Le projet de digue s'éloigne... :

Nouvelle route du Littoral : vous n'êtes pas près de rouler dessus !


Publié / Actualisé
Coup de tonnerre dans le dossier des carrières ce lundi 29 avril ! Le tribunal administratif a suspendu l'arrêté préfectoral autorisant l'exploitation de la carrière de Bois blanc et le défrichement du site. L'équation est simple : pas de roches massives = pas de digue. Ça ne doit pas être la joie dans les couloirs de la pyramide inversée... On n'a pas dû sortir le champagne non plus à la préfecture. Les anti-digue, eux, jubilent. En fait, si on était partis sur un tout-viaduc comme le demandaient les associations, le conseil national de la protection de la nature et l'opinion publique, on aurait sans doute perdu moins de temps, moins d'argent, moins d'énergie car avec toutes ces histoires, une chose est sûre : chers usagers de la route, vous n'êtes pas près de rouler sur cette dispendieuse Nouvelle route du littoral. (photo rb/www.ipreunion.com)
Coup de tonnerre dans le dossier des carrières ce lundi 29 avril ! Le tribunal administratif a suspendu l'arrêté préfectoral autorisant l'exploitation de la carrière de Bois blanc et le défrichement du site. L'équation est simple : pas de roches massives = pas de digue. Ça ne doit pas être la joie dans les couloirs de la pyramide inversée... On n'a pas dû sortir le champagne non plus à la préfecture. Les anti-digue, eux, jubilent. En fait, si on était partis sur un tout-viaduc comme le demandaient les associations, le conseil national de la protection de la nature et l'opinion publique, on aurait sans doute perdu moins de temps, moins d'argent, moins d'énergie car avec toutes ces histoires, une chose est sûre : chers usagers de la route, vous n'êtes pas près de rouler sur cette dispendieuse Nouvelle route du littoral. (photo rb/www.ipreunion.com)

La faute à qui ?

Vous nous connaissez, à Imaz Press, on n’aime pas beaucoup pointer un doigt accusateur encore moins quand il est dirigé vers les institutions. Mais on va faire une petite entorse au règlement…

Avant de commencer, un bref historique sur cette digue de la discorde. Qui se bat contre vents et marées depuis plusieurs années pour qu’elle voie le jour ? Le président de Région. Une lubie ? Un caprice ? Une fantaisie ? Jamais de la vie, tout est calculé ! Certaines mauvaises langues, des gens méchants, disent que c’est un argument purement électoraliste.

Décidée en 2011, la construction de cette digue a été défendue bec et ongles à partir de 2014, au moment où la campagne pour les élections régionales commençait à battre son plein... Et qui sont ceux à qui profiterait la construction de cette digue ? Les transporteurs. Ils seraient en charge de l’acheminement des roches massives des carrières au chantier de la NRL. Un marché juteux.

Business mis à part, quand on connaît la puissance de frappe des transporteurs, on se dit qu’il vaut mieux les avoir avec soi que contre soi. Leur soutien n’a pas de prix, enfin si… C’est sans doute ce que s’est dit le candidat Didier Robert, il n’allait quand même pas se mettre un lobby aussi puissant à dos, une stratégie qui n'aurait pas été payante... 

Alors même sans avoir la moindre roche massive en poche, il a lancé la digue... "C'est un peu comme si je vous invite à manger un kari volay chez moi à midi et qu'en arrivant à midi moins le quart vous constatez que le coq court toujours dans la cour" avait ironisé à l'époque Jean-Paul Virapoullé.

L'impossible marche arrière 

Eh oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Le chemin du tout viaduc aurait été un long fleuve tranquille. Mais avec les transporteurs qui poussent derrière, pas d'autre choix que de rester sur cette digue et là, c'est un long mais alors très long chemin semé d'embûches et, ça, le président de Région le comprend, à ses dépens.

Tout viaduc = pas de digue = pas de roches massives = pas de carrières. Car aujourd’hui, les carrières de Bois blanc, Bellevue et des Lataniers cristallisent les crispations des associations, de la mairie de Saint-Leu et de l’opinion publique autour de cette Nouvelle route du littoral. L'exploitation de ces carrières aurait un impact sur l'environnement, représenterait un danger sanitaire pour les populations alentours sans parler des gênes occasionnées...

Malgré cela, le président de Région a maintenu et maintient toujours le cap. Reculer maintenant, c’est s’exposer au courroux des transporteurs. Reculer maintenant, c’est perdre la face et à deux ans des régionales, ça la fout mal. Reculer maintenant, c’est admettre qu’il avait tort sur toute la ligne, son ego en prendrait un sacré coup.

La Région n'est pas la seule à s'entêter 

Dans son obstination, le président de Région a un allié de taille : l’État représenté par le préfet. Éconduit à trois reprises, il persiste et signe.

Le fait que la cour d’appel de Bordeaux ait annulé le schéma départemental des carrières en mai 2018 n’aura pas été un frein.

Le fait qu’à trois reprises, plus de 5000 personnes montrent leur désaccord à travers des chaînes humaines longues de plusieurs kilomètres n’aura pas empêché le préfet de signer l’arrêté autorisant l’exploitation de la carrière par la SCPR (société de concassage et de préfabrication de La Réunion) le 29 décembre dernier.

Pourtant, suite à l’intervention du collectif Touch pa nout roche, la préfecture avait finalement interrompu les travaux de défrichage entamés par la SCPR le 10 janvier 2019. Mais serait-ce reculer pour mieux sauter ? Qui sait. Car le préfet semble y tenir à cette carrière de Bois blanc, il la considère comme d'"utilité publique". Est-ce vraiment d'utilité publique que de s'entêter à prendre cette voie alors que qu'elle freine le projet ? 

Ce camouflet du tribunal administratif (TA) suspend l’arrêté préfectoral d’exploitation de la carrière de Bois blanc et pourrait bien faire sortir le préfet de ses gonds. Et là, on ne répond plus de rien  : l'État fera sans doute appel. Si une fois de plus, le préfet n'obtient pas gain de cause, il pourrait alors utiliser les grands moyens et se pourvoir en cassation.

C'est beaucoup plus facile de multiplier les procédures lorsqu'elles sont payées par des fonds publics et donc par l'argent des contribuables...

Tout en sachant que la Région n'a pas non plus dit son dernier mot. Renvoyant la balle (de tennis) dans le camp du préfet, le président du conseil régional précise dans un communiqué que la collectivité "s’associera à l’Etat dans l’hypothèse d’un pourvoi en cassation au Conseil d’Etat". En même temps, n'oublions pas que le patron de la pyramide inversée a beaucoup à perdre, il ne va pas en démordre facilement. 

On vous le disait : c'est beaucoup plus facile de multiplier les procédures lorsqu'elles sont payées par des fonds publics et donc par l'argent des contribuables...

Terminons cette route, bon sang ! 

Évidemment, l’objectif, ce n’est pas de laisser la NRL en plan. Une demi route à plusieurs millions d’euros en friches, c’est moyen. Et puis ça a déjà coûté assez cher aux contribuables pour qu’on abandonne maintenant. De plus, on ne peut pas nier que cet ouvrage a son importance. La route du littoral actuelle est dangereuse, elle a fait son temps ...

Plus vite la NRL sera terminée, mieux ce sera pour tout le monde ou du moins, pour la majorité des Réunionnais qui n'ont, eux, rien promis à personne. La solution, tout le monde la connaît, pourtant, la Région et le préfet font l'autruche ! 

Personne n'a envie que ça dure encore des années

Opter pour le tout-viaduc éviterait bien ces tergiversations judiciaires sans fin dans lesquelles on est empêtrés depuis un moment. Personne n’a envie que ça continue, n’est-ce pas monsieur le président de Région ? Et vous, monsieur le Préfet, vous êtes d’accord? Finissons-en !

Lors de la pose de la dernière pile du viaduc, Didier Robert annonçait une mise en service de la Nouvelle route du Littoral pour fin 2022, début 2023. On n’était déjà pas en avance - la construction du viaduc a pris un an et demi de retard - à ce rythme-là, on y sera encore en 2030 !

Tout un (très cher) foin pour 2,7 kilomètres

Le plus frustrant dans toute cette histoire, c’est qu’il ne manque que 2,7 kilomètres. Oui, cette digue entre La Possession et la Grande chaloupe, ne représente qu'un dixième de l'édifice total. L'argent du contribuable massivement dépensée et des années de combat judiciaire pour 2,7 malheureux kilomètres, est-ce que ça en vaut vraiment la peine quand il existe une alternative qui satisferait le plus grand nombre ?

fh/www.ipreunion.com

   

11 Commentaire(s)

Si on sait pas de quoi on parle on se tait !, Posté
Alors non je ne pense pas que Bouygues et Vinci se délecte de cette merde. Au cas où certains ne l'auraient pas remarqué, les coffrages et tous les outils sont en cours de démolition... Donc le tout viaduc, on oubli ou on re-engendre tous les frais du début. Avec tous l'argent perdu sur ce projet et le climat social, je ne pense pas que quiconque ait envie de rempiler pour 2 ans de plus de travaux. Si tout n'était pas corruption dessous de table et lobbying sur cette île, on n'en serait pas là. Bon courage et la prochaine fois, on parle quand on connaît le sujet parce Bouygues et Vinci, ils ont joué le jeu et ont réussi le challenge technique en de bouffant les c....
Aline, Posté
ils y sont arrivés ces bandes d'égoistes qui ne pensent qu'à eux , qui en ont rien à faire des milliers de personnes qui empruntent cette route tous les jours pour travailler et galèrent entre danger et embouteillages suite au basculement
Gnac, Posté
La mauvaise politique nous mène droit dans le mur...pour être pratiquement sûr d'être élu en n'ayant pas les transporteurs à dos DIDIER ROBERT a mis les réunionnais dans le caca... On doit vite le virer maintenant car trop de dégâts dans sa carrière...Rocade du TAMPON..Tram Train...non ça suffit..faudra bien lui faire savoir lors des prochaines régionales.
ATR-Fnaut, Posté
S'il y a tout lieu de se réjouir de voir "la digue reculer" comme vous le dites avec justesse, c'est parce que cela devrait donner le temps aux responsables régionaux de mieux réévaluer leur projet.

Voir dans le même temps que certains en profitent pour appuyer lourdement l'idée dépassée d'un "tout viaduc" (elle date de 2011 et d'un contexte aujourd'hui caduc) â?" largement relayée dans les médias, hélas â?" est beaucoup moins réjouissant. Privilégier une route en mer de A à Z, sur un viaduc qui n'offre aucune solution durable pour le RRTG et pour l'inter-modalité, est un non-sens à notre époque. Elle sera aussi plus coÃ"teuse et tout aussi toxique pour l'environnement. Ce n'est pas la solution, même si c'est certainement celle que privilégient Bouygues et Vinci.

Le moment est venu de faire le point sur ce qu'on a déjà et ce dont on a absolument besoinâ?| pour renoncer à l'inutile, surtout si cela doit mettre La Réunion dans les chaînes pour plusieurs générations sur le plan financier.

Le président de Région a d'autres solutions possibles. Céder aux sirènes du "tout viaduc" serait une erreur que nous paierons tous très cher.
Ticreole, Posté
Fo vire Didier Grobert alias mr béton en 202o et faire le tout viaduc simple. Vive la nature et merci le tribunal pour 1fois
Zoreil, Posté
J'aime beaucoup cet article !
GERARD97460, Posté
C'est une très sage décision de la part du tribunal, la route n'est pas une priorité à la Réunion car déjà trop de véhicule sur les routes de cette île, on attend toujours les 2000 autobus promis par le petit gros de la pyramide inversée, il devra rendre des comptes le jour qu'il ne sera plus et cela sera pour bientÃ't aux prochaines élections car il a été un gros destructeur pour la Réunion, pourquoi il a arrêté la construction du tram-train qui était déjà bien avancé.
Qu'il aille révisé ces projets avant de l'appliquer aussi rapidement juste pour dire qu'il a fait quelque chose durant son mandat électif, mais s'il est là c'est à cause de la bêtise des réunionnais...
Etlessous, Posté
Un article très clair et complet.
Petite précision pour le coÃ"t avancé par la région : en 2010 ils prévoyaient un coÃ"t de 140Mâ"¬ de plus pour le viaduc. Mais lorsque l'on regarde le prix au mètre DÉJÀ payé (attribution des marchés+surcoÃ"ts) les 2,7km restants coÃ"teraient 75Mâ"¬ de plus en DIGUE!!!
Si la région pouvait arrêter de mentir aux Réunionnais... de la transparence s'il vous plaît!!!
Faites coucou à ZOURITE quand vous passez au Port!!, Posté
BRAVO pour cette article. Cette route est nécessaire, la solution tout-viaduc était tellement évidente... Impact écologique moindre (en mer et pas besoin de carrières), plus économique, plus esthétique, plus rapide (un pilier par semaine), pas de problème de carrière (donc pas de tension dans la population)! Mais si nos politique suivaient le chemin le plus simple... Ca se saurait!! [avec l'argent des autres, c'est tellement plus facile de dépenser sans compter...]
CHABAN, Posté
A défaut d'avoir la digue on touche le fond avec Didier Robert
By Money, Posté
Demie route dites vous? Les sous vont où alors? Les fonds européens ? Zut zut zut zut , bravo thierry Robert encore une VICTOIRE, je vous kiffe, Life is beautiful, Life is demie route