Fonction publique :

Concours : un amendement qui favorise le retour au péi, mais qui a ses limites


Publié / Actualisé
Olivier Serva, président de la délégation aux Outre-mer, se félicitait ce lundi 21 mai 2019 de l'adoption de son amendement sur la création de concours locaux qui favoriseraient la préférence régionale dans la fonction publique. Un enthousiasme partagé par la ministre des Outre-mer Annick Girardin. Du côté du conseil représentatif des Outre-mer (CREFOM) et de la députée Ericka Bareigts, qui espéraient une mesure forte, c'est la douche froide.
Olivier Serva, président de la délégation aux Outre-mer, se félicitait ce lundi 21 mai 2019 de l'adoption de son amendement sur la création de concours locaux qui favoriseraient la préférence régionale dans la fonction publique. Un enthousiasme partagé par la ministre des Outre-mer Annick Girardin. Du côté du conseil représentatif des Outre-mer (CREFOM) et de la députée Ericka Bareigts, qui espéraient une mesure forte, c'est la douche froide.

Si le contenu intégral de l’amendement reste actuellement assez flou, Olivier Serva s’est félicité de son adoption à l’Assemblée nationale, en plein débat sur la refonte de la fonction publique. " Ce nouveau concours permettra aux candidats qui s’y présentent de connaître en amont le territoire dans lequel ils seront affectés en cas de réussite, ce qui permet de mieux répondre aux besoins de recrutement dans les zones peu attractives " a-t-il indiqué dans un communiqué.

 


Annick Girardin a, de son côté, félicité l’adoption de l’amendement qui doit " répondre aux besoins de recrutement des territoires les moins attractifs, notamment les Outre-mer ". Une formulation curieuse, alors que les territoires ultramarins sont plutôt victimes de leur sur-attractivité que l’inverse.

 


Concrètement, cet amendement signifie que les personnes souhaitant passer les concours de la fonction publique seront informées à l’avance des zones d’affectations disponibles. Cette mesure devrait éviter aux ultramarins souhaitant restés sur leur territoire de participer à un concours n’offrant pas de possibilité de positionnement en Outre-mer. " L’adoption de cet amendement débouchera sur la création de concours locaux spécifiques, réservés aux ultramarins, qui seront donc prioritaires sur ces positionnements " a indiqué le service de communication d’Olivier Serva.

Un amendement qui soulève plusieurs questions

A La Réunion, cette annonce soulève de nombreuses questions. " Quelles catégories de la fonction publique sont concernées ? Un nouveau concours sera-t-il créé, est-ce une refonte des concours actuels ? Qu’adviendra-t-il des fonctionnaires admis à l’examen mais qui n’auront pas d’affectation sur leur territoire ? " s’interroge Richel Sacri, délégué régional du CREFOM Réunion.

La sructure, engagée depuis longtemps dans le retour des forces vives sur leur territoire d’origine, reste donc perplexe face à cet amendement " Dans la mesure où celui-ci n’a aucune dimension contraignante et que l’ancienne législation reste en vigueur, nous doutons de l’application de ce dernier. Cependant nous ne pouvons pas nier que c’est un pas dans la bonne direction " indique le président, lui-même à l’origine de nombreuses idées introduites au parlement par les députés réunionnais.

Un amendement dont " on ne verra pas la couleur "

Trois amendements avaient été proposés dans le cadre cette réforme par Ericka Bareigts (PS), sans que ceux-ci soient pour autant approuvés. " Je ne vois pas ce que cet amendement va changer. Nous restons dans une logique de concours nationaux avec des fléchages locaux, ce qui revient à devoir passer par des décrets pour appliquer ce dernier. Nous n’en verrons certainement pas la couleur " s’est-elle indignée.

Elle cite ensuite l’exemple d’une jeune femme réunionnaise qui avait passé le concours de l’ Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Cette dernière était arrivée première au concours à La Réunion, et sixième au niveau national. C’est pourtant le candidat placé en quatrième position au niveau national qui avait été affecté au poste disponible à La Réunion, bien qu’il soit métropolitain. " Cet amendement n’empêchera pas ce genre de situation de se reproduire " indique-t-elle.

La députée rappelle par ailleurs un combat similaire qu’elle mène depuis plusieurs années. " Nous avons mis en place des centres d’intérêts matériels et moraux (CIMM), qui n’ont pas pour autant été mis en place par les différentes administrations, malgré qu’ils soient obligatoires, précise-t-elle, je ne vois pas pourquoi ce serait différent avec les concours de la fonction publique ".

Lire aussi : Trois amendements pour favoriser le retour des fonctionnaires ultramarins

Si la proposition d’Olivier Serva va donc dans le bon sens, elle est loin d’être satisfaisante aux yeux de la députée. " Je serai présente pour la deuxième lecture du texte de loi, afin de revenir dessus, d’améliorer, de corriger, et de sous-amender " conclut Ericka Bareigts.

as/fh/www.ipreunion.com

redac@ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !