Face à l'indifférence de l'Etat :

Les filiales agricoles se regroupent sous la bannière "Production Locale Réunie"


Publié / Actualisé
Les différentes filières agricoles s'unissent en une "Production Locale Réunie". Face à un gouvernement qui remet en cause certaines dispositions censées soutenir le secteur agricole de La Réunion, et face au mutisme de l'Etat quant à l'urgence de sauver les trois piliers agricoles de l'île (canne, maraîchage, viande-lait), toutes les filières se regroupent donc sous une bannière commune afin d'interpeller le gouvernement plus efficacement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les différentes filières agricoles s'unissent en une "Production Locale Réunie". Face à un gouvernement qui remet en cause certaines dispositions censées soutenir le secteur agricole de La Réunion, et face au mutisme de l'Etat quant à l'urgence de sauver les trois piliers agricoles de l'île (canne, maraîchage, viande-lait), toutes les filières se regroupent donc sous une bannière commune afin d'interpeller le gouvernement plus efficacement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Faire cesser l'indifférence de l'Etat" : c'est le but premier de cette Production Locale Réunie, qui regroupe les filières canne-sucre, fruits et légumes, élevage, pêche, agro-alimentaire et industrie de La Réunion. La liste des filiales regroupées est longue : ADIR, ARIBEV-ARIV, ARIC, ARIFEL, ARIPA, Avi-Pôle Réunion, Chambre d'Agriculture de La Réunion, CFS, CPCS, CPLR, CPPR, FRCA, SICALAIT, SICAREVIA, Syndicat du sucre, Urcoopa.

Daniel Moreau président de l'ADIR en était l'animateur principal lors d'une conférence ce mercredi 26 juin 2019 visant à présenter les différentes champs d'action à venir. "Nous faisons d'abord un constat : contrairement aux engagements pris, l'Etat revient sur l'enveloppe pour la filière canne-sucre, qui n'est toujours pas inscrite au budget 2020."

Au-delà des subventions, les différentes acteurs pointent du doigt "l'accompagnement du développement des différentes filières agricoles". Daniel Moreau ajoute observer "une impasse budgétaire".

Concrètement, le groupe demande un rendez-vous avec le ministre de l'Agriculture. "En fonction du résultat nous verrons quels autres types d'actions nous pourrons mener", explique Daniel Moreau.

www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)