La garde à vue du père prolongée :

Triple infanticide à la Rivière des Galets: les enfants ont été noyés


Publié / Actualisé
Dimanche 24 mars, un père de famille noyait ses trois fils âgés de 2, 3 et 5 ans dans le domicile familial de la Rivière des Galets avant de tenter de se suicider. L'aînée de la fratrie, une fillette de 10 ans avait réussi à s'enfuir, réchappant ainsi au pire. A priori, il s'agirait d'un drame de la séparation, l'homme avait prévenu la mère des enfants quelques minutes avant de passer à l'acte, c'est elle qui avait appelé les secours. Hospitalisé au CHU de Bellepierre, le quadragénaire a été entendu par les enquêteurs ce lundi 25 mars dans la matinée, sa garde à vue a été prolongée. Il devrait être déféré ce mardi 26 mars au parquet si son état le permet sinon, il sera mis en examen dans sa chambre d'hôpital si le transfert vers le tribunal n'est pas possible. (rb/www.ipreunion.com)
Dimanche 24 mars, un père de famille noyait ses trois fils âgés de 2, 3 et 5 ans dans le domicile familial de la Rivière des Galets avant de tenter de se suicider. L'aînée de la fratrie, une fillette de 10 ans avait réussi à s'enfuir, réchappant ainsi au pire. A priori, il s'agirait d'un drame de la séparation, l'homme avait prévenu la mère des enfants quelques minutes avant de passer à l'acte, c'est elle qui avait appelé les secours. Hospitalisé au CHU de Bellepierre, le quadragénaire a été entendu par les enquêteurs ce lundi 25 mars dans la matinée, sa garde à vue a été prolongée. Il devrait être déféré ce mardi 26 mars au parquet si son état le permet sinon, il sera mis en examen dans sa chambre d'hôpital si le transfert vers le tribunal n'est pas possible. (rb/www.ipreunion.com)

Où en est l'enquête ?  

Il avait tenté de se suicider par pendaison mais les secours étaient intervenus à temps. L’homme devra faire face à ses responsabilités. Placé sous le régime de la garde à vue dans sa chambre d’hôpital, il a été entendu ce lundi 25 mars matin par les enquêteurs. Effondré, il a reconnu les faits. La garde à vue a été prolongée, elle permettra au enquêteurs de reconstituer les circonstances du drame. À l’issue et en fonction de son état de son état de santé, l’homme de 41 ans sera déféré au parquet ou alors mis en examen dans sa chambre d'hôpital au CHU Félix Guyon.  

Témoin clé de ce dossier, la fillette de 10 ans, elle a assisté aux faits. Encore traumatisée, elle a été auditionnée par les enquêteurs ce lundi matin dans le commissariat de Malartic. Son témoignage permettra aux enquêteurs de comprendre l’enchaînement qui a mené à cette funeste fin ce dimanche 24 mars en milieu de journée.

Solidarité sur la toile 

Ce triple infanticide a suscité un vif émoi dans ce quartier de la Rivière des Galets où tout le monde se connaît. Sur les réseaux sociaux, des milliers d’internautes ont fait part de leur tristesse et de leur solidarité pour ces " trois petits anges partis trop tôt " pouvait-on lire. "Le chagrin d'une famille est devenu celui de La Réunion" écrivait Huguette Bello. Ils sont des amis, des voisins, de lointaines connaissances ou tout simplement des anonymes, qui, touchés, ont voulu montrer leur solidarité, leur empathie, leur colère parfois. Tous ont un point commun, ils ont ressenti le besoin d'extérioriser leurs émotions sur les réseaux sociaux. 

 

Attention aux arnaques

De l'empathie, de la compassion, une simple pensée ou un petit mot. Mais certains, mal intentionnés, ont osé profiter de ce drame pour essayer de se faire de l'argent. Une cagnotte a été ouverte le jour même du triple infanticide, 25 personnes y ont participé, croyant bien faire, mais des internautes ont tout de suite révélé l'arnaque, grossière soit dit en passant. 

 

Plusieurs cellules psychologiques mises en place 

Ce lundi 25 mars, jour de rentrée, une cellule psychologique a été mise en place dans le groupe scolaire Laurent Vergès au Port où la fillette de 10 ans était scolarisée en classe élémentaire et son petit frère de 5 ans en maternelle. Il y a quelques semaines, les quatre enfants  avaient suivi leur mère à Bras-Panon où ils vivaient dans un hébergement d’urgence. Une autre cellule psychologique a été installée à Bras-Panon dans les établissements scolaires que fréquentaient les enfants depuis peu. 

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Julien, Posté
En attendant une cagnotte officielle, une cagnotte solidaire a été créée aujourd'hui : https://www.leetchi.com/c/ses-enfants-sont-nos-enfants-solidarite-pour-julie