[LIVE - PHOTOS] Les passagers du bateau ont été interpellés :

Mayotte : 18 migrants Sri-lankais débarquent dans le sud


Publié / Actualisé
Un bateau de migrants a débarqué ce matin, lundi 27 mai 2019, dans le sud de Mayotte à Bouéni. Il transportait 18 personnes, dont des femmes et des enfants. Elles ont été interpellées, remises à la Police aux frontières et placées en Centre de rétention administratif à Dzaoudzi (Petite-terre). D'après la Préfecture de l'île aux parfums, elles souhaiteraient demander l'asile. Selon le maire de Bouéni, Mouslim Abdourahaman elles seraient Sri-lankaisaise. D'autres sources estiment que le bateau viendrait d'Inde. C'est la première fois que des Sri-lankais accostent à Mayotte, jusqu'à présent ils naviguaient jusqu'à La Réunion. Six navires sont ainsi arrivés depuis mars 2018. Suivez-nous, nous sommes en live avec nos confrères de France Mayotte Matin (Photo DR/France Mayotte Matin)
Un bateau de migrants a débarqué ce matin, lundi 27 mai 2019, dans le sud de Mayotte à Bouéni. Il transportait 18 personnes, dont des femmes et des enfants. Elles ont été interpellées, remises à la Police aux frontières et placées en Centre de rétention administratif à Dzaoudzi (Petite-terre). D'après la Préfecture de l'île aux parfums, elles souhaiteraient demander l'asile. Selon le maire de Bouéni, Mouslim Abdourahaman elles seraient Sri-lankaisaise. D'autres sources estiment que le bateau viendrait d'Inde. C'est la première fois que des Sri-lankais accostent à Mayotte, jusqu'à présent ils naviguaient jusqu'à La Réunion. Six navires sont ainsi arrivés depuis mars 2018. Suivez-nous, nous sommes en live avec nos confrères de France Mayotte Matin (Photo DR/France Mayotte Matin)
  • IPR

    Ce live est à présent terminé. Merci d'avoir suivi cette actualité avec nous et nos partenaires de France Mayotte Matin

  • IPR

    15 jours de voyage, plus de 4.550 kilomètres

    A vol d'oiseau, Mayotte se situe à plus de 4.550 kilomètres du Sri-Lanka. En comparaison, La Réunion se trouve à 4.238 kilomètres de l'île surnommée la Larme de l'Inde.

  • IPR

    Les 18 personnes sont dans un "état sanitaire préoccupant"

    Il y aurait 16 hommes et 2 femmes. Ils sont dans un état sanitaire préoccupant, a indiqué le général Leclerce, commandant de la gendarmerie de Mayotte.

    Celui qui a été identifié comme capitaine fera l'objet «d'un traitement judiciaire» adapté, a-t-il précisé.

  • IPR

    Une quinzaine de jours de voyage

    Les migrants sri-lankais auraient quitté le continent indien il y a une quinzaine de jours, ont-ils déclaré aux forces de l'ordre, et leur boutre s'est échoué à N'gouja, l'une des plages du Sud les plus touristiques de l'île aux parfums, a déclaré le commandant de la gendarmerie de Mayotte, le général Philippe Leclercq à l'AFP.

    L'embarcation, en difficulté, a été signalée aux forces de l'ordre par la municipalité.

  • IPR

    La commune de Bouéni, où sont arrivés les 18 migrants, est la commune française qui a le plus voté Rassemblement national aux élections européennes de dimanche 26 mai 2019. Le parti de Marine Le Pen a cartonné avec plus de 68% des voix.

    • Rassemblement national (Jordan Bardella) en tête avec 68,18% des voix
    • Les Républicains (François-Xavier Bellamy) en 2ème position, loin derrière avec 10,55% des voix
    • La France Insoumise (Manon Aubry) 3ème avec 6,39% des voix

  • IPR

    RAPPEL - Il existe à Mayotte une procédure dérogatoire concernant les lois sur l'immigration. Cette dérogation autorise le renvoi de toute personne étrangère en situation irrégulière en 48 heures.

    Depuis le 1er janvier 2019, près de 11.000 Comoriens en situation irrégulière ont ainsi été expulsés de Mayotte. Chaque année, le département expulse entre 18.000 et 22.000 personnes.

  • IPR

    Les migrants rapidement exfiltrés

    Selon les informations de nos confrères de France Mayotte Matin, le bateau de migrants n'a pas été intercepté dans le lagon, il a eu le temps d'accoster sur la plage de Bouéni.

    La situation a failli dégénérer sur la plage, des manifestants hostiles aux migrants ont failli s'en prendre aux Sri-Lankais. La Police aux frontières a dû rapidement intervenir  et exfiltrer les migrants.

  • IPR

    Le Codim sur la plage de Bouéni

    Dès que la nouvelle d'une arrivée de migrants a été connue, le Codim (Collectif citoyen de défense des intérêts) s'est rendu sur la plage.

    Au même moment une manifestation anti-immigration a eu lieu sur la place de Bouéni.

    Cette manifestation est toujours en cours

  • IPR

    Bonjour Bonjour La Réunion,

    D'après la Préfecture de l'île aux Parfums, les migrants seraient 18, dont des femmes et des enfants. Ceratins témoins indiquent que les enfants seraient très jeunes, d'autres parlent d'adolescents.

     

À propos

C'est une première, un bateau de migrants, probablement sri-lankais, a été intercepté dans le lagon par les forces de l'ordre mahoraises alors qu'il se préparait à accoster à Bouéni (Sud de l'île). 18 personnes, dont des femmes et des enfants ont été rapidement interpellées et placées en Centre de rétention administratif de Dzaoudzi (Petite-terre).

Selon le maire de Bouéni, Mouslim Abdourahaman elles seraient Sri-lankaisaise. D'autres sources estiment que le bateau viendrait d'Inde. C'est la première fois que des Sri-lankais accostent à Mayotte, jusqu'à présent ils naviguaient jusqu'à La Réunion. Six navires sont ainsi arrivés depuis mars 2018. (Photo d'illustration : RB/Imaz Press Réunion)

   

2 Commentaire(s)

Yas, Posté
La France a décidé de détruire les îles comorienne Mayotte nés même pas reconnu qu'il sont France au niveau mondial la France ne veux pas quitter la zone pour ces propres intérêts mes la France s'enffoue de la sécurité des maore a Mayotte la ou la France et il ramener toujours des problèmes et le sang par ce que Mayotte va mettre ou tout ces gens alors que même les Mayotte non pas de écoles y'a pas des hÃ'pitaux y'a casiment rien même pas quelques par ou dormir mes les routes elle sont pourris ces la France qui s'acharne à rester à Mayotte pour ça basse milliter et pour le canal de Mozambique et sa priver en même temps les droits des comorienne la France leur privé même au Comores de leurs libertés mes les migrants devrait comprends que même Mayotte sont restés des esclaves
KUNTA KINTÉ, Posté
A chacun sa croix !