400 000 véhicules concernés en France :

L'UFC-Que choisir accuse Renault de malfaçons sur des moteurs


Publié / Actualisé
Cette affaire pourrait être un nouveau scandale dans le secteur automobile. Plusieurs centaines de véhicules concernés en Europe. Près de 400 000 en France. L'association de consommateurs accuse le groupe Renault de malfaçons sur des moteurs de marques Renault, Dacia, Nissan et sur des utilitaires Mercedes. Des malfaçons que le groupe automobile aurait volontairement cachées selon l'UFC-Que Choisir.
Cette affaire pourrait être un nouveau scandale dans le secteur automobile. Plusieurs centaines de véhicules concernés en Europe. Près de 400 000 en France. L'association de consommateurs accuse le groupe Renault de malfaçons sur des moteurs de marques Renault, Dacia, Nissan et sur des utilitaires Mercedes. Des malfaçons que le groupe automobile aurait volontairement cachées selon l'UFC-Que Choisir.

Surconsomation d'huile 

Dans la ligne de mire de l’association de consommateurs, les moteurs essence 1.2 TCe et 1.2 DIG-t – série Euro 5 de type H5 de véhicules Renault, Dacia, Nissan et Mercedes. Selon l’UFC-Que choisir " de nombreux cas de surconsommation d’huile, qui peuvent se traduire par la casse du moteur, sont recensés. "
Ces moteurs fabriqués entre la fin 2012 et la mi-2016 auraient tendance à consommer trop d’huile. Cela peut entraîner " une dégradation des soupapes d’échappement et aboutir à une casse moteur ", affirme l’association, qui évoque 400.000 véhicules concernés en France et d’autres cas signalés ailleurs en Europe.

Les coûts de réparations pouvant monter jusqu’à 10 000 euros par véhicule. L’UFC-Que choisir accuse le groupe Renault de faire la sourde oreille, " Renault ne reconnaît pourtant pas le problème et rechigne à prendre en charge les frais de réparation. " indique l’association.

Renault aurait volontairement dissimulé les malfaçons

Pire, l’UFC-Que choisir affirme que le groupe aurait été au courant de ces malfaçons mais les aurait volontairement passées sous silence. L’association s’est procuré une note de service interne " la note technique précise que le problème de consommation excessive d’huile concerne les moteurs produits sur une période assez longue : d’un début de fabrication du 1er octobre 2012 à une fin de fabrication au 20 juillet 2016, soit presque 4 ans. Un rapport de février 2016, émis par la DQSC (direction qualité et satisfaction client) de Renault, fait même état du processus de dégradation des soupapes d’échappement (conséquence de la surconsommation d’huile) qui peut alors engendrer la casse du moteur. "

Rappel des véhicules 

L’association a adressé une mise en demeure au quatre marques concernées et demandé à Renault de rappeler les véhicules concernées et de prendre en charge l’intégralité des frais.

La publication de l’UFC-Que choisir complète à retrouver ici

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Rascal83, Posté
Renault n'en est malheureusement pas à son coup d'essai, les Scenic 1.9D 2ème génération 2003-2005 avaient de nombreux défauts surtout au niveau du turbo avec risque de casse moteur et rarement pris en charge par le constructeur...