Rien n'étant réglé, on savait qu'ils reviendraient :

Gilets jaunes : une (très) prévisible reprise des actions coup de poing


Publié / Actualisé
Les Gilets jaunes remettent le couvert et ils frappent fort. Du tout-venant déversé sur la chaussée à l'entrée Ouest de la Route du Littoral. Résultat : plusieurs dizaines de kilomètres d'embouteillage cumulés dans les deux sens de circulation. Des automobilistes remontés qui accusent les Gilets jaunes de " prendre la population en otage ". Beaucoup sont sonnés, pris par surprise le jour de la rentrée. Ce retour en force du mouvement est-il vraiment surprenant ? Non. Jusqu'ici quelles ont été les réponses apportées aux Gilets jaunes pour mettre fin à la crise sociale, économique et politique qu'ils dénoncent ? Aucune.
Les Gilets jaunes remettent le couvert et ils frappent fort. Du tout-venant déversé sur la chaussée à l'entrée Ouest de la Route du Littoral. Résultat : plusieurs dizaines de kilomètres d'embouteillage cumulés dans les deux sens de circulation. Des automobilistes remontés qui accusent les Gilets jaunes de " prendre la population en otage ". Beaucoup sont sonnés, pris par surprise le jour de la rentrée. Ce retour en force du mouvement est-il vraiment surprenant ? Non. Jusqu'ici quelles ont été les réponses apportées aux Gilets jaunes pour mettre fin à la crise sociale, économique et politique qu'ils dénoncent ? Aucune.

Finalement, qu’est-ce qui a changé à La Réunion depuis le début du mouvement social ? Pas grand chose.

Certains élus semblent plus attentifs aux demandes du peuple mais à un an des élections municipales, on peut douter de leur sincérité.

Dans le cadre du débat national, des cahiers de doléances commencent à être installés dans les mairies (à La Possession, à Saint-Denis, à Bras-Panon…) mais personne n’a entendu parler de file de citoyens se pressant pour donner leur avis.

Les Gilets jaunes s’organisent et mettent en place des Kaz du Peup mais ces revendications vont-elles être entendues et par qui ?

Des son côté, Emmanuel Macron s’est lancé dans une grande tournée pour écouter les maires et les citoyens, mais concrètement, le gouvernement va-t-il reculer ?

Pour montrer que les Outre-mer ne sont pas les grands oubliés de ce débat national, opération séduction avec les élus ultramarins vendredi prochain à l’Élysée. Le déroulé de cette rencontre, on ne le connaît pas, ce que l’on sait d’ores et déjà, c’est que plusieurs élus réunionnais ont décliné l’invitation. Ils n’ont pas digéré les Assises des Outre-mer…

On nous accusera d’être pessimiste, des annonces, il y en a eu quelques unes. Après onze jours de paralysie de l’île, Annick Girardin débarque en urgence à La Réunion. Ses annonces ne sont que des redites du Plan pauvreté dévoilé par Emmanuel Macron quelques mois auparavant. La seule " vraie " annonce, c’est que ces mesures seront appliquées un an plus tôt dans le département pour faire face à l’urgence sociale.

Lire aussi : Annick Girardin : l'attente déçue...

La ministre des Outre-mer va au front, écoute les Gilets jaunes. Annick Girardin marque des points et arrive à calmer la grogne. Sauf qu’au 1er janvier 2019, aucune des mesures qu’elle avait annoncées n’est effective. Aucune. Finalement, elles entreront en vigueur en même temps que sur le reste du territoire national, en 2020. Adieu l’exception réunionnaise. Adieu l’urgence sociale. Adieu les promesses. Adieu surtout, la confiance en ce gouvernement qui était déjà bien entamée.

Lire aussi : minimum vieillesse : les 900 euros, ce n'est pas pour maintenant

Lire aussi : vous pensiez avoir une paire de lunettes gratuite au 1er janvier 2019, c'est raté !

C’est peut-être cela qui a mis le feu aux poudres. Les Gilets jaunes ont voulu voir avant d'agir et ils n'ont pas été déçus du voyage ! Ce qu'ils ont vu, c'est le néant. Eux qui dénonçaient " mépris et démagogie " de la part de la classe politique et demandaient du changement, de la transparence, de l’honnêteté et des actes ont en eu pour leur argent. L’épisode Girardin a mis de l’huile sur le feu, les Gilets jaunes se sont sentis floués, trompés pire, ils ont eu l’impression d’avoir été pris pour les dindons de la farce. Et on le sait, le Réunionnais est fier. 

Remettre la faute sur la ministre des Outre-mer serait choisir la facilité. Annick Girardin n’a pas le dernier mot. Finalement, elle a géré la situation avec ce qu'on lui a donné, c'est-à-dire des bouts de ficelle. C’est au plus haut sommet de l’État que les décisions sont prises. Et il semblerait qu’Emmanuel Macron ait décidé que La Réunion n’a pas besoin des mesures d’urgence annoncées par sa ministre.

On vous l’avait déjà annoncé, pas besoin d’être devin pour le voir venir. À la fin des deux semaines intenses de mobilisation des Gilets jaunes, certains commençaient à se dire que le mouvement était mort et enterré, usé par une guerre fratricide qui se jouait en interne. Mais il fallait voir au-delà,  la vraie question n’était pas : les Gilets jaunes vont-ils arriver à se mettre d'accord et de nouveau mener des actions coup de poing ? Mais plutôt quand vont-ils le faire ? Et ça n'a pas loupé.

Lire aussi : circulation difficile sur la Route du littoral

En même temps, rien n'a bougé, les revendications du départ sont les mêmes, les Gilets jaunes attendent toujours. Tant que la crise sociale qui gangrène notre île depuis plusieurs décennies continuera, tant que le gouvernement restera sourd à leurs à leurs plaintes, tant que 40% de la population réunionnaise continuera à vivre sous le seuil de pauvreté, tant que les personnes qui vivent des minima sociaux seront toujours bien plus nombreuses ici que dans l’Hexagone, tant que le chômage restera bien plus élevé ici qu’en Métropole, tant que l’Égalité réelle restera un mythe, les Gilets jaunes resteront déterminés et mobilisés.

Lire aussi : C'est la rentrée, les Gilets jaunes ont repris du service

Obtiendront-ils gain de cause ? De la réponse à cette question dépend le proche avnir de La Réunion.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Hervé, Posté
ce type d'action ne gène que les "citoyens"(si ce terme a encore un sens) et est provoqué par des personnes qui n'ont rien d'autre à faire et dénaturent complètement le "ras le bol" général
CECCU , depuis son mobile, Posté
On voit bien qu'ils n'ont rien a faire ils feraient bien mieux d'aller chercher du travail ou de faire des heures supplémentaires çà leur rapporterait plus plutôt que d'aller empêcher les gens de travailler bandes de CHOMISTES professionnelles (supprimer pour injures - webmaster)
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...