Blessé après une chute dans les scories :

Des militaires portent secours à un touriste, en randonnée au volcan


Publié / Actualisé
En randonnée au volcan, un jeune homme, en vacances à La Réunion a chuté dans les scories, jeudi 14 février 2019. "Des militaires du 2e RPIM (2e Régiment de Parachutistes d'Infanterie de Marine) en entraînement dans la région du Piton de la Fournaise, à l'intérieur de l'enclos repèrent le randonneur dont le visage est ensanglanté. Ils lui apportent les premiers secours avant de solliciter l'intervention du PGHM pour l'évacuer" indique l'armée ce mercredi 27 février 2019 dans un communiqué que nous publions ci-dessous
En randonnée au volcan, un jeune homme, en vacances à La Réunion a chuté dans les scories, jeudi 14 février 2019. "Des militaires du 2e RPIM (2e Régiment de Parachutistes d'Infanterie de Marine) en entraînement dans la région du Piton de la Fournaise, à l'intérieur de l'enclos repèrent le randonneur dont le visage est ensanglanté. Ils lui apportent les premiers secours avant de solliciter l'intervention du PGHM pour l'évacuer" indique l'armée ce mercredi 27 février 2019 dans un communiqué que nous publions ci-dessous

"Dans le cadre de l’aguerrissement militaire, la section commandement de la compagnie de maintenance a réalisé une marche d’entraînement de 14 km et 700m de dénivelé positif, jeudi 14 février 2019 dans la région du Piton de la Fournaise. Vers 08h30, lors de la progression à l’intérieur de l’enclos en direction du cratère Dolomieu, les parachutistes sont interpellés par un randonneur dont le visage est ensanglanté. La victime, un trentenaire en vacances sur l’île, explique qu’il marchait seul et qu’il a fait une chute dans les scories. Après l’avoir examiné, les militaires constatent qu’il présente une coupure profonde au niveau de la joue, du menton et de la main droite. Ils lui apportent les premiers secours, puis au vu des blessures (hémorragie et choc à la tête), le commandant de compagnie et chef du détachement, le CNE Antonios, sollicite l’intervention du PGHM pour l’évacuer.

L’hélicoptère de la Section aérienne de gendarmerie, l’Ecureuil AS350-B2, se porte sur zone avec les secouristes du PGHM, qui stabilisent la victime et la conditionnent pour l’hélitreuillage et le transport vers le CHU Félix Guyon.
Dès que l’évacuation par hélicoptère a été réalisée, les personnels militaires restés sur place avec le blessé ont rejoint le reste du détachement sur l’itinéraire initial et la marche a pu se poursuivre."

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !