De nombreux locataires en difficulté :

La CNL dénonce le gel des allocations logement et l'augmentation des loyers


Publié / Actualisé
Pour le début de l'année 2019, la CNL (Confédération nationale du logement) dénonce la politique du logement du gouvernement et aussi l'augmentation des prix des loyers dans les logement sociaux. En 2017, l'exécutif a baissé l'allocation logement de 5 euros, en 2018 un gel a été annoncé. Pendant ce temps les loyers et les charges locatives augmentent mettant en difficulté de nombreux locataires de l'île. Un nouveau système d'actualisation est mise en place par la CAF dès janvier 2019, elle sera en temps réel et les allocataires devront le faire chaque trimestre. Peu de locataire sont au fait de cette nouvelle mise à jour. Erick Fontaine fait le point.
Pour le début de l'année 2019, la CNL (Confédération nationale du logement) dénonce la politique du logement du gouvernement et aussi l'augmentation des prix des loyers dans les logement sociaux. En 2017, l'exécutif a baissé l'allocation logement de 5 euros, en 2018 un gel a été annoncé. Pendant ce temps les loyers et les charges locatives augmentent mettant en difficulté de nombreux locataires de l'île. Un nouveau système d'actualisation est mise en place par la CAF dès janvier 2019, elle sera en temps réel et les allocataires devront le faire chaque trimestre. Peu de locataire sont au fait de cette nouvelle mise à jour. Erick Fontaine fait le point.

À La Réunion, la CNL estime que 80% des locataires dans les logements sociaux bénéficient de l'allocation logement. Une enquête de l'Armos OI ( Association régionale des maîtres d'ouvrage sociaux et aménageurs de l'Océan Indien) précise que le revenu brut des locataires a diminué de 4% sur ces deux dernières années. Pourtant le gouvernement a baissé l'allocation logement de 5 euros (octobre 2017) et en 2018 pour faire des économies, a décidé de geler cette allocation. Pendant cette période, les loyers n'ont pas augmenté sauf certaines situations comme par exemple la SEMADER en grandes difficultés financières).

En 2019 les loyers augmenteront de 1,34% dans les logements sociaux

"Cette augmentation de loyer va impacter lourdement le porte-feuille des locataires ... l'allocation logement ne sera pas valorisée de 2% mais seulement de 0,3%" indique Erick Fontaine. Cette révision de loyer principal est effectué chaque année au 1er janvier en fonction de l'indice de référence des loyers (IRL). La date de l'IRL des loyers pris en compte est celle du 2ème trimestre de l'année précédente. Il y a donc une injuste supplémentaire en 2019. Les locataires avaient déjà subi une perte comprise en 5 et 8 euros par mois en 2017 et 2018. Sur l'année 2018 c'est près de 195 euros de dépenses supplémentaires pour les locataires qui n'ont pas eu de revalorisation de minima sociaux ou pas d'augmentation de revenus. En 2019, les bailleurs sociaux augmentent les loyers de 1,25% et les charges locatives explosent jusqu'à 60% pour certains bailleurs.

1 milliard d'économie en 2019, 2 milliards pour 2010 "sur le dos des locataires"

Dans une logique d'économie, le gouvernement souhaite récupérer un milliard en 2019 et jusqu'à 2 milliards en 2020. "La technique est simple ils vont demander, à partir de cette année à ce que les locataires fassent une déclaration tous les trois mois de leurs revenus. Si vous ne faites pas cette déclaration, l'allocation sera coupée" précise Erick Fontaine. L'ancienne actualisation se faisant sur les revenus N-2, peu de locataires sont au courant de cette nouvelle mesure. "De manière concrète, un jeune salarié qui avait une allocation logement qui est était calculée sur l'année N-2. N'aura plus d'allocation logement ... Se pose de manière concrète aujourd'hui la situation de c'est gens qui sont dans des logements sociaux. L'allocation logement peut-être supprimée. Comment ces gens vont payer leurs loyers ?" s'inquiète l'administrateur de la CNL. La confédération attend désormais le retour des bailleurs sociaux afin de discuter des charges locatives qui représentent "16 à 20% du prix du loyer" et trouver des solutions pour armoniser et faire baisser ces charges en faveur des locataires.

jb/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !