[VIDÉO] Toujours au stade de projet :

Piste longue à Mayotte, ce que ça changerait, surtout pour Air Austral...


Publié / Actualisé
C'est un véritable serpent de mer. Le dossier de la piste longue de Mayotte n'est fait que de rebondissements. Sur le sujet, l'État a fait deux pas en avant et trois en arrière. En 2010, Nicolas Sarkozy avait annoncé que la piste de Pamandzi serait allongée d'ici 2015. Mais il y a la parole et les actes. Les présidents se sont succédés et près de 10 ans après l'annonce de Sarkozy, le projet est toujours au point mort. Le 20 mai dernier, nos confrères de France Mayotte matin écrivaient qu'Emmanuel Macron annoncerait l'allongement de la piste aéroportuaire au cours de sa visite en septembre prochain mais rien n'est fait, en février dernier, le président était assez frileux sur le sujet... Cela n'empêche que si cette piste longue devait voir le jour, cela rebattrait les cartes notamment pour Air austral, la compagnie réunionnaise actuellement en situation de monopole dans le département.
C'est un véritable serpent de mer. Le dossier de la piste longue de Mayotte n'est fait que de rebondissements. Sur le sujet, l'État a fait deux pas en avant et trois en arrière. En 2010, Nicolas Sarkozy avait annoncé que la piste de Pamandzi serait allongée d'ici 2015. Mais il y a la parole et les actes. Les présidents se sont succédés et près de 10 ans après l'annonce de Sarkozy, le projet est toujours au point mort. Le 20 mai dernier, nos confrères de France Mayotte matin écrivaient qu'Emmanuel Macron annoncerait l'allongement de la piste aéroportuaire au cours de sa visite en septembre prochain mais rien n'est fait, en février dernier, le président était assez frileux sur le sujet... Cela n'empêche que si cette piste longue devait voir le jour, cela rebattrait les cartes notamment pour Air austral, la compagnie réunionnaise actuellement en situation de monopole dans le département.

La piste de Pamandzi, une vraie galère 

Casse-tête, c’est sans doute ce qui résume le mieux le dossier de la piste de Pamandzi. Une piste trop courte qui ne peut accueillir qu’un type spécifique d’appareil. Air austral est l’une des seules compagnies à avoir consenti à un effort en équipant sa flotte de deux Boeing 787-8 "le seul appareil au monde aujourd’hui, capable de décoller à pleine charge depuis la piste de Pamandzi" affirme la compagnie. Un effort ou plutôt un pari gagnant, à l’heure actuelle, l’opérateur est le seul à assurer la liaison Paris-Dzaoudzi, un vol direct de 9h50 cinq fois par semaine.

Mais on ne peut pas gagner sur tous les plans, les Boeing 787-8 ont un défaut de conception, le moteur Rolls Royce. Les ailettes de l’équipement aéronautique s’usent de manière précoce, un problème technique qui empêche les appareils de voler. Et le freinage intense nécessaire à l’atterrissage sur la piste de Pamandzi occasionne d’autres pannes sur les appareils de la compagnie.

Lire aussi : Boeing 787-7 immobilisé : Air austral dévoile son plan de gestion de crise

Résultat, des retards, des annulations et surtout des voyageurs en colère. À Mayotte, Air austral n’a plus la côte. Des billets trop chers pour un service qui n’est pas à la hauteur. Une pétition dénonçant une situation de monopole de la compagnie péi à Mayotte et l’accusant de "racketter" les voyageurs tourne sur les réseaux depuis début mai 2019, près de 9000 signataires ont ainsi exprimé leur mécontentement.

Alors depuis plusieurs semaines, c'est opération reconquête du côté de la compagnie péi, Marie-Joseph Malé, le PDG d'Air Austral enchaîne les interviews dans les médias mahorais pour rassurer et surtout calmer la grogne. 

Lire aussi : la compagnie Air austral épinglée pour son manque de ponctualité

Si Marie-Joseph Malé reconnaît des perturbations, il en minimise l’impact et s’oriente plutôt vers la théorie de la "chasse aux sorcières", regardez :

Ce qui fait tenir Air austral 

Ce "monopole subi" comme le qualifie le PDG d’Air austral, serait donc l’une des raisons du courroux des usagers de la compagnie. Question argent, Marie-Joseph Malé affirme que la compagnie ne s’en met pas plein les fouilles, bien au contraire "cette ligne est tout juste rentable, contrairement à ce que l’on dit, nous ne sommes pas assis sur un matelas d’or, il y a un an-un an et demi, nous avons perdu de l’argent."

On pourrait se demander pourquoi la compagnie persiste à rester si c’est aussi compliqué... Marie-Joseph Malé affirme y être favorable, la compagnie pourrait alors poser ses triple 7, cela changerait la donne. Mais il faudait alors faire avec la concurrence. N’en déplaise à la compagnie péi, si la piste de Pamandzi est allongée, il y a fort à parier que d’autres opérateurs viennent prendre part au marché, il faudra donc qu’Air austral partage le gâteau. Et cette concurrence pourrait alors faire baisser le prix du billet. 

Pas d'emballement, les dés ne sont pas jetés 

Mais rien n’est encore fait, cette piste longue se fait attendre. Lors du grand débat avec les élus ultramarins en janvier dernier, Emmanuel Macron ne s’était pas mouillé. Après avoir rappelé que des travaux de mise aux normes s’élevant à 14 millions d’euros étaient en cours, le président était resté vague "on va continuer à investir. Qu’il n’y ait pas de malentendus entre nous. Je viens en juin donc je pense qu’on peut finaliser tous ces travaux à cet horizon. Donc j’y suis favorable. "

Finalement, Emmanuel Macron a reporté sa visite à septembre et entre temps, nos confrères de France Mayotte matin ont appris, selon "une source très proche du dossier" que le président amènerait dans ses bagages l’allongement tant attendu de cette piste. Pas de quoi crier victoire pour le moment, il faut encore patienter pour avoir le fin mot de l’histoire, surtout, rien ne dit que cette fois, Emmanuel Macron sera clair dans ses propos.

fh/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Dario, Posté
Lisez les excellents articles des "Nouvelles de Mayotte" sur le sujet d'Air Austral, notamment celui du 30 avril 2019 qui démontre comment Air Austral se sucre . Alors que M Malé ne vienne pas dire que la ligne n'est pas rentable d'autant qu'il évite soigneusement de parler de la ligne Mayotte-Réunion ...