Ça s'est passé cette semaine sur Imaz Press :

Idai, Annick Girardin, Brigitte Bardot, Emmanuel Macron


Publié / Actualisé
Retour sur les actualités qui ont marqué la semaine du lundi 18 mars au vendredi 22 mars sur Imaz Press :

- Lundi 18 mars : Cyclone Idai - Plus d'une centaine de morts au Mozambique et au Zimbabwé
- Mardi 19 mars : Chère Madame la ministre : où est donc passée notre complicité d'antan ?
- Mercredi 20 mars : Visite d'Annick Girardin: un simple mail aurait suffi
- Jeudi 21 mars : Maltraitance animale à La Réunion : le vrai du faux
- Vendredi 22 mars : Cher Monsieur le président et si vous rendiez aux Réunionnais le milliard d'euros que vous leur devez
Retour sur les actualités qui ont marqué la semaine du lundi 18 mars au vendredi 22 mars sur Imaz Press :

- Lundi 18 mars : Cyclone Idai - Plus d'une centaine de morts au Mozambique et au Zimbabwé
- Mardi 19 mars : Chère Madame la ministre : où est donc passée notre complicité d'antan ?
- Mercredi 20 mars : Visite d'Annick Girardin: un simple mail aurait suffi
- Jeudi 21 mars : Maltraitance animale à La Réunion : le vrai du faux
- Vendredi 22 mars : Cher Monsieur le président et si vous rendiez aux Réunionnais le milliard d'euros que vous leur devez

Lundi 18 mars : Cyclone Idai - Plus d'une centaine de morts au Mozambique et au Zimbabwé

Voitures qui s'envolent, quartiers complétement rasés, arbres déracinés, fleuves se rependant dans les plaines ... Au fil des jours, un peu plus d'informations nous parviennent du Mozambique et du Zimbabwe, balayés par le cyclone Idai du jeudi 14 au samedi 16 mars 2019. Ce monstre est considéré par les spécialiste comme l'un des plus puissants issus de l'océan Indien depuis dix ans. Des zones restent encore coupées du monde et toute opération de sauvetage est impossible. D'après des premiers bilans, plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans ces deux pays, annoncent des médias et des responsables locaux dimanche 17 mars 2019. Il y aurait 65 morts au Zimbabwe et 48 morts au Mozambique. Des chiffres encore très provisoires... Il pourrait y avoir des centaines de victimes.

Mardi 19 mars : Chère Madame la ministre : où est donc passée notre complicité d'antan ?

Rappelez-vous, lors de votre dernière visite, il y a eu un truc, non ? On n'était pas loin du flirt, vous ne cessiez de nous flatter "merci à la presse d'être là" "merci de relayer ces informations" "merci pour ce que vous faites". Vous nous connaissez, nous sommes sensibles à la cajolerie (enfin c'est ce que nous aimons faire croire, fourbes que nous sommes...) . Et puis nous vous suivions comme votre ombre dans tous vos déplacements, à un moment, on tisse des liens... Si nous n'étions pas toujours d'accord sur le fond, au moins sur la forme, rien à dire. Alors que beaucoup d'élus locaux se terraient au fond de leur incompétence, on vous a vue partir au front, entourée de centaines de Gilets jaunes à Gillot et ne rien lâcher. On avait des papillons dans le ventre et du "chabada - bada" dans la tête (bon, c'est vrai on exagère beaucoup). Mais ça, c'était avant. Vous êtes mainenant fâchée contre nous...

Mercredi 20 mars : Visite d'Annick Girardin: un simple mail aurait suffi

Madame la ministre, on peut se dire les choses, cette visite, elle servait à rien, non ? Trois jours en plus ! Vous êtes venue avec Christelle Dubos, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Francis Amand, le " monsieur concurrence " du gouvernement et Olivier Noblecourt, le " monsieur pauvreté ". À cela s'ajoute les membres de vos cabinets respectifs, ça en fait du monde pour un point d'étape sur les mesures annoncées il y a trois mois ! Et le comble, c'est que ce point d'étape vous l'avez fait en une matinée, à la conférence de presse le dimanche 17 mars, dès votre arrivée. C'est quand même une belle débauche de moyens pour zéro nouvelle (vraie) annonce. Et surtout, un chouette voyage dans les îles entre copains organisé au frais de la princesse. Enfin de la princesse... plutôt aux frais du contribuable. Honnêtement, est-ce qu'un mail n'aurait pas suffi ?

Jeudi 21 mars : Maltraitance animale à La Réunion : le vrai du faux

Des mots, des mots, des mots. Attrapant sa plume, Brigitte Bardot s'est posée cette semaine en grande défenseure de la cause animale, reprochant aux Réunionnais d'être des "sauvages" exerçant sur les chiens et les chats des "barbaries" sans nom. Et tout y passe, de la pêche aux squales par des toutous appâts, aux chats euthanasiés par milliers dans les fourrières. Un discours culpabilisant, insultant, ignorant et aussi très manichéen. Non madame Bardot, pour énième (et espérons dernière) fois les Réunionnais ne sont pas des barbares. Ils aiment leurs animaux, et ils sont parfois prêts à tout pour les sauver. Tour d'horizon en vrai/faux des clichés qui ont la vie dure.

Vendredi 22 mars : Cher Monsieur le président et si vous rendiez aux Réunionnais le milliard d'euros que vous leur devez

Cher président de la République Française,
Nous sommes si heureux, c'est une grosse épine que vous avez enlevé du pied du Département de La Réunion. Cher Monsieur Emmanuel Macron, grâce à vous, l'Etat prendra en charge le financement du RSA. C'est notre bonne amie Annick Girardin qui a glissé cette nouvelle, entre deux visites, trois interviews et quatre piques lancées à la "presse locale."

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)