Un entretien surréaliste dans "Régions Magazine" :

Didier Robert tacle l'Etat et trouve les carrières peu écologiques


Publié / Actualisé
C'est un entretien plus que surprenant, qu'Imaz Press Réunion a déniché pour vous. Dans une interview accordé au journal "Régions Magazine" d'avril, Didier Robert dresse la liste de ses actions au sein de la Région et fait le point sur ses attentes. Mais pas auprès de n'importe qui. Le président du conseil régional s'en prend directement l'Etat, "incohérent" et "inconstant" selon lui. Un tacle inattendu venant de celui qui affirmait justement en mars soutenir la majorité présidentielle pour les Européennes. Comme est tout aussi inattendu son commentaire sur les carrières qu'il juge... peu écologiques
C'est un entretien plus que surprenant, qu'Imaz Press Réunion a déniché pour vous. Dans une interview accordé au journal "Régions Magazine" d'avril, Didier Robert dresse la liste de ses actions au sein de la Région et fait le point sur ses attentes. Mais pas auprès de n'importe qui. Le président du conseil régional s'en prend directement l'Etat, "incohérent" et "inconstant" selon lui. Un tacle inattendu venant de celui qui affirmait justement en mars soutenir la majorité présidentielle pour les Européennes. Comme est tout aussi inattendu son commentaire sur les carrières qu'il juge... peu écologiques

La NRL, "un pont jeté vers l'infini"

"Régions Magazine" est une publication payante vendue dans les aéroports et gares de France. Il relève de la communication institutionnelle. En tant que tel, le journal fait la promotion de toutes les Régions de France. Dans le numéro d'avril un supplément est dédié à la Région Réunion.

Dès l’éditorial, le décor est planté. Dans ce supplément pompeusement titré "La Réunion trace sa route", la NRL "surgit des eaux turquoise de l'Océan Indien", c’est "une construction spectaculaire, comme un pont jeté vers l'infini." Si vous êtes déjà émus, vous n’avez encore rien vu. Car on apprendra plus loin que la NRL est "l’image d’un territoire ambitieux (…) une vision d'avenir, d'un avenir proche tant les travaux avancent vite, malgré tous les obstacles inhérents à cet ouvrage hors du commun."

Et quels obstacles. Les associations environnementales, associations de riverains, l’Autorité environnementale, les opposants politiques, plusieurs mairies, l’opinion publique … et puis bien sûr le tribunal administratif. La liste est longue, qu’il s’agisse d’une opposition assumée à la NRL ou bien d’un simple positionnement anti-carrière. Tous sont ici considérés comme des "freins" face à la "construction pharaonique" de la NRL, un chantier qui semble manifestement éblouir le magazine.

Les carrières, finalement pas très écolos ?

L’auteur de ce texte enchanteur, on le retrouvera quelques pages plus loin, dans un entretien exclusif avec Didier Robert… Si l’interview commence de manière classique sur le bilan et les projets du président de région pour l’île, très vite on arrive sur la pente glissante et pourtant évidente de la NRL… Jusqu’à faire dire à Didier Robert ce qui jusqu’ici nous aurait semblé impensable.

Car au beau milieu d’un encadré résumant les "sept piliers du projet régional", on en vient, l’air de rien, à la Nouvelle route du Littoral. Didier Robert aborde alors la question des remblais avec cette phrase : "Nous avons fait le choix de les récupérer sur des terres agricoles plutôt qu'en carrière, ce qui coûte plus cher mais est plus écologique."

La carrière, moins écologique ? Un avis qui ne passe pas inaperçu, alors que la Région fait tout pour autoriser l’exploitation de celle de Bois Blanc… jusqu’à affirmer suivre l’Etat en cas de pourvoi en cassation. L’Etat, justement, a récemment confirmé faire appel de la décision du tribunal administratif de suspendre les autorisations d’exploitation de la carrière.

Un budget soi-disant maîtrisé pour la NRL

Difficile cependant de savoir à quels "remblais" le président de Région fait référence dans cet entretien. S’agit-il de ceux qui ont servi au viaduc ? Ou bien fait-il allusion aux futures roches nécessaires à la digue ? Dans tous les cas la phrase est là : se passer des carrières est "plus écologique"... Tout semble donc parfait dans le meilleur des mondes. Et dans ce tableau utopique, un budget totalement maîtrisé. "A ce stade, aucun élément ne permet d'affirmer que les coûts seront dépassés", explique Didier Robert. Il ajoute alors que le montant du projet, "fixé à 1,6 milliard d’euros" reste inchangé...

Pourtant mi-mai, la Région elle-même annonçait une rallonge budgétaire de 33 millions d’euros, hors taxe. Une somme prélevée sur l'enveloppe de 250 millions d'euros provisionnée pour "risques et aléas". La conseillère régionale Karine Nabénésa soulignait il y a quelques temps qu’il est impossible de savoir pour l’instant si cet argent suffira à couvrir tous les travaux liés au viaduc… Elle ajoutait également qu'au total, près de 600 millions d’euros sont aujourd’hui réclamés par le groupement constructeur à la Région pour la réalisation de la NRL. "Aucun élément ne permet d’affirmer que les coûts seront dépassés", vraiment ? Cela fait bien longtemps que l’on sait que la NRL est partie pour dépasser, et de loin, les 1,6 milliard définis au départ.

L'Etat, pas assez constant, pas assez cohérent...

Et ce discours surréaliste ne va pas s’arrêter là. Car Didier Robert affirme avoir des ambitions fortes pour l’île de La Réunion, ambitions qui vont au-delà de la NRL, mais qui sont freinées… par l’Etat. Sans crier gare, le président de Région attaque. Lorsque le journaliste lui demande ce qu’il attend de l’Etat, la réponse est cinglante : "J'attends d'abord qu'il soit constant. Qu'il n'y ait pas de remise en question d'une loi de Finances sur l'autre, au gré des humeurs de Bercy." Les termes sont forts et ça n'est pas fini... Car Didier Robert avouera par la suite qu’il est navré de constater que les territoires ultramarins sont "une variable d’ajustement", qu’il attend que l’Etat soit "cohérent" en ce qui concerne la politique des Outre-mer. 

Et à la question "ça fonctionne mieux avec l’Europe qu’avec la France", la réponse est sans appel : "Mais on n'a pas cela avec la France ! J'ai besoin d'un soutien plus efficace sur ces thématiques. Je n'attends pas de l'Etat qu'il fasse plus, mais qu'il fasse mieux."  C’est une attaque frontale, sans détour. L’Etat manque de constance, manque de cohérence, les territoires ultramarins sont une "variable d’ajustement" et le soutien du gouvernement est inefficace... En deux mots : l’Etat ne fait pas son travail.

Un avis bien tranché, qui s’éloigne des récentes déclarations du président du conseil régional vis-à-vis du gouvernement actuel. Certes en 2017, Didier Robert militait pour François Fillon et qualifiait l’actuel président de  "oui oui de la politique" sans programme... Mais depuis il a changé d’avis, et n'a rien contre les marcheurs.

Alors où est passé le Didier Robert qui posait fièrement, poignée de main à l’appui, aux côtés du président en juin 2018 lors des assises des Outre-mer ? Où est passé, plus récemment, le Didier Robert qui avait applaudi "les chantiers ambitieux" lancé par Emmanuel Macron pour notre pays, lors de son allocution fin avril ? Et où est passé le Didier Robert qui affichait son soutien à la majorité présidentielle pour les Européennes, lors de la venue de Nathalie Loiseau en avril ?

... et responsable des suppressions de postes

Alors que le président de Région semblait s’être rabiboché avec l’Etat, voilà un texte qui fait mouche, et un Didier Robert qui se montre bien plus virulent... jusqu’à justifier les baisses d’effectifs au sein de la Région par des "sujets repris partiellement par l’Etat" et le "pacte de confiance" signé avec le gouvernement. Pacte qui selon lui "limite nos dépenses de fonctionnement à 1,25%, ce qui conduit à quelques suppressions de postes d’une année sur l’autre". L’Etat, responsable des effectifs en moins à la Région ? Selon ce que nous lisons, il faut bien le croire. L’air de rien, un nouveau tacle…

Peut-on dire que Didier Robert règle ses comptes dans cet article ? Ou bien dira-t-il que ses propos ont été mal retranscrits ?

Voilà en tout cas une double-page montrant un président de conseil régional offensif contre l'Etat et au discours étrange concernant les carrières…

Sinon ce portrait dithyrambique de l’action du président de Région et des chantiers en cours sur l’île à un coût : 4,5 euros le numéro en Métropole, 6 euros dans les Outre-mer…

L'octroi de mer sans doute....

mm/www.ipreunion.com

   

13 Commentaire(s)

Mathieu, Posté
Je trouve que les extraits ne peuvent refléter l'ensemble de l'esprit. De plus tous les politiques savent que l'outre-mer agit en " variable d'ajustement " dans les politiques nationales. Pour les carrières c'est une vérité déjà abordée que d'un point de vue environnemental ce n'est pas le mieux.... et pourtant la nécessité existe, les andains ne pourront être en quantité suffisante pour les chantiers à venir sur toute l'ile en commencent simplement par la construction
By money, Posté
Un visionnaire dites vous? Life is travelling, Life is money !!!!!
Jean-Claude DELMAS, Posté
Là on est plus sur les rails ! Ça déraille et je ne parle pas du projet visionnaire du tram-train de son prédécesseur pour "oxygéner " les routes envoyé dans les profondeurs abyssales sous-marines il y a dix ans ! Démission peut-être ? Mais n'est pas De Gaulle ou Chevènement qui veut ! Surréalste les propos de Didier Robert ? Irréalistes, contradictoires et mensongers surtout ! Que de couleuvres indigestes avalées ! Dommage et trop tard ! Silence, on coule ! O tempora, o mores !
Pseudo pas nécessaire !
@Jacky Mahoidi, Posté
Visionnaire ???....... Super maxi PTDR
LÉ GAYARD , Posté
Il tourne avec le vent où ça le rapporte le plus. Vous ne le connaissez donc pas après tout ce temps? Il a tourné le dos à TAK en s'attribuant SA place, il a tourné le dos à Fillon, aux Républicains, à son propre parti qui n'est qu'un bidouchouette local, et il tournera le dos à "en marche"! Life is money IMAZ Press, Life is travelling IMAZ Press, Life is beautiful IMAZ Press
Ramier, Posté
Jacky Mahoidi , un homme Visionnaire dites vous !!! Aucun lycée de construit , une médiathèque plombée morte avant son envol , une NRL rêvée ,  "tout H politique veut laisser son empreinte" un visionnaire Calcul , prévoit , budgétise , suit sa vision .. les tournicotages politiques n'ont qu'un But suis emmerdé tu m'aide et moi je te soutient où tu veux !!!!!
Barbara, Posté
Franchement je m'inquiètes pour le président de Région, peut-être a-t-il été menacé et que c'est sous la contrainte qu'il a dÃ" faire ses déclarations... Vous devriez enquêter Imaz Press ??
KUNTA KINTÉ, Posté
Ce type doit dormir les yeux ouverts la nuits ne sachant plus où il habite en politique de TAK , à Sarkozy , à Fillon ... Macron par intérêt à très court terme ... Alléluia !!!
Jacky Mahoidi, Posté
Le président de région ne fais au hasard. Son camp avec Stéphane Bijoux peut faire gagner le pays sans trop se battre contre le gouvernement. Cest la politique. Imaz press est très fort pour faire croire que l'homme Didier Robert n'est un bon rien alors que c'est un visionnaire.
CHABAN, Posté
Du didier robert pur jus pur beurre, ne sachant où il habite sauf à l'hôtel de région...... Belle trouvaille cet article, pardon cette autopromotion, autoportrait....
Philippe Taou-taï, depuis son mobile, Posté
Le roi Scorpion
Philippe Taou-taï, depuis son mobile, Posté
ce monsieur est avec LEMR
village desprez , Posté
pas un mot sur les emplois FICTIF a ste suzanne et portant
quand sa vous arrange c est quand sa dérange non toute la presse de notre ile a fait une page sauf vous