C'est le 28ème suicide de l'année :

La Police rend hommage au policier qui s'est suicidé à Paris


Publié / Actualisé
Ce jeudi 18 avril 2019, un policier s'est suicidé avec son arme de service à Paris. Tous les commissariats de France, dont celui de Saint-Denis, ont donc décidé de se rassembler pour rendre hommage à ce dernier, ainsi que tous les autres membres des forces de l'ordre qui se sont donnés la mort, à 11h30 ce vendredi. C'est le 28ème suicide à déplorer depuis le début de l'année.
Ce jeudi 18 avril 2019, un policier s'est suicidé avec son arme de service à Paris. Tous les commissariats de France, dont celui de Saint-Denis, ont donc décidé de se rassembler pour rendre hommage à ce dernier, ainsi que tous les autres membres des forces de l'ordre qui se sont donnés la mort, à 11h30 ce vendredi. C'est le 28ème suicide à déplorer depuis le début de l'année.

Tous les syndicats de police de l’île se sont déplacés pour l’occasion. Au commissariat de la Police nationale de Saint-Denis, l’heure était à l’émotion, mais aussi à l’indignation ce vendredi 19 avril. La veille, les membres des forces de l’ordre ont du déplorer leur 28ème suicide parmi leurs rangs. " C’est un moment essentiel de recueillement pour tous. La police est une grande famille, nous sommes tous touchés et solidaires avec les proches de cet homme " s’est désolé Stéphane Lebreton, secrétaire départemental adjoint du syndicat Unité SGP Police FO.

" C’est une situation dramatique, à laquelle il va falloir trouver une solution sans plus tarder " a déploré de son côté Jean-Pierre Lauret, secrétaire régional du syndicat Unsa-police. En effet, en moyenne, 50 policiers se donnent la mort chaque année depuis dix ans.

Une réponse immédiate est demandée au ministère de l’Intérieur. Si un numéro d’urgence existe déjà pour venir en aide aux policiers en difficulté, les représentants syndicaux s’accordent tous sur l’inefficacité de cette mesure " Il y a une seule psychologue pour 1500 fonctionnaires à La Réunion, et seulement deux assistantes sociales, il faut étoffer ce dispositif " précise Jean-Pierre Lauret.

Priorité nationale

Les forces de l'ordre demandent par ailleurs à ce que le suicide dans la Police nationale soit considérée comme une priorité nationale. " C’est tout le système de fonctionnement qui est à revoir. Il faut revoir nos cycles de travail, pouvoir avoir un weekend de libre sur deux, et non toutes les six semaines, mais aussi avoir accès à des locaux propres et sûrs, et un management à notre écoute " a réclamé Gilles Clain, secrétaire national délégué du syndicat Unité SGP Police FO.

Le rassemblement n’était qu’une première étape. Dans le cas où la réponse du gouvernement ne conviendrait pas aux syndicats, plusieurs actions devraient être menées pour manifester contre la dégradation de leurs conditions de travail.

 

as/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !