La CCIR a interrogé 6000 entreprises :

90% des commerçants craignent une reprise du mouvement des Gilets jaunes


Publié / Actualisé
La chambre de commerce et d'industrie a fait le point sur le premier trimestre 2019. Suite à la crise des Gilets jaunes qui a entraîné une paralysie de l'économie durant quinze jours, la santé des entreprises réunionnaises n'est pas au beau fixe et c'était prévisible. Les structures les plus touchées, les très petites entreprises (TPE) accusent le coup et ont du mal à remonter la pente tant sur le plan financier que sur le plan moral, une impression confirmée par un sondage réalisé par la chambre consulaire auprès de 6 000 entreprises.
La chambre de commerce et d'industrie a fait le point sur le premier trimestre 2019. Suite à la crise des Gilets jaunes qui a entraîné une paralysie de l'économie durant quinze jours, la santé des entreprises réunionnaises n'est pas au beau fixe et c'était prévisible. Les structures les plus touchées, les très petites entreprises (TPE) accusent le coup et ont du mal à remonter la pente tant sur le plan financier que sur le plan moral, une impression confirmée par un sondage réalisé par la chambre consulaire auprès de 6 000 entreprises.

Les pertes pour les entreprises réunionnaises sont estimées entre 600 et 700 millions d’euros. Colossales voire abyssales car malgré les dispositifs d’urgence notamment l’enveloppe de 20 millions d’euros débloquée par la Région prochainement et les 25 millions d’euros de l’État dont bénéficieront 2 625 entreprises, le premier trimestre 2019 est particulièrement catastrophique pour les entreprises malgré les six semaines de soldes, qui, en temps normal, leur permettent de garder le cap. Regardez : 

Les critères pour prétendre à ces aides d’urgence surtout adressées au TPME : un chiffre d’affaire de moins de 750 000 euros et moins de 10 salariés. Le première vague de bénéficiaires de ces dispositifs a déjà été désignée, ils connaissent le montant de l’aide d’urgence qui leur sera alloué, lorsque les 20 millions d’euros seront votés par la Région le 29 mars prochain, d’autres sessions seront ouvertes.

Au vu de la situation de ce début d’année, une sortie de crise n’est pas envisagée avant plusieurs années " 2019 va être une année difficile " commentait le président de la CCIR " les pertes sont considérables, ce qui a été perdu est définitivement perdu " a-t-il ajouté. Cette crise des Gilets a aussi mis en exergue la fragilité du secteur, notamment des TPE qui ont payé le plus lourd tribu. Regardez : 

Dans l'étude réalisée ce mois-ci par la CCIR, deux chiffres ressortent : 70% des commerçants interrogés se déclarent pessimistes ou très pessimistes pour l’année 2019 et 90% d’entre eux craignent une reprise du mouvement des Gilets jaunes.

fh/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !