Le verre de trop... :

La gueule de bois, ça vient d'où ?


Publié / Actualisé
Il nous est tous déjà arrivé d'abuser un peu sur la bibine. Si Noël est traditionnellement une fête familiale, la soirée du Nouvel an est plutôt une fiesta entre amis. Et il arrive, qu'elle soit arrosée... trop arrosée. Le lendemain, le réveil est douloureux, les souvenirs de la veille reviennent par flash et en général, ce n'est pas jojo. On a l'estomac en vrac, des poches sous les yeux, une haleine de fennec, un mal de tête à crever, la nausée, tout est flou, ça tangue et parfois, la cuite est tellement intense que les quelques heures de sommeil qui ont suivi n'ont pas suffi à décuver. Bref, la gueule de bois, ça vient d'où ? Eléments de réponse sur ces épisodes de nos vies qu'on aimerait parfois oublier...
Il nous est tous déjà arrivé d'abuser un peu sur la bibine. Si Noël est traditionnellement une fête familiale, la soirée du Nouvel an est plutôt une fiesta entre amis. Et il arrive, qu'elle soit arrosée... trop arrosée. Le lendemain, le réveil est douloureux, les souvenirs de la veille reviennent par flash et en général, ce n'est pas jojo. On a l'estomac en vrac, des poches sous les yeux, une haleine de fennec, un mal de tête à crever, la nausée, tout est flou, ça tangue et parfois, la cuite est tellement intense que les quelques heures de sommeil qui ont suivi n'ont pas suffi à décuver. Bref, la gueule de bois, ça vient d'où ? Eléments de réponse sur ces épisodes de nos vies qu'on aimerait parfois oublier...

Gueule de bois : ce qui se passe dans notre corps

Y’a pas de secret, c‘est scientifique. À la base de tous les maux : l’éthanol. Une molécule présente dans toutes les boissons alcoolisées, sa teneur varie selon les alcools. Et cette molécule ne vous veut pas du bien, elle se disperse dans votre organisme et atteint l'ensemble des organes très vascularisés, y compris le cerveau et l'oreille interne. Évidemment, pour encore en rajouter, l’éthanol est une toute petite molécule donc elle se diffuse à vitesse grand V dans le sang.

Après le verre de trop, il se passe quoi ?

On vous le dit, tout est de la faute de l’éthanol. "  Il brouille les mécanismes de transmission de l’information nerveuse et peut même détruire les neurones " expliquent nos confrères de Allo Docteurs. " Il induit un déséquilibre au niveau des neurotransmetteurs. Cela entraîne des effets excitateurs ou déshinhibants. D'où un débit de paroles incohérentes parfois chez certains buveurs. "

Tu t’es vu quand t’as bu ?

En général, quand on est ivre, on est pas au top de notre forme. Notre corps nous lâche au fur et à mesure des verres. L’éthanol atteint l’oreille interne, d’où la démarche particulière associée à l’ivresse car l’oreille interne, c’est l’organe de l’équilibre. Le cerveau compense, résultat, une sensation de vertige et des nausées. Et ne croyez pas qu’il en faille beaucoup pour arriver à ce stade. Deux verres suffisent. Les premiers effet de l’alcool se manifestent à partir de 0,5 gramme par litre de sang.

Et l’expression " avoir la gueule de bois ", elle vient d’où ?

Cette expression daterait du XVIIIe ou du XIXe siècle. La gueule désigne la bouche, qui, quand on a bien bu devient aussi sèche que du bois. D'où l'expression. 

C'est la fin de ce résumé autour de la gueule de bois pour briller en société. Évidemment, l'alcool se consomme avec modération. Et boire ou conduire, il faut choisir. 

Lire aussi : c'est Ki Ki Conduit ? Une nouvelle campagne de sensibilisation pour les fêtes

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !