Bilan routier :

Gendarmerie : 41 permis retirés, de nombreux usagers postifs à l'alcool et aux stupéfiants


Publié / Actualisé
Alcool, stupéfiants et volant. Le premier bilan routier de la gendarmerie de l'année 2019 est tombé et il est assez effrayant. Les unités engagées pour cette nuit de réveillon ont particulièrement été vigilantes aux conduite en état d'ivresse.
Alcool, stupéfiants et volant. Le premier bilan routier de la gendarmerie de l'année 2019 est tombé et il est assez effrayant. Les unités engagées pour cette nuit de réveillon ont particulièrement été vigilantes aux conduite en état d'ivresse.

Commençons par citer le dispositif mis en place aux aurores par la Compagnie de gendarmerie de Saint-Pierre sur les communes du Tampon et de Saint-Louis. Une vingtaine de gendarmes étaient sur place pour d'extraire de la circulation 35 usagers positifs à l'alcool dont 18 avec un taux délictuel entraînant rétention immédiate du permis de conduite.

A Saint-Gilles, le dispositif mis en place habituellement et très largement annoncé par tous les médias s'est une nouvelle fois avéré très opportun. Les 32 militaires composé de l'EDSR, de renforts de gendarme mobiles et de réservistes ont interpellé 54 usagers positifs aux addictions  dont :

  • 18 CEA (Conduite sous l'emprise d'un état alcoolique) délictuelles avec le taux le plus élevé de 1,19 mg/litre pour un multirécidiviste, conduisant sous le coup d'une annulation de son permis de conduire qui a été immédiatement placé en garde à vue; un de ces usagers était aussi positif aux stupéfiants (ci-dessous);
  • 30 CEA contraventionnelles dont 2 jeunes conducteurs;
  • 6 conduites après usage de stupéfiants.

Au total, 41 conducteurs se sont vus retirer leur titre de conduite.

En marge de ce dispositif, les motards ont également relevé deux défauts de permis et un défaut d'assurance.

"Malgré la campagne de sensibilisation au risque routier très bien relayée par les médias et la direction des routes, les usagers inconscients ou méconnaissant cette problématique sont toujours trop nombreux à la Réunion, indiqué ce lundi 1er janvier l'Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) de la Gendarmerie dans un communiqué . Fort heureusement, les 7 accidents survenus au cours de la nuit n'ont provoqué des blessures légères que pour deux d'entre eux. L'alcool est à l'origine de ces blessures et apparaît aussi dans un des faits matériels.

A noter aussi que la mobilisation massive des gendarmes cette nuit a permis d'empêcher deux drames de la route. Aux Avirons et à Saint-Paul, tôt ce matin, deux piétons qui déambulaient au milieu des voies de la route des Tamarins ont pu être interpellés juste à temps. Celui de Saint-Paul a donné bien du mal aux gendarmes en tentant d'échapper à son interpellation, l'individu a franchi à plusieurs reprises le terre-plein central, multipliant ainsi le risque d'accident.
L'année 2019 s'annonce animée en termes d'insécurité routière. La volonté et l'engagement des militaires dans la lutte contre le fléau des conduites addictives n'en est que d'autant plus motivé".

   

1 Commentaire(s)

Chery, Posté
HNY, 41c'est beaucoup pour certains, mais pas pour moi ... j'avais hier soir en rentrant l'impression de croiser un conducteur alcoolisé sur 2 !!!