Photographe amateur passionné :

Jessica Anamoutou, de Tahiti à La Réunion


Publié / Actualisé
Cette semaine dans notre rubrique " Photographe amateur passionnée ", honneur aux dames. Focus sur le travail de Jessica Anamoutou, arrivée à La Réunion en 2016.
Cette semaine dans notre rubrique " Photographe amateur passionnée ", honneur aux dames. Focus sur le travail de Jessica Anamoutou, arrivée à La Réunion en 2016.

C’est au détour d’un déménagement à Tahiti en 2012 que Jessia Anamoutou est tombée amoureuse de la photographie. Autodidacte, elle s’est éduquée à la discipline grâce à internet. " Je ne connaissais personne autour de moi qui faisait de la photo, et je n’avais pas envie de prendre de cours, alors je me suis tournée vers le net " explique-t-elle. Il faut aussi dire que Tahiti n’a rien à envier à La Réunion côté paysage, et que l’envie de capturer la beauté de l’île doit tout autant démanger là-bas que sur notre caillou.

" Même si mon domaine de prédilection reste la nature, j’aime aussi qu’il y ait une présence humaine sur la photo pour montrer la grandeur de la nature, explique-t-elle, mes enfants sont souvent des modèles d’ailleurs, même s’il faut parfois les forcer un peu " confie-t-elle en riant. En parcourant ses photos, on tombe donc sur ses marmailles posant devant les magnifiques panoramas réunionnais.

Capturer la beauté de l'instant

Ce n’est d’ailleurs qu’en 2016 que Jessica arrive à La Réunion, où elle s’éprend une nouvelle fois de la nature. " Quand je regarde autour de moi et que je vois quelque chose qui me plait, je réalise une image dans ma tête et j’essaie de la retranscrire avec mon appareil, explique-t-elle, ça peut être un rayon de soleil ou un petit détail qui fera la différence ". Même lorsqu’elle réalise des portraits, elle n’est pas du genre à faire poser. " C’est la beauté de l’instant qui me plait " confie la photographe.

Jessica n’a d’ailleurs pas vraiment de processus artistique. " Quand je pars en excursion, c’est généralement avec des gens qui ne font pas de photographie, alors c’est rare que je prenne mon trépied avec moi " explique-t-elle. Une autre raison pour laquelle son travail se concentre essentiellement sur des instants donnés.

Malgré sa passion, elle n’a jamais songé à se lancer dans une carrière professionnelle. " Ce qui me plait, c’est partager ce que j’ai ressenti sur le moment et retranscrire la beauté de ce que je vois autour de moi " répond-elle. D’ailleurs, si elle modifie parfois légèrement la colorimétrie de ses clichés, elle n’essaie de ne pas trop y toucher. " A termes, j'aimerais pouvoir aller photographier la faune africaine. C'est vraiment un rêve " conclut-elle.

 

as/www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

    Illustration : Kwa Films

    Kwa Films

    37 reportage(s)