La préfecture veut toujours (à tout prix) ouvrir Bois Blanc :

L'Etat lance la procédure de modification du schéma départemental des carrières


Publié / Actualisé
"La commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS), réunie ce lundi 1er juillet 2019, a lancé la modification du schéma départemental des carrières" indique la préfecture dans un communiqué publié ce lundi 1er juillet 2019. "Cette modification du schéma départemental des carrières est nécessaire pour la poursuite du chantier de la NRL (nouvelle route du littoral - ndlr), dont les besoins en matériaux sont évalués à 9 millions de tonnes" dit encore le préfet. Les opposants à la construction de la partie digue de la NRLet de l'ouverture la carrière de Bois Blanc y voient plutôt une tentative de "passage en force de l'Etat". Cela alors que le lundi 29 avril 2019, le tribunal administratif a suspendu les arrêtés préfectoraux autorisant l'exploitation de la carrière de Bois Blanc et le défrichement du site. Dans une conférence de presse tenue ce lundi matin, la députée Ericka Bareigts s'est étonnée "il n'y aucune urgence, c'est la justice elle-même qui le dit, alors pourquoi cette réunion ?". La procédure lancée par l'Etat va durer au moins 15 mois. Sans garantie que la préfecture obtienne gain de cause. Cela d'autant que plusieurs associations de défense de l'environnement devrait déposer des recours contre cette modification du schéma départemental des carrières (Photo rb/www.ipreunion.com)
"La commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS), réunie ce lundi 1er juillet 2019, a lancé la modification du schéma départemental des carrières" indique la préfecture dans un communiqué publié ce lundi 1er juillet 2019. "Cette modification du schéma départemental des carrières est nécessaire pour la poursuite du chantier de la NRL (nouvelle route du littoral - ndlr), dont les besoins en matériaux sont évalués à 9 millions de tonnes" dit encore le préfet. Les opposants à la construction de la partie digue de la NRLet de l'ouverture la carrière de Bois Blanc y voient plutôt une tentative de "passage en force de l'Etat". Cela alors que le lundi 29 avril 2019, le tribunal administratif a suspendu les arrêtés préfectoraux autorisant l'exploitation de la carrière de Bois Blanc et le défrichement du site. Dans une conférence de presse tenue ce lundi matin, la députée Ericka Bareigts s'est étonnée "il n'y aucune urgence, c'est la justice elle-même qui le dit, alors pourquoi cette réunion ?". La procédure lancée par l'Etat va durer au moins 15 mois. Sans garantie que la préfecture obtienne gain de cause. Cela d'autant que plusieurs associations de défense de l'environnement devrait déposer des recours contre cette modification du schéma départemental des carrières (Photo rb/www.ipreunion.com)

La modification éventuelle du schéma départemental des carrières "nécessite une procédure d’instruction d’une durée prévisionnelle de 15 mois, avec saisine de l’autorité environnementale (conseil général de l’environnement et du développement durable) puis consultation du public" dit la préfecture.

"Cette modification (...) a pour objectif d’inscrire dans ce schéma la carrière de Bois Blanc (commune de Saint-Leu), seule carrière en capacité de fournir ces matériaux en quantité et qualité suffisantes. Pour mémoire, la précédente modification, qui datait de 2014, a été annulée par décision de la cour administrative d’appel de Bordeaux le 29 mai 2018" avoue le préfet.

Ce qui ne manquera sans doute pas de conforter les opposants à la carrière dans l'idée que l'Etat tente de passer en force. Cela alors que les arrêtés préfectoraux autorisant l'exploitation de la carrière de Bois Blanc et le défrichement du site ont été suspendus par le rendue par le tribunal administratif ce lundi 29 avril 2019.

Lire aussi : Carrière de Ravine du Trou : l'autorisation d'exploitation mise à mal

Mais le 14 mai 2019, à quelques heures de la limite fatidique, la décision est tombée : l'État se pourvoit devant le Conseil d'État contre la décision de suspension ordonnée par le TA. Le Conseil d'Etat doit encore se prononcer à ce sujet.

Lire aussi : Bois Blanc : l'État veut absolument ouvrir la carrière

D'autre part, le schéma départemental des carrières avait été ré-examiné le 24 mai 2019 par le Conseil d'Etat et le rapporteur public a demandé la confirmation de son annulation prononcée par la cour d'appel administrative de Bordeaux le 29 mai 2018.

Lire aussi : Conseil d'Etat : le rapporteur demande la confirmation de l'annulation du schéma des carrières

La CDNPS, dans sa formation spécialisée carrières, est une instance de concertation qui élabore le schéma départemental des carrières et se prononce sur les projets de décisions relatifs aux carrières. Outre les services de l’Etat (DAAF et DEAL), y sont représentés le Conseil Régional, le Conseil Départemental, deux communes représentatives et l’association des maires, la chambre d’agriculture, l’Office national des fôrets, 2 associations de défense de l’environnement (Vie Océane et SREPEN), l’union nationale des industries des carrières et de matériaux de construction (UNICEM) et la Fédération Régionale du BTP (FRBTP).

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Destruction de nos paysages, Posté
L etat la region veulent atout prix detruire bois blanc pour satisfaire les mltinationales et quelques rammasse miettes locaux. Le plus incroyable c est la complicité active d un president de region reunionnais qui conduira a la destruction d un patsage de son ile, pour jetter 9millions de tonnes de paysage à la mer alors qu un viaduc est possible .
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...