[LIVE/PHOTOS/VIDEOS] Défrichage et sondages en cours sur le site :

Bois Blanc : des engins de chantier sur la carrière


Publié / Actualisé
Les travaux pour la carrière de Bois Blanc ont-ils déjà commencé ? Depuis ce matin, mercredi 9 janvier 2019, des engins de chantier sont photographiés et filmés sur le site par le collectif "Touch pa nout Roche". Le promoteur SCPR a été autorisé à exploiter la carrière par un arrêté préfectoral pris le samedi 29 décembre 2018 par Amaury de Saint-Quentin.
Les travaux pour la carrière de Bois Blanc ont-ils déjà commencé ? Depuis ce matin, mercredi 9 janvier 2019, des engins de chantier sont photographiés et filmés sur le site par le collectif "Touch pa nout Roche". Le promoteur SCPR a été autorisé à exploiter la carrière par un arrêté préfectoral pris le samedi 29 décembre 2018 par Amaury de Saint-Quentin.

• "Depuis six heures ce matin entre 700-800 m2 ont été défrichés par un bulldozer et deux tractopelles," dénonce Cécile Herbelin du collectif Touch pa nout roche. Trois militantes sont sur place

• Ce sont des travaux de défrichage et de sondage, réalisés par la SCPR

• RAPPEL - L'autorisation d'exploitation de la carrière de Bois blanc a été émise par le préfet en décembre dernier.

Lire aussi => Le promoteur SCPR autorisé à exploiter la carrière de Bois blanc

www.ipreunion.com

  • IPR

    [Le maire de Saint-Leu dénonce un " traitement de faveur " accordé à la SCPR]

    Dans un communiqué de presse, l'édile précise que "à La Réunion, le Code Forestier interdit le défrichement... sauf exception ". Bruno Domen accuse la DAAF (Direction de l'Alimentation, de l'agriculture et de la forêt) d'avoir " autorisé la SCPR à déroger à l'interdiction de défricher sans même attendre la période hivernale". 

    L'édile termine en s'étonnant " décidément dans ce projet de carrière accordé à la SCPR, filiale de la multinationale Colas, toutes les autorisations données par le représentant de l'État et ses services sont DÉROGATIONS, EXCEPTIONS, IRRÉGULARITÉS (annulation schéma de carrière...) Pourquoi un tel traitement d'exception accordée à cette multinationale. "

  • IPR

    Sondage et défrichage

    Les travaux en cours sont menés par la SCPR,  l'entreprise a été autoriseé à exploiter la carrière par un arrêté préfectoral le 29 décembre dernier. Les ouvriers en tenue orange du chantier de la Nouvelle Route du Littoral défrichent et font des sondages pour évaluer la qualité et la quantité de roche massive.

    L'ambiance est plutôt bonne sur place. Les trois militantes de Touch pa nout Roche dialogues avec les ouvriers.

     

  • IPR

    Vacances du BTP ?

    Même si nous sommes en pleine période de vacances du BTP, rien n'empêche une entreprise de travailler si elle le souhaite. "Pour certaines, les mois de janvier et de février sont le pleine emploi comme les sociétés de climatisation, explique Arnaud Dagallier, directeur de la caisse des congés payés du BTP. La fermeture et les vacances ne sont sont ni obligatoires ni contraignantes."

  • IPR

    Des travaux de défrichage et de sondage sont en cours sur le site de la carrière de Bois Blanc. Brigitte dénonce la destruction de l'environnement : "C'est aujourd'hui qu'il faut bouger ! Il y aura des dégâts, un tas de dégâts"

    Brigitte rappelle que jusqu'à 340 tonnes de nitrate d'ammonium pourront être stockés sur le chantier de la carrière. Une substance dangereuse et explosive.

    Lire aussi => Carrière de Bois blanc : 340 tonnes de nitrate d'ammonium pourront être stockées sur place

     

  • IPR

    Suivez notre live sur Facebook :

  • IPR

    RAPPEL - L'autorisation d'exploitation de la carrière de Bois blanc a été émise par le préfet en décembre dernier. Les roches extraites seront uniquement destinées au chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

    En réaction, le maire de Saint-Leu avait annoncé qu'il déposerait un recours en expliquant prendre acte de cette "décision préfectorale incompréhensible."

    Lire aussi => Le promoteur SCPR autorisé à exploiter la carrière de Bois blanc

  • IPR

    Bonjour bonjour,

    Depuis 6 heures ce matin, des engins de chantier sont signalés sur le site de la carrière de Bois Blanc : "Entre 700-800 m2 ont été défrichés par un bulldozer et deux tractopelles. Il n’y a pas de panneau visible, pas d'autorisation visible," dénonce Cécile Herbelin du collectif Touch pa nout roche.

    Les travaux pour la carrière ont-ils commencé ?

    Selon Cécile Herbelin : "le compromis de vente est en cours, la SCPR n’est pas encore totalement propriétaire, pour le moment la Ravine du Trou est encore un terrain privé". Interrogé par le collectif le propriétaire affirme que les travaux d’exploitation de la carrière n’ont pas encore débuté et qu’il fait tout simplement creusé un chemin...

A propos

Depuis 6 heures ce mercredi matin, 9 janvier 2019, des engins de chantier sont signalés par le Collectif Touch pa Nout Roche sur le site de la carrière de Bois Blanc.

Ce projet de carrière est un véritable serpent de mer. Le dossier connaît son dénouement en décembre 2018 et l’avis du Préfet est définitif. Plus rien ne peut enrayer la bonne marche du projet. Le collectif Touch pa tout roche aura pourtant fait des pieds et des mains, lors de leur troisième grosses action coup de poing, les membres du collectif ont réussi à mobiliser plus de 5.000 personnes pour faire une chaîne humaine et dire "trois fois non" à la carrière de Bois Blanc.

Lire aussi : Bois-Blanc : une chaîne humaine de 5000 personnes pour dire non à la carrière

Côté politique, le maire de Saint-Leu, Bruno Domen sera resté sur la même longueur que son prédécesseur Thierry Robert, il aura d’ailleurs, dans sa tribune libre la plus récente dénoncé " ce passage en force de l’Etat et du Président de Région pour dérouler le tapis rouge à une multinationale en position de monopole depuis 50 ans à La Réunion qui participe à maintenir des prix élevés sur le marché des matériaux du BTP ". En vain.

Lire aussi : Le préfet modifie le plan local d'urbanisme et permet l'implantation de la carrière

Lors du dernier avis consultatif de la Commission départementale de la nature, des sites et des paysages, le collectif Touch pa tout Roch avait rappelé son opiniâtreté à continuer le combat mais ne se faisait pas beaucoup d’issue quant à l’issue de ce dossier.

Lire aussi : Bois Blanc : des procédures seraient déjà enclenchées pour l'ouverture de la carrière

Avec la publication de cet arrêté préfectoral, la SCPR pourra prochainement déposer un permis de construire pour l’implantation de sa carrière à Bois Blanc.

En réaction à l'autorisation d'exploitation de la carrière de Bois blanc émise par le préfet, le maire de Saint-Leu a d'ores et déjà annoncé qu'il déposerait un recours en expliquand prendre acte de cette "décision préfectorale incompréhensible."

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Sissi974, Posté
Oté peuple de bois blanc et autres usagers de cet environnement, lève à zot, ouvre zot yeux, éveille les consciences, pour stopper ces erreurs humaines, aux conséquences irréversibles !