Ils disent non à la réforme de la fonction publique :

Débrayage de Solidaires Finances publiques à Saint-Paul


Publié / Actualisé
Solidaires Finances publiques continue sa série de débrayages sur l'île de La Réunion. Après Saint-Benoît, Saint-Pierre et Saint-Louis, ils manifestaient dans la matinée du mardi 12 mars 2019 devant le Centre des Finances publiques de Saint-Paul.
Solidaires Finances publiques continue sa série de débrayages sur l'île de La Réunion. Après Saint-Benoît, Saint-Pierre et Saint-Louis, ils manifestaient dans la matinée du mardi 12 mars 2019 devant le Centre des Finances publiques de Saint-Paul.

Non aux suppressions d’emploi, non à la réforme de la fonction publique. C’était le message des agents réunis mardi 12 mars 2019 à Saint-Paul devant le Centre des Finances publiques. Après des passages dans plusieurs communes, le syndicat continue son tour de l’île.

" Il va y avoir 15 postes en moins à La Réunion, alors que nous sommes déjà en sous-effectifs ", explique Josselyn Cavillot, administrateur pour la région Réunion Mayotte à Solidaires Finances publiques. " On s’oppose aussi à la réforme en général, qui va amener à la suppression de nouvelles missions. Résultat : on va vers moins de services publics, et moins de personnes pour accueillir le contribuable et répondre à ses questions. "

L’arrivée de l’impôt à la source ne fait que compliquer les choses. Malgré la mise en place d’un numéro spécial, tous ne sont pas en mesure de régler les choses à distance. " On va vers une séparation de la population en deux catégories : ceux qui seront capables de le faire, et ceux qui auront beaucoup plus de difficultés : les personnes âgées par exemple ", estime Josselyn Cavillot.

Il redoute notamment que l’accueil humain soit progressivement remplacé par des machines et des automates. " Ici on bloque les sites pendant une demi-journée à chaque fois, mais il faut comprendre que bientôt ce seront des journées entières qui seront supprimées, parce qu’on recevra uniquement les gens sur rendez-vous ".

Lire aussi : Les agents de la fonction publique dénoncent les 15 suppressions d'emplois sur l'île

Défendre le service public

" C’est la même chose dans les hôpitaux, l’éducation… on le voit bien ", observe Josselyn Cavillot. " On a l’impression que tout est de la faute des fonctionnaires : la crise, le déficit… On s’attaque au service public ".

Le mouvement de Solidaires Finances publiques s’étend au niveau national. Plusieurs actions ont également lieu dans l’hexagone. " En Haute-Garonne, ça fait un mois qu’ils sont mobilisés " nous explique Josselyn Cavillot.

Les agents n’ont pour l’instant pas l’impression d’être suffisamment écoutés. Après Saint-Paul, ils se rendront à Saint-Denis, le 18 mars, puis à Saint-André et Saint-Joseph. " Si nous ne sommes pas entendus, on va répondre par une amplification de l’action " affirme Josselyn Cavillot, " voire une radicalisation si c’est nécessaire ".

mm/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !