Un Réunionnais sur deux est en surpoids :

L'obésité, ce problème de taille difficile à endiguer


Publié / Actualisé
Le surpoids, un fléau silencieux mais visible qui ronge sournoisement la population réunionnaise. Aujourd'hui, un Réunionnais sur deux est en surpoids ou obèse. À l'occasion de la journée européenne de l'obésité le 17 mai, plusieurs associations et institutions se sont mobilisées pour sensibiliser les Réunionnais à travers des animations, des ateliers mais aussi des conférences. Car le sujet est un enjeu de santé publique majeur de ces prochaines années. Imaz Press a interviewé Anne-Sophie Joly, la présidente du Comité national des associations d'obèses, au-delà du classique " mangez mieux et faites du sport ", Anne-Sophie Joly a expliqué que la propagation de l'obésité à La Réunion n'est pas une fatalité.
Le surpoids, un fléau silencieux mais visible qui ronge sournoisement la population réunionnaise. Aujourd'hui, un Réunionnais sur deux est en surpoids ou obèse. À l'occasion de la journée européenne de l'obésité le 17 mai, plusieurs associations et institutions se sont mobilisées pour sensibiliser les Réunionnais à travers des animations, des ateliers mais aussi des conférences. Car le sujet est un enjeu de santé publique majeur de ces prochaines années. Imaz Press a interviewé Anne-Sophie Joly, la présidente du Comité national des associations d'obèses, au-delà du classique " mangez mieux et faites du sport ", Anne-Sophie Joly a expliqué que la propagation de l'obésité à La Réunion n'est pas une fatalité.

À La Réunion, on aime cuisiner, on aime manger

Difficile d’imaginer le traditionnel pique-nique du dimanche en famille sans un bon carry saucisse, un rougail morue ou un boucané bringelle. Les Réunionnais aiment cuisiner et savourer de bons petits plats en famille. Alors comment trouver l’équilibre ? Un repas sain est-il compatible avec nos plats créoles ? Pour Anne-Sophie Joly, ce qui est primordial, c’est le plaisir " la cuisine traditionnelle n’est pas un obstacle, il faut prendre du plaisir à manger, le tout, c’est de trouver la bonne composition nutritionnelle, celle qui vous permettra de ne pas avoir de problèmes derrière. "

Les plats cuisinés, ce fléau 

Les Réunionnais aiment cuisiner  mais avec ces grandes surfaces qui fleurissent un peu partout, ils cèdent à l’appel des sirènes : les plats cuisinés. Ces plats trop en tout. Trop sucrés, trop salés, trop gras, souvent d’une piètre qualité nutritionnelle. Cuisiner serait pourtant l’un des outils les plus efficaces pour lutter contre la prise de poids " plus vous pourrez réaliser vos transformations et vos fabrication de repas et plus vous savez ce que vous allez mettre dedans et vous savez d’où ça vient. Plus vous transformez vous même, plus vous pourrez maîtriser ce que vous mettez dedans. À La Réunion, il y a des fruits et des légumes de meilleures qualité nutritive, profitez-en " poursuit Anne-Sophie Joly. 

Plus on est pauvre, plus on est gros 

Plusieurs études ont établi un lien de cause à effet entre pauvreté et obésité. Avec 42% de Réunionnais vivant sous le seuil de pauvreté soit trois fois plus qu’en métropole, il y a peut-être un début d’explication sur les chiffres alarmants enregistrés dans le département " il y a un lien entre pauvreté et surpoids, c’est une problématique réunionnaise, ultramarine, métropolitaine, internationale... Nous nous sommes récemment réunis à Glasgow lors un congrès international sur l'obésité et ce qui ressort très clairement c’est ce lien entre première couche sociale et surpoids." indique la présidente du comité national des associations d'obèses. 

Obésité infantile et génétique

D’après une enquête réalisée entre 2011 et 2012 par l’Agence régionale de santé (ARS) Océan Indien, 5% des enfants réunionnais de CM2 sont en surpoids et 8,4% sont obèses. En grande section de maternelle, 14,3% des enfants sont en surpoids et 5,7% sont obèses. C’est un cercle vicieux, " lorsqu’un des deux parents est en surpoids ou obèse, l’enfant a 40% de chance de récupérer la génétique, si les deux parents ont un problème de poids, cela montre à 80% " explique Anne-Sophie Joly. 

La gestion de ce fléau passe par l'éveil des consciences

Tant que les produits alimentaires nocifs continueront à être moins chers et que les Réunionnais auront un mode de vie mauvais pour leur santé avec une alimentation trop riche couplé à une importante sédentarité, il sera difficile d’éradiquer ce phénomène. Tout passe par un éveil des consciences car le surpoids et l’obésité entraînent des pathologies comme le dabète, l’ypertension artérielle, l’apnée du sommeil…

Il faut aussi une réelle éducation de la population au " manger mieux " et une implication plus importante des pouvoirs publics " j’ai fait les états généraux de l’alimentation, nous étions plusieurs associatifs à porter haut la problématiques de l’obésité et à réclamer une réponse forte de l’État sur le sujet " affirme Anne-Sophie Joly.

En espérant que ce ne soit pas un vœu pieu… À La Réunion comme sur le reste du territoire national, les chiffres de l’obésité ne sont pas à la baisse. 15% des Français sont obèses, 1,4 milliard de personnes à travers le monde sont atteintes par la maladie.

fh/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Pascal Payet, depuis son mobile, Posté
Tant que les lobbies seront Rois à la Réunion...
Concrètement, les fabricants ne sont toujours pas obligés d'apporter la preuve scientifique de la véracité de leurs allégations(des messages vantant de prétendus bienfaits comme : "Riche en calcium et magnésium" ou "Enrichi en vitamines" ­ de ceux qui fleurissent sur les paquets de biscuits et autres boîtes de céréales.avant de mettre leur produit sur le marché. 
Sissi974, Posté
Il est vraiment possible de cuisiner des recettes de la cuisine réunionnaise, équilibrées et moins grasses, à suivre ....
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)