[LIVE - PHOTOS] Certains pourraient être expulsés dès cette semaine (actualisé) :

Migrants : quasiment toutes les demandes d'asile refusées par le tribunal administratif


Publié / Actualisé
Sur les 68 migrants sri-lankais, seuls deux pourront entamer les démarches pour demander l'asile. Pour les autres, le tribunal administratif a jugé leur requête infondée. "Tous les recours sont épuisés, ces personnes peuvent désormais être renvoyées à tout moment au Sri Lanka" ont précisé les avocats des 68 migrants. C'était leur dernier espoir, une cinquante de migrants sri-lankais arrivés à La Réunion le mardi 5 février 2019 à bord de l'Imula passaient de nouveau devant la justice ce mercredi 13 février. Cette fois c'est au tribunal administratif que tout se jouait pour les ressortissants du Sri Lanka. Ils ont fait appel du rejet de leur demande d'asile à la frontière prononcé par le ministère de l'Intérieur après un avis négatif de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra). Seuls 4 des 72 migrants avaient obtenu l'autorisation de séjourner librement à La Réunion.
Sur les 68 migrants sri-lankais, seuls deux pourront entamer les démarches pour demander l'asile. Pour les autres, le tribunal administratif a jugé leur requête infondée. "Tous les recours sont épuisés, ces personnes peuvent désormais être renvoyées à tout moment au Sri Lanka" ont précisé les avocats des 68 migrants. C'était leur dernier espoir, une cinquante de migrants sri-lankais arrivés à La Réunion le mardi 5 février 2019 à bord de l'Imula passaient de nouveau devant la justice ce mercredi 13 février. Cette fois c'est au tribunal administratif que tout se jouait pour les ressortissants du Sri Lanka. Ils ont fait appel du rejet de leur demande d'asile à la frontière prononcé par le ministère de l'Intérieur après un avis négatif de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra). Seuls 4 des 72 migrants avaient obtenu l'autorisation de séjourner librement à La Réunion.

 

 

 

  • IPR

    Expulsés dans la semaine

    Cinq migrants sur soixante-douze ont obtenu l'autorisation de séjourner à La Réunion. Ils ont pu prouver qu'ils étaient persécutés dans leur pays. "Certains ont montré les mutilations qu'ils ont subi à la suite des tortures infligées" expliquent des avocats. "Il est faux de dire que la guerre civile dans ce pays est finie depuis 9 ans et qu'on peut y vivre en sécurité" ajoute un proche du dossier. "Des groupuscules ultra violents se sont constitués à la fin de cette guerre civile et ils persécutent les minorités. Dire que la sécurité est revenu aiu Sri Lanka parce que la guerre est finie, revient à dire que l'on aller en Syrie en toute quiétude parce que l'Etat islamique a été battu" s'exclame la même source.

    Tous les migrants qui n'obtiendront pas l'asile, ils sont déjà une quinzaine, pourraient êre expulsés versle Sri Lanka dès cette semaine.

    Ils peuvent être reconduits tous ensemble dans le même avion. "Rien ne l'interdit reglementairement. C'est simplement une question de moyens et de logistique : il faut trouver un avion potentiellemetn capable de rnasporter une cinquantaine de migrans et une centaine de membres des forces de l'ordre puisqu'il faut deux policiers ou gendarmes par migrants" déclare une source proche du dossier

  • IPR

    Les débats se poursuivent.

    Le tribunal adminsitratif rendra sa décision dans le courant de la journée

  • IPR

    Espoir

    C'est sans doute la dernière fois que les migrants sont devant une juridiction. Ils espèrent que le tribunal leur donnera l'autorisation de rester sur le territoire de La Réunion si tel est le cas leur placement en zone d'attente sera levé et la menace d'une expulsion immédiate vers le Sri Lanka s'éloignera

     

  • IPR

    En petits groupes

    Les migrants entrent par petits groupes dans la petite salle d'audience du tribunal administratif. Ils se présentent un par un à la barre. Un interprète traduit les questions et les réponses. Les débats vont durer quelques heures.

  • IPR

    Bonjour, à vous tou(te)s

    Nous sommes au tribunal administratif où se trouvent les migrants qui ont fait appel de rejet de leur demande d'asile. Restez avec nous, nous sommes en live

À propos

• Fin des recours

Les magistrats de la cour d'appel ont rendu leur décision mardi  : les 68 migrants sri-lankais sont maintenus en zone d'attente. Ils ont la possibilité de se pourvoir en cassation, mais leurs avocats ne se font guère d'illusions : "nos clients peuvent être envoyés cheez eux à tout moment" disent-il 

Comme devant les JLD du tribunal correctionnel, les 61 migrants (les adultes et un mineur isolé, les sept autres mineurs sont rattachés au dossier de leurs parents ) ont été entendus un par un ce lundi par les magistrats de la cour d’appel.

Lire aussi => Soixante-huit migrants sri lankais au tribunal

• Toujours confinés

A l'issue de l'audience les 7 femmes, leurs maris et leurs enfants ont été reconduits dans le local de confinement à l'aéroport Roland Garros. Les hommes seuls ont été ramenés à l'hôtel dionysien où ils sont confinés depuis leur arrivée.

Pour rappel, tous les migrants ont déposé une demande d'asile à la frontière. Quatre demandes ont été acceptées par le ministère de l'Intérieur après un avis positif de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra). Les autres demandes ont été rejetées. Les Sri Lankais peuvent faire appel de ce refus devant le tribunal administratif.

Lire aussi => Migrants: les 72 passagers de l'Imula souhaitent demander l'asile

Les migrants sont arrivés à La Réunion ce mardi 5 février 2019 à bord de l'Imula

C'est la sixième fois que des embarcations de migrants tenteent de rejoindre La Réunion, cinq y sont sont parvenues

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !