Elle est aussi condamnée à 80.000 euros d'amende :

Etang-Salé : la maison de Marie-Claude Lapierre est confisquée


Publié / Actualisé
Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre a ordonné ce jeudi 2 mai 2019 la confiscation de la maison de Marie-Claude Lapierre à l'Étang-Salé. L'ex-directrice de cabinet du maire Jean-Claude Lacouture, a aussi été condamnée à deux ans d'inéligibilité et à payer une amende de 80.000 euros, dont la moitié avec sursis. Il lui était reproché faits "de recel de prise illégale d'intérêt d'un élu public dans une affaire qu'il administre ou qu'il surveille". (Photo RB/www.ipreunion.com)
Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre a ordonné ce jeudi 2 mai 2019 la confiscation de la maison de Marie-Claude Lapierre à l'Étang-Salé. L'ex-directrice de cabinet du maire Jean-Claude Lacouture, a aussi été condamnée à deux ans d'inéligibilité et à payer une amende de 80.000 euros, dont la moitié avec sursis. Il lui était reproché faits "de recel de prise illégale d'intérêt d'un élu public dans une affaire qu'il administre ou qu'il surveille". (Photo RB/www.ipreunion.com)

L'affaire avait été jugée le jeudi 28 mars 2019. Le procureur avait requis à son encontre une peine d'amende de 100.000 euros dont 50.000 avec sursis, la confiscation de sa maison, une inéligibilité de deux ans et une interdiction d'exercer une fonction publique pendant deux ans. Cette audience avait duré plusieurs heures. Marie-Claude Lapierre s'était s'expliquée sur les conditions d'acquisition à bas prix de sa maison située dans un secteur prisé de l'Étang-Salé. Le maire Jean-Claude Lacouture n'était pas poursuivi dans ce dossier puisque les faits reprochés sont prescrits en ce qui le concerne.

L'élu avait par contre été jugé le même dans un dossier de harcèlement à l'encontre de son ancienne directrice du centre communale d'action sociale (CCAS). Le jeudi 25 avril 2019, Jean-Claude Lacouture avait été condamné à trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende.

Lire aussi : Jean-Claude Lacouture condamné à trois mois de prison avec sursis

C'est au début de annés 1980 que se trouvent l'origine de ce dossier. José Pinna, alors maire en exercice, souhaite donner un nouveau souffle à une cité insalubre où vivent 45 familles de pêcheurs. Son objectif est de la transformer en lotissement, pour faire de la Cité Pétrole un groupe d’habitation composé de logements très sociaux. Baptisé "La Lagune", il se divise en plusieurs parcelles. À compter du 1er janvier 1989, les 45 familles deviennent propriétaires sous le principe de la location-vente.

Les faits reprochés à Marie-Claude Lapierre remontent eux à 2011. Le 31 mai de cette année là cette proche de Jean-Claude Lacouture, achète à la commune une parcelle de 453 m2 terrain située dans cette cité La Lagune. Elle débourse la modique somme de 66 000 euros. Soit 145,70 euros/m2 pour une parcelle viabilisée, en plein cœur de l’Etang-Salé les Bains. Un prix très bas par rapport au prix du marché dans le secteur. Cela même si le terrain concerné est compris dans un secteur regroupant des logements sociaux.

Pas très loin de là, les parcelles de la ZAC du Collège à l’Etang-Salé les hauts s’arrachent aux alentours de 300 euros/m 2 .

Marie-Claude Lapierre, devenue depuis directrice de Jean-Claude Lacouture, fait construire sur sa parcelle une luxueuse case à étage avec piscine.

Le tout sous le regard des deux soeurs Hoareau , héritières de la parcelle concernée. Ainsi que l'avait révélé Imaz Press à l'époque, elles affirment s’être fait "berner par le maire" qui se serait approprié le terrain pour "pour préserver les intérêts de la commune et assurer une bonne gestion de son patrimoine privé".

Elles portent plainte.

Lire aussi : Bataille autour d'une parcelle, chefs de services virés, plaintes à gogo

Après des années de procédure et l’ouverture d'une enquête préliminaire ouverte pour des chefs de détournement de fonds publics et recel de prise illégale d'intérêt, une perquisition a lieu à la mairie de l’Etang-Salé.Marie-Claude Lapierre et Jean-Claude Lacouture sont placés en garde à vue. La première restera deux jours dans les locaux de la gendarmerie. Le second passera près de 24 heures à la caserne Vérines de Saint-Denis

Lire aussi : Étang-Salé : Jean-Claude Lacouture est ressorti après trois heures d'audition à la Caserne Vérines

Lire aussi : Étang-Salé : la garde à vue de la directrice de cabinet de Jean-Claude Lacouture levée

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Gnac, Posté
C'est une affaire lamentable et grave , incompréhensible qu'il y ait prescription pour la mairie....de se retrouver exclu d'un bien pour une famille à cause d'une dette de 2600 euros !!!...et surtout que la mairie ait pu faire PROFITER à une personne très très proche du maire d'une telle aubaine...c'est le CONSEIL MUNICIPAL dans son ensemble qui est CRITIQUABLE car COMPLICE d'une telle décision!!!..il serait bon d'avoir des éclairages de la part de l'opposition...
La justice devrait accorder aux ayants droits bafoués la possibilité de récupérer leur bien à l'état initial...la confiscation à hauteur de 132000 euros me paraît bizarre comme décision...un juriste pourrait il apporter ses lumières???..
Preuve en tout cas que les communes font souvent leurs petits arrangements au détriment du petit peuple..
BRAVO AUX SOEURS HOARAU POUR LEUR COMBAT....qui ne fait peut-être que commencer !!!
Defaut, Posté
Ça fait honte n'empeche, a cette fonction de poste dirigeant, on agit sans scrupule en dépouillant autrui: preuve la justice divine existe!