[LIVE - PHOTOS/VIDEO] Déflagrations dans des églises et des hôtels :

Explosions au Sri Lanka: au moins 207 morts et plus de 450 blessés


Publié / Actualisé
Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées dimanche 21 avril 2019 dans une série d'explosions, dans trois hôtels et trois églises du Sri Lanka, églises dans lesquelles était célébrée la messe de Pâques. Il y aurait également des centaines de blessés, selon la police locale et des hôpitaux. Deux déflagrations se sont notamment produites dans l'église Saint-Anthony de Colombo et l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale.
Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées dimanche 21 avril 2019 dans une série d'explosions, dans trois hôtels et trois églises du Sri Lanka, églises dans lesquelles était célébrée la messe de Pâques. Il y aurait également des centaines de blessés, selon la police locale et des hôpitaux. Deux déflagrations se sont notamment produites dans l'église Saint-Anthony de Colombo et l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale.
  • IPR

    C'est la fin de ce live

    Merci à tous de l'avoir suivi. Cette journée fut particulièrement éprouvante pour le Sri Lanka, qui a connu une fête de Pâques tragiquement sanglante. Nous rappelons que selon un dernier bilan, les 8 explosions qui ont secoué le pays ont fait au moins 207 morts et plus de 450 blessés. La communauté internationale a fait part de sa tristesse et de son soutien. Le Sri Lanka a mis en place un couvre-feu et limite pour l'instant l'usage des réseaux sociaux. L'attaque n'a toujours pas été revendiquée.

  • IPR

    Émotion de la communauté internationale

    De nombreux chefs d'Etat ont fait part de leur choc et de leur tristesse après les attentats au Sri Lanka ont fait au moins 207 morts et plus de 450 blessés. En voici quelques exemples, parmi les nombreux textes de soutien destinés au Sri Lanka.

    Le président américain Donald Trump assure: "nous sommes prêts à apporter notre aide!".

    La Première ministre britannique Theresa May dénonce des "actes de violence (...) réellement effroyables" et estime que "nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur".

    La chancelière allemande Angela Merkel déplore que "des gens rassemblés pour célébrer Pâques aient été ciblés délibérément" et estime que "la haine religieuse et l'intolérance qui se sont manifestées de façon terrible aujourd'hui ne doivent pas l'emporter".

    Le président Vladimir Poutine s'attend à ce que les responsables "d'un crime aussi cynique et haineux (...) soient punis comme ils le méritent" et "réaffirme que la Russie a été et reste un partenaire fiable du Sri Lanka pour combattre la menace du terrorisme international".

    En Inde, le Premier ministre Narendra Modi déclare : "une telle barbarie n'a pas sa place dans notre région", "l'Inde est solidaire du peuple du Sri Lanka".

    Le président kényan Uhuru Kenyatta, rappelant que son pays a été frappé par des attentats meurtriers, assure Colombo de son "soutien total (...) pour travailler ensemble à combattre le démon du terrorisme".

  • IPR

    207 morts : le bilan continue de s'alourdir

    La police fait désormais état d'au moins 207 morts et plus de 450 blessés.

  • IPR

    Emmanuel Macron condamne "ces actes odieux"

    Le président français a exprimé sur Twitter sa "profonde tristesse après les attaques terroristes contres des églises et des hôtels au Sri Lanka". Il ajoute "condamner fermement ces actes odieux".

  • IPR

    Urbi et Orbi - Le pape prie pour "les victimes de cette violence cruelle"

    Le pape François a profité de la traditionnelle déclaration de Pâques et de la bénédiction "Urbi et Orbi" (une bénédiction du pape à Rome et au monde entier) pour adresser ses pensées aux Sri-Lankais, après les explosions meurtrières qui ont frappé le pays ce dimanche 21 avril 2019.

    "J'ai appris avec tristesse la nouvelle des attaques graves qui, aujourd'hui même, le jour de Pâques, ont provoqué le deuil et la douleur dans certaines églises et autres lieux de rencontre au Sri Lanka. Je souhaite exprimer ma proximité affectueuse à la communauté chrétienne, frappée pendant qu'elle était réunie dans la prière, et à toutes les victimes de cette violence cruelle."

    Il a ensuite ajouté : "Je confie au Seigneur ceux qui ont tragiquement disparu et prie pour les blessés et tous ceux qui souffrent à cause de cet événement dramatique".

  • IPR

    Sécurité maximale autour des églises touchées

  • IPR

    L'accès aux réseaux sociaux interdit

    Après la décision de mettre en place un couvre-feu, le pays déclare également "une interdiction temporaire des réseaux sociaux", après les explosions.

  • IPR

    Le pays instaure un couvre-feu

    Le ministre de la Défense sri-lankais ordonne la mise en place d'un couvre-feu après les 8 explosions qui viennent de toucher le pays, faisant au moins 158 morts et des centaines de blessés.

    Il prend effet "immédiatement" annoncent les autorités, "jusqu'à nouvel ordre."

  • IPR

    Une huitième explosion dans la capitale

    L'AFP rapporte qu'une 8ème explosion a touché le Sri Lanka, elle aussi dans la capitale Colombo.

  • IPR

    Une nouvelle explosion à Colombo

    La police locale fait état d'une nouvelle explosion dans un hôtel de Colombo, ce qui porte le nombre total de déflagrations à 7. Deux personnes au moins ont péri dans cette nouvelle explosion.

    Le nombre de morts passe donc à 158, mais le bilan peut encore évoluer.

  • IPR

    Les réactions françaises ne se font pas attendre

    Politiques et citoyens en tout genre font part de leur dégoût et leur soutien. C'est le cas de Benoît Hamon :

    Eric Ciotti :

    Manuel Valls :

    Plusieurs soutiens de la part de la communauté chrétienne également comme la communauté des Chrétiens d'Orient :

    Ou alors monseigneur Aupetit, archevêque de Paris :

  • IPR

    La carte des attaques

    L'AFP publie une carte qui permet de constater où ont eu lieu les explosions

  • IPR

    Qui est responsable ?

    La nature exacte de ces déflagrations demeure encore inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite.

    Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne".

    Le NTJ s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l'île.

  • IPR

    Des "scènes horribles"

    Le président srilankais Maithripala Sirisena s'est dit choqué par les explosions. De son côté, le ministre des Finances Mangala Samaraweera a déclaré que les attaques avaient tué "de nombreux innocents" et semblaient "une tentative coordonnée pour provoquer des meurtres, le chaos et l'anarchie".

    Le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva a fait état de "scènes horribles" à l'église Saint-Anthony et dans deux des hôtels visés où il s'est rendu. "Réunion d'urgence dans quelques minutes. Les opérations de secours sont en cours", a-t-il tweeté de son côté. "J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout", ajoutant qu'il y avait "beaucoup de victimes dont des étrangers". "S'il vous plaît restez calmes et à l'intérieur", a-t-il ajouté.

  • IPR

    Des Sri Lankais qui se réfugient à La Réunion

    Cette série d'attentat arrive alors que qu'entre mars 2018 et mars 2019, 153 personnes en provenance du Sri Lanka sont arrivées à La Réunion. 71 s'y trouvent toujours et sont dans l'attente d'une décision de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) concernant leur demande d'asile.

    En provenance d'Indonésie un autre bateau a accosté à Sainte-Rose le samedi 13 avril 2019. Il transportait 123 personnes : 120 Sri Lankais dont 9 femmes et 13 d'enfants, et trois membres d'équipage. De nationalité indonésienne, ces marins ont ensuite été mis en examen pour aide à l'entrée ou au séjour irrégulier en bande organisée.

    Lire aussi : Migrants : le procès des 3 passeurs présumés reporté au 15 mai

    Lire aussi : Les 120 migrants hébergés dans le gymnase de Duparc à Sainte-Marie

    Ce samedi 20 avril 2019, la Cour d'appel a prolongé de 8 jours la zone d'attente pour la centaine de migrants sri-lankais. 83 dossiers ont été examinés par les magistrats, certains concernent des familles. Au total : 99 migrants sont maintenus en confinement dans le gymnase de Sainte-Marie. Les avocats ont confirmé auprès d'Imaz Press qu'ils allaient se pourvoir en cassation.

    Lire aussi : Migrants : les avocats vont se pourvoir en cassation

  • IPR

    Un pays meurtri par les tensions ethniques interreligieuses

    Le Sri-Lanka est un pays à majorité bouddhiste, et les catholiques sont estimés à 1,2 million sur une population totale de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens.

    Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise. Mais certains sont cependant mal vus parce qu'ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l'armée srilankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s'est achevée en 2009. Ce conflit de 1972 à 2009 a fait de 80 000 à 100 000 morts, selon les Nations unies.

  • IPR

    L'horreur et la panique

    Plusieurs témoins ont filmé la scène, lors des déflagrations. Les images sont terribles. Les fidèles catholiques se réunissaient à l'occasion de la fête de Pâques.

  • IPR

    Les églises prises pour cibles

    Plusieurs églises ont été touchées par les violentes déflagrations. Deux explosions se sont notamment produites dans l'église Saint-Anthony de Colombo et l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale.

    Une troisième église, située à Batticaloa (dans l'Est), a également été visée. Un responsable de l'hôpital local a affirmé que 300 personnes avaient été blessées. "Attentat contre notre église, s'il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s'y trouvent", peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l'église Saint-Sébastien de Katuwapitiya, à Negombo.

  • IPR

    Bonjour à tous

    Imaz Press Réunion ouvre un live concernant les explosions qui ont secoué le Sri-Lanka ce dimanche 21 avril 2019, en pleine fête de Pâques. Plusieurs hôtels et églises ont été touchés. Les explosions ont fait au moins 156 morts, dont 35 étrangers, selon la police locale. Le bilan ne cesse de s'alourdir.

A propos

Des dizaines et des dizaines de morts : et le bilan pourrait s'aggraver. Ce dimanche 21 avril 2019, plusieurs déflagrations ont touché des hôtels et des églises où était célébrée la messe de Pâques au Sri-Lanka. Les blessés se compteraient en centaines. Une vague d'attaques d'une violence rare, selon des sources hospitalières. Au moins trois églises ont été visées.

Les premières explosions qui ont été rapportées se sont produites à l'église Saint-Anthony, dans la capitale, et à l'église de Negombo. Des dizaines de blessés de l'explosion de Saint-Anthony ont été admis à l'Hôpital national de Colombo. La police a précisé qu'au total six lieux avaient été le théâtre d'explosions dont, dans la capitale, trois hôtels de luxe et une église.

Parmi les morts, on compte plusieurs étrangers. Le premier ministre Ranil Wickremesinghe a qualifié ces explosions d'"attaques lâches". Le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne". Le NTJ s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le Sri-Lanka est un pays meurti par les tensions ethniques et interreligieuses.

   

3 Commentaire(s)

Razmote, Posté
En tant que chrétien et en tant que humain je pense qu'il serait suicidaire de renvoyer ces migrants chez eux, ils risquent de se faire purement et simplement tuer en arrivant ou en prison! Oui on ne peut pas accueillir tout le monde mais ces gens méritent une protection; ceux qui sont si égoïste devraient aller faire un tour sur place avant de dire n'importe quoi! A bon entendeur
Hardcore, Posté
Comment peut on parler d anarchie alors que ce sont des extrémistes religieux qui ont fomenté ces attentats ?!
On n'en veut pas, depuis son mobile, Posté
Qui nous dit qu'il n'y a pas de terroristes dans ces bateaux qui débarquent sur notre île .....