Après l'avis du Conseil national de la protection de la nature :

Carrières : les collectifs, associations et politiques font front commun


Publié / Actualisé
Le 21 décembre dernier, le Conseil national de la protection de la nature a émis un avis défavorable sur le projet de la nouvelle route du Lirroral. Un avis, certes consultatif mais il peut être déterminant. L'institution rattachée au Ministère de la transition écologique, pointe du doigt l'impact environnemental du projet, notamment la digue qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le bois de paille en queue. Le CNPN demande aussi des comptes sur les carrières et l'exploitation des roches massives. Le CNPN recommande à l'État de demander une nouvelle expertise à la Région. Ce dernier point est à l'origine de la réunion de ce samedi 19 janvier matin. Associations, collectifs citoyens, politiques tournés vers l'environnement et contre les projets de carrières se sont retrouvés à Saint-Paul. L'objectif de la rencontre : faire front commun en créant un collectif de signataires " influents " à but unique.
Le 21 décembre dernier, le Conseil national de la protection de la nature a émis un avis défavorable sur le projet de la nouvelle route du Lirroral. Un avis, certes consultatif mais il peut être déterminant. L'institution rattachée au Ministère de la transition écologique, pointe du doigt l'impact environnemental du projet, notamment la digue qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le bois de paille en queue. Le CNPN demande aussi des comptes sur les carrières et l'exploitation des roches massives. Le CNPN recommande à l'État de demander une nouvelle expertise à la Région. Ce dernier point est à l'origine de la réunion de ce samedi 19 janvier matin. Associations, collectifs citoyens, politiques tournés vers l'environnement et contre les projets de carrières se sont retrouvés à Saint-Paul. L'objectif de la rencontre : faire front commun en créant un collectif de signataires " influents " à but unique.

Ce collectif regroupant ces acteurs opposés aux projets de carrières ne demande pas mais exige de l’État, du préfet et de la Région la réalisation de l’expertise  recommandée par le CNPN. Et dans l’attente du résultat, l’arrêt immédiat de tous travaux et procédures pour cette partie en digue sur remblais et notamment des travaux connexes de carrières sir sites de Bois blanc, Bellevue, Lataniers ainsi que l’arrêt d’enlèvement massif d’andains dans l’Ouest. Pour venir appuyer ces requêtes, le sénateur Michel Dennemont était au rendez-vous, il parle à bâtons rompus accusant le préfet "d'être de connivence avec la Région et les multinationales" et se disant prêt à quitter le groupe La République en Marche au Sénat si il n'est pas entendu par Emmanuel Macron sur la question des carrières, regardez :

Cette rencontre était à l’initiative du collectif Lataniers nout kir d’vie. Étaient aussi présents d’autres collectifs que l’on ne présente plus, Touch pa nout roche, detrui pas nout Bellevue ainsi que la Srepen, EELV, PLR, et d'autres encore. Le mot d’ordre : l’union fait la force. Selon Stépanie Gigan suite au dernier avis révélateur et accablant du CNPN, il est URGENT d’agir ! Le collectif appelle à un véritable appel au réveil des consciences, regardez

 

Pour rappel, l'avis du Conseil national de protection de la nature est consultatif. L'État pourrait donc choisir de ne pas suivre les recommandation de l'institution. 

Lire aussi : Conseil national de la protection de la nature : un avis défavorable pour le projet de la NRL

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !