C'était prévisible avec l'avancement du chantier (actualisé) :

Nouvelle route du Littoral : déjà 90 travailleurs laissés pour compte


Publié / Actualisé
Depuis le 31 décembre dernier, une partie du chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL), le viaduc, est quasiment terminée. Plusieurs entreprises se retrouvent donc sur le banc de touche. Environ 90 travailleurs ont déjà été remerciés. Pas de surprise, cela faisait partie du contrat, l'achèvement de l'édifice menait forcément à cette issue. Laquelle arrive en pleine crise du BTP (bâtiment et travaux publics), sans autres gros chantiers programmés et avec des commandes publiques en berne... Difficile pour les TPME (très petites et moyennes entreprises) d'arriver à reclasser leurs les effectifs déployés sur le chantier de la NRL
Depuis le 31 décembre dernier, une partie du chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL), le viaduc, est quasiment terminée. Plusieurs entreprises se retrouvent donc sur le banc de touche. Environ 90 travailleurs ont déjà été remerciés. Pas de surprise, cela faisait partie du contrat, l'achèvement de l'édifice menait forcément à cette issue. Laquelle arrive en pleine crise du BTP (bâtiment et travaux publics), sans autres gros chantiers programmés et avec des commandes publiques en berne... Difficile pour les TPME (très petites et moyennes entreprises) d'arriver à reclasser leurs les effectifs déployés sur le chantier de la NRL

Pour ces 90 personnes, les traditionnels congés du BTP vont se prolonger pour devenir une période d’incertitude et de chômage. À elle seule, cette phrase résume assez bien la situation " le chantier de la NRL, c’est comme celui de la route des Tamarins, des entreprises ont beaucoup investi, ça s’est dégonflé, résultat, on a laissé pas mal de gars sur le carreau ". Cette phrase, c’est Raymond Payet, délégué syndical à la CGTR-BTP qui l’a prononcée.

Le chantier de la NRL, a permis à certaines entreprises de se maintenir ou de se remettre à flot. Mais une fois la mission terminée, les personnes engagées pour renforcer les équipes sont de trop. Raymond Payet affirme que " les personnes en CDI ont pu, pour la plupart, être reclassées au sein de leur entreprise" mais celles embauchées sous des contrats plus précaires (en contrat de fin de chantier par exemple) n’ont pas eu la même chance.

Selon Raymond Payet, certains se sont portés volontaires pour aller travailler sur le chantier du Grand Paris. Un chantier titanesque qui devrait être entièrement livré en 2030. Une mobilité que tous les ouvriers ne peuvent pas se permettre, les conditions pour partir sont d’ailleurs assez opaques. Ces départs volontaires seraient en partie financés par la Région mais difficile de savoir dans quelle mesure.

Le syndicaliste avance qu’il y aurait aussi une possibilité d’être ré-embauché pour ceux qui restent. Lorsque les travaux de la digue entre la Grande Chaloupe et La Possession et l’accès côté Saint-Denis débuteront.

Jacky Balmine, le secrétaire de la CGTR-BTP mise sur un autre gros chantier qui devrait commencer d’ici quelques mois : le projet " Portes de l’Océan " au Port. Une promesse de construction d’environ 150 logements.

Lire aussi : Le Port veut ouvrir sa ville sur la mer

La fin d’une partie du chantier de la NRL était prévisible, mais elle laisse un goût amer à Jacky Balmine. Surtout que depuis quelques semaines, une rumeur court : le groupe Vinci serait en train de recruter des ouvriers en métropole pour venir faire les travaux d’enrobé sur la NRL. Une rumeur qui n’a été, ni réfutée, ni confirmée par Vinci qui n’a pas répondu à nos demandes d’interview. Dans tous les cas, cela fait réagir Jacky Balmine " si c’est avéré, nous ne laisserons pas faire, il y a toute la main d’œuvre qualifiée qu’il faut ici, à La Réunion. La situation du BTP en local est très catastrophique, on ne peut pas laisser passer " s’indigne-t-il.

Bernard Siriex, le président de la Fédération réunionnaise du bâtiment et des travaux public (FRBTP) déplore aussi cette fin d’année 2018 difficile " cela ne fera que mettre d’autres chômeurs dans le système. Aujourd’hui, il y a plus de chômeurs que de travailleurs dans la filière du BTP à La Réunion. " Le patron de la FRBTP attend beaucoup de la réunion qui devrait se tenir à Paris fin janvier avec les différents acteurs du BTP et l’État " on veut un plan Marshall sur le logement. Actuellement, à La Réunion, 22.000 familles sont en attente d’un logement et pourtant, rien ne bouge. On doit offrir un parcours locatif à nos jeunes et redresser la barre dans le BTP " finit-il.

Selon une étude de l’Insee en collaboration avec la DEAL, à l’horizon 2035, La Réunion a besoin de 169.000 logements supplémentaires pour faire face à la croissance démographique.

www.ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

Marc974, Posté
A Imaz press vous croyez quoi vous autres ces gens ne sont pas fonctionnaires. Tout le monde ne peut justifier d'un emploi protègé donc il faut s'adapter. Les chantiers c'est ainsi. Critiquer la région ny change rien sauf dans votre habituelle vision politique
CECCU , depuis son mobile, Posté
Demandez à MR ROBERT de faire une autre route du littoral comme ça il y aura un peu de boulot et après beaucoup d'impots et après on recommence encore et encore et on raconte licenciement alors que c'est fin du contrat faut dire la VÉRITÉ et c'est pas facile quand on emploi quand on embrouille et quand on promet de garder les emplois en sachant au départ que ce sera pas possible alors c'est la faute au autres comme toujours
C'est quoi le but , depuis son mobile, Posté
Je voudrais comprendre , c'est quoi le but de votre article ??? Il y a un début de chantier et une fin . Tout le monde dans le milieu du BTP connaît les règles . Après il y a les apprentis journalistes qui souhaitent peut être le bétonnage de l'île juste pour que des gens aient du travail. Et bien non . Cela me rappelle l'abruti hollande qui a acheté des TGV, alors que la SNCF n'en n'avait pas besoin . Juste pour faire travailler Alstom le fabriquant. Zéro pointé.
Tiluch78, Posté
Comme en métropole la situation est grave ceci explique cela du transfert que je viens de vous faire de la fameuse Europe depuis pour sa création il faut remonter bien, depuis de Gaulle qui voyait l'Europe à l'Oural comprise. Cela ne pouvait fonctionner à cause de la Sibérie puis l'URSS de l'époque voyait cela d'un mauvais oeil. C'est malheureux de le dire. Il n'y a plus de guerre qui relançait l'économie,les usines tournaient il n'y avait pas de chômage... Notre planète se trouve en surpeuplement.
Zeus69, Posté
Ceci etait stipulé dans les contrats d'embauche , donc pas une surprise !!
Atbo , Posté
Fin de contrat de chantier ...licenciement...question de vocabulaire; le résultat est le même, ils n'ont plus de boulot et viennent allonger la liste des demandeurs d'emploi. Ils avaient juste des CDD déguisés....
Ste suzanne , Posté
faut pas confondre fin de contrat de chantier et licenciement arrêtez de donner de faux information