Finances Publiques :

Les agents de la fonction publique dénoncent les 15 suppressions d'emplois sur l'île


Publié / Actualisé
Pour cette Saint-Valentin, c'est le désamour qui prend les devants. L'intersyndical composé de la Cgtr et Solidaires Finances Publiques ont mené une action à la direction des finances publiques de Champ Fleuri à Saint-Denis ce 14 février 2019. Ils dénoncent la suppression de 15 postes actés pour 2019, ils veulent également que la prime PAS (Prélèvement à la source) de 200 euros soit versée à tous les agents, une valorisation du point d'indice des fonctionnaires et un carnet de route clair et détaillé concernant le plan d'action publique 2022 (Cap 22). Les syndicalistes de Solidaires Finances Publiques ont rencontré le directeur et déployé une grande banderole depuis son bureau.
Pour cette Saint-Valentin, c'est le désamour qui prend les devants. L'intersyndical composé de la Cgtr et Solidaires Finances Publiques ont mené une action à la direction des finances publiques de Champ Fleuri à Saint-Denis ce 14 février 2019. Ils dénoncent la suppression de 15 postes actés pour 2019, ils veulent également que la prime PAS (Prélèvement à la source) de 200 euros soit versée à tous les agents, une valorisation du point d'indice des fonctionnaires et un carnet de route clair et détaillé concernant le plan d'action publique 2022 (Cap 22). Les syndicalistes de Solidaires Finances Publiques ont rencontré le directeur et déployé une grande banderole depuis son bureau.

Ce jeudi 14 février 2019, les syndicats CGT Réunion et Solidaires Finances Publiques ont répondu à l'appel national pour la journée DGFIP (direction générale des Finances publiques) morte. Une cinquantaine de personnes s'est rassemblée à Champ Fleuri pour faire entendre les revendications. Ils réclament de revenir sur les 15 suppressions d'emplois actés pour 2019, que la prime PAS (prélèvement à la source) de 200 euros soit étendue à tous les agents, une mise en place d'un plan de recrutement, l'augmentation de la valeur du point d'indice (qui est gelé depuis 2009, avec une augmentation de 1,2% en 2017) et la revalorisation des régimes indemnitaires.

Stéphanie Cadet, secrétaire départementale du syndicat CGT Réunion explique les revendications :

Des revendication partagées par la Solidaires Finances Publiques, Magalie Billard s'exprime :

Le syndicat Solidaires Finances Publiques s'est ensuite rendu dans le bureau du directeur afin de faire entendre ses revendications. La presse n'a pas été convié à cette réunion. Après cet entretien les syndicalistes ont déployé une banderole depuis la terrasse du directeur.

Jocelyn Cavillot se dit déçu de l'attitude de la direction après la rencontre. "Il y a un désamour en cette Saint-Valentin" regardez :

En 2019, ce sont 15 emplois qui disparaitront à La Réunion. En plus de ces suppressions, il y a une restructuration du réseau qui sera mise en place. Il est possible qu'une externalisation des missions dans le privés ou en collectivités. La fermeture des services publiques bénéficeront à d'autres structures "Qui feront un bénéfice au détriment des citoyens" insiste Stéphanie Cadet.

jb/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !