[PHOTOS] La marchandise devait être transportée à Maurice (actualisé) :

Gendarmerie : six hommes interpellés avec 142 kg de zamal à Sainte-Rose


Publié / Actualisé
Ce vendredi 31 mai 2019, aux alentours de 21 heures, six hommes d'origines réunionnaises et mauriciennes ont été interpellés par la gendarmerie nationale à Sainte-Rose du côté de l'Anse des Cascades. 142 kg de zamal, à destination de Maurice, ont été interceptés. (Photo d'illustration AS/www.ipreunion.com)
Ce vendredi 31 mai 2019, aux alentours de 21 heures, six hommes d'origines réunionnaises et mauriciennes ont été interpellés par la gendarmerie nationale à Sainte-Rose du côté de l'Anse des Cascades. 142 kg de zamal, à destination de Maurice, ont été interceptés. (Photo d'illustration AS/www.ipreunion.com)

Le cannabis, compressé et transporté dans une dizaine de sacs de sport, avaient été soigneusement emballé afin d'assurer l'hermétisme des sachets. En effet, les drogues devaient être transportées à bord d'un bateau, qui est à l'heure actuelle toujours en fuite malgré l'intervention de l'hélicoptère de la gendarmerie.

L’opération, menée par la gendarmerie de Saint-Benoit en collaboration avec la section de recherche, du GIGN, de la Gendarmerie nationale de La Réunion ainsi que de la police mauricienne, a permis de saisir l’équivalent d'un million d’euros de drogues - soit deux millions d'euros sur le marché mauricien.

Les six trafiquants présumés, dont quatre sont réunionnais et deux sont mauriciens, sont actuellement en garde à vue et interrogés par la police. Leur garde à vue pourrait se prolonger jusqu'à 96 heures.

Chacun d'entre eux risquent jusqu'à dix ans d'emprisonnement. " Cependant, il n'est pas exclu que ces derniers soient ensuite jugés à Maurice également, où ils encourent jusqu'à 60 ans de prison " a indiqué Choolun Bhojoo, adjoint commissaire et chef de l'unité anti-drogue de Maurice, qui s'est rendu sur place pour constater les faits.

Les autorités réunionnaises et maurciennes travaillent en collaboration depuis de nombreux mois, et surveillaient les individus interpellés de près "depuis de longues semaines", a précisé le colonel Nicolas Michel, commandant de la section de recherche de la gendarmerie.

as/www.ipreunion.com
 

   

2 Commentaire(s)

Depain2@hotmail.fr, Posté
visiblement les deux pays ont décidé enfin de partager leurs renseignements et cette filière sainte rosienne est entrain de subir le contrecoup.
Cousin, Posté
il faudrait légaliser,la prohibition est un échec et engendre des trafics .plus on arrete du zamal plus il y a du chimique.