[LIVE/VIDÉOS] Acte 25 dans l'Hexagone :

Gilets jaunes : calme à Paris, des tensions à La Roche-sur-Yon


Publié / Actualisé
À Paris, la manifestation se déroule dans le calme sous bonne escorte des forces de l'ordre. Pour cet acte 25, les Gilets jaunes ont choisi de revenir aux basiques, certains ont choisi de réinvestir les ronds-point, c'est le cas notamment à Château-Thierry. Le point noir, c'est La Roche-sur-Yon, capitale régionale des gilets jaunes pour ce samedi 4 mai 2019, sur les réseaux sociaux, plusieurs appels aux débordements ont été lancés. Le préfet de Vendée a donc interdit la manifestation. Les forces de l'ordre ont été déployées en nombre et les magasins sont barricadés. Des black blocs se seraient incrustés dans le cortège, sur place, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté. (photo d'archive)
À Paris, la manifestation se déroule dans le calme sous bonne escorte des forces de l'ordre. Pour cet acte 25, les Gilets jaunes ont choisi de revenir aux basiques, certains ont choisi de réinvestir les ronds-point, c'est le cas notamment à Château-Thierry. Le point noir, c'est La Roche-sur-Yon, capitale régionale des gilets jaunes pour ce samedi 4 mai 2019, sur les réseaux sociaux, plusieurs appels aux débordements ont été lancés. Le préfet de Vendée a donc interdit la manifestation. Les forces de l'ordre ont été déployées en nombre et les magasins sont barricadés. Des black blocs se seraient incrustés dans le cortège, sur place, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté. (photo d'archive)
  • IPR

    Les tensions sont redescendues un peu partout en France, c'est la fin de se live, merci de l'avoir suivi 

  • IPR

    [Les manifestants se dispersent tranquillement à Paris] 

    Sur les réseaux sociaux, une vidéo commence à faire le tour de la toile, regardez

  • IPR

    [Pendant ce temps-là à Roissy...] 

     

     

  • IPR

    [Les tensions auront été de très courte durée à Paris] 

    Seulement quelques minutes d'échauffement avant que le calme ne revienne sur la Place de la Nation. 

    Par contre, à Toulouse, les premières grenades lacrymogènes sont envoyées par les forces de l'ordre 

  • IPR

    [Regain de tension à La Roche-sur-Yon] 

    Plusieurs dizaines de manifestants se sont retranchés à un rond-point derrière des barricades qu'ils ont ensuite incendiées. C'est la confusion sur place, les pompiers viennent d'arriver pour éteindre le feu. Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymoène pour repousser les manifestants et protéger les pompiers pendant leur intervention. 

  • IPR

    [Échauffourées] 

    • À Paris, le défilé s'est déroulé dans le calme mais en fin de parcours à la Place de la Nation, au moment de la dispersion des manifestants, des tensions ont éclaté. Quelques Gilets jaunes prennent des membres des forces de l'ordre notamment de la brigade anti-casseurs à partie. La situation est confuse sans pour autant qu'il y ait de débordements à proprement parler. 

    • À La Roche-sur-Yon, ils sont environ 500 manifestants, parmi eux, des membres des black blocs. Plusieurs échauffourées ont éclaté, jets de projectiles contre gaz lacrymogène. Des manifestants se sont retranchés derrière des barricades, ils sont pris en tenaille par les forces de l'ordre, qui, pour le moment, ne chargent pas. 

  • IPR

    [Retour au calme à La Roche-sur-Yon] 

    Le cortège a repris sa marche. Plusieurs rues de la ville sont bouclées et gardées par des membres des forces de l'ordre. La manifestation était interdite, le préfet de Vendée a affirmé "tous les voyants sont au noir", il y avait une réelle menace de débordement. Mais, pour le moment, cela reste épisodique, un alternat de périodes calmes et de tensions. 

     

     

  • IPR

    [Les premiers chiffres de la mobilisation des Gilets jaunes pour ce vingt-cinquième acte]

    Le ministère de l'Intérieur annonce 3.600 manifestants sur toute la France dont 1.000 à Paris 

  • IPR

    [Débordements à La Roche-sur-Yon]

    On est passé des tensions aux affrontements dans la petite commune de vendée. Les premières interpellations ont eu lieu ainsi que les premières charges des forces de l'ordre. 

  • IPR

    [La Roche-sur-Yon sous tension, ambiance festive à Montpellier] 

  • IPR

    [Les regards tournés vers La Roche-sur-Yon] 

    Sur les réseaux sociaux, La Roche-sur-Yon a été élue capitale régionale de la mobilisation de ce samedi 4 mai 2019. Des black blocs ont lancé un appel à venir semer la zizanie. En réaction, le préfet de Vendée a décidé d'interdire les manifestations dans le centre-ville de la commune et les effectifs de forces de l'ordre ont été doublés. 

    Ambiance tendue à La Roche-sur-Yon, les premiers jets de projectiles ont commencé. 

  • IPR

    [Christophe Castaner, le minsitre de l'Intérieur dans la ligne de mire] 

  • IPR

    [Retour aux sources] 

    Certains Gilets jaunes ont choisi de ré-investir les ronds-point, comme au début. Là où tout a commencé le 17 novembre 2018. 

  • IPR

    [Dans la capitale, tout se déroule dans le calme] 

    À Paris,  trois manifestations déclarées ont été autorisées par la préfecture. La première et principale, au départ de l'hôpital Lariboisière à 13H00 doit rejoindre la place de la Nation. Le cortège est parti à l'heure, dans le calme. Un défilé sous étroite surveillance des forces de l'ordre. Pas de tension, regardez : 

  • IPR

    [Après un 1er mai électrique] 

    Ce vingt-cinquième acte des Gilets jaunes se déroule sous étroite suveillance des forces de l'ordre. Après les échauffourées qui ont éclaté le 1er mai, un important dispositf de sécurité a été déployé sur tout le territoiremétropolitain. 

  • IPR

    Bonjour et bienvenu dans ce live, ce samedi 4 mai, nous suivons l'acte XXV de la mobilisation des Gilets jaunes dans l'Hexagone, nous sommes en live, suivez-nous 

À propos

Une mobilisation dans le calme après le un 1er mai mouvementé

Depuis l'acte 22, mi-avril, les chiffres du ministère de l'Intérieur, contestés par les "gilets jaunes", montrent un fléchissement du nombre des manifestants qui battent le pavé chaque samedi. Le week-end dernier, lors de l'acte 24, 23.600 manifestants, dont 2.600 à Paris, ont été recensés en France par les autorités. Le mouvement, démarré il y a près de six mois, comptabilisait de son côté "60.132 manifestants minimum".

Pour l'acte 25, quelques centaines de personnes maximum se disaient participantes à chacun des événements relayés sur Facebook partout en France.
A Paris, trois manifestations déclarées ont été autorisées par la préfecture. La première, au départ de l'hôpital Lariboisière à 13H00 doit rejoindre la place de la Nation.

Comme samedi dernier, un tour des sièges des médias, dans les XVe et XVIe arrondissements, à l'ouest de la capitale, est au programme à partir de 13H00. Le troisième cortège partira à 14H00 de Jussieu (Ve), jusqu'à la rue de Patay (XIIIe). Par ailleurs, une "occupation festive" de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle est prévue à 11H00 pour demander, entre autre, "l'arrêt de la vente d'ADP (Aéroport de Paris, NDLR)".

Ces rassemblements ont lieu trois jours après les heurts entre manifestants et"Gilets jaunes" dans la fumée des gaz lacrymogènes, à Paris, le 1er mai 2019 forces de l'ordre lors du 1er mai, marqué par l'irruption de plusieurs dizaines d'entre eux dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, après un mouvement de panique.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, sous le feu des critiques après avoir parlé d'"attaque", a reconnu vendredi qu'il n'aurait pas dû employer ce mot. Les 31 personnes placées en gardes à vue après cet incident et libérées depuis, tiendront une conférence de presse à 16H00 à Paris.

La préfecture de police de Paris a reconduit son arrêté d'interdiction de manifester sur les Champs-Elysées, et dans un périmètre incluant l'Assemblée Nationale, le palais de l'Elysée, et le secteur de la cathédrale Notre-Dame, touchée mi-avril par un incendie. Le préfet Didier Lallement a également interdit deux rassemblements place de la République pour éviter la constitution de "cortèges sauvages", selon un communiqué.

Un appel inter-régional à manifester à la Roche-sur-Yon a conduit la préfecture de Vendée à interdire tout rassemblement dans le centre-ville entre 12H00 et 22H00 "face au risque de débordements et de violences".

Des "gilets jaunes" ont également appelé à "reprendre" les ronds-points. Des "barbecues anti-Macron" doivent se tenir sur plusieurs d'entre eux, partout en France, à l'initiative du député de la France Insoumise François Ruffin, qui y projettera son film "J'veux du soleil" sur les "gilets jaunes".

Des appels à manifester ont également été lancés dans plusieurs grandes villes de province comme Lyon, Toulouse ou Montpellier.

- © 2019 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !