transparence dans la construction des prix dans les territoires d’outre-mer en intégrant notamment les coûts de transport, du renforcement du rôle des sept Observatoires des prix, des marges et des revenus (OPMR) d’outre-mer et leur élargissement et des conditions d’évaluation des dispositifs de la Loi du 20 novembre 2012 relative à la régulation économique outre-mer"

"Cette réunion de travail a notamment réuni : Annick Girardin, ministre des Outre-mer ; Isabelle de Silva, présidente de l'Autorité de la concurrence ; Stanislas Martin, rapporteur général à l’Autorité de la concurrence ; Juliette Théry- Schultz, rapporteure générale adjointe de l'Autorité de la concurrence" indique le ministère.

Dans la lettre de mission adressée à Francis Amand, Annick Girardin et Bruno Le Maire affirment que "le Gouvernement entend lutter résolument contre la vie chère en apportant des réponses fortes". Ils ajoutent "les récents mouvements sociaux à La Réunion ont rappelé la nécessité d’agir vite en ce domaine".

Les deux ministres indiquent au nouveau délégué à la cocurrence "vous concentrerez votre action dans un premier temps sur le territoire de La Réunion, compte tenu de
l’urgence sociale
, et sur les marchés des biens et services de consommation courante qui concernent le plus grand nombre de consommateurs".

Il lui est demandé noamment de  recueillir "les attentes des associations de consommateurs, et les observations des acteurs économiques locaux", "de réaliser un travail de pédagogie au sujet des outils existants pour lutter contre les pratiques qui portent atteinte à une saine concurrence", "d'assurer le suivi de la mise en oeuvre des recommandations de l’Autorité de la concurrence pour le renforcement de la concurrence", "d'examiner les améliorations possibles dans la mise en oeuvre du bouclier qualité-prix" et "d'examiner également la problématique particulière des coûts de transport dans la formation des prix" ;

Francis Amand posera aussi un diagnostic "au sujet du panel d’outils de l’Etat pour lutter contre les pratiques portant atteinte au bon fonctionnement du marché, et le cas échéant les évolutions de nature à renforcer son efficacité".

www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !