Nuits agitées :

Prison du Port: des détenus allument des feux dans leurs cellules


Publié / Actualisé
Les deux auteurs des faits sont coutumiers de ce genre d'incident, des multirécidivistes bien connus des services pénitentiaires. Ils déclenchent volontairement des feux pour se faire entendre, changer de cellule, de prison... Les agents de surveillance dénoncent les limites d'un système. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les deux auteurs des faits sont coutumiers de ce genre d'incident, des multirécidivistes bien connus des services pénitentiaires. Ils déclenchent volontairement des feux pour se faire entendre, changer de cellule, de prison... Les agents de surveillance dénoncent les limites d'un système. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le jeudi 11 juillet dernier aux alentours de 2h du matin, un détenu déclenche un départ de feu dans sa cellule du quartier disciplinaire. Il s’agit d’un prisonnier bien connu de l’administration pénitentiaire qui n’en est pas à son coup d’essai. À son actif, des incidents du genre, des agressions de surveillants…

Lire qu’un détenu a accès à un briquet peut étonner mais Christian Noel, le secrétaire régional du syndicat Force ouvrière pénitentiaire explique " certains détenus sont fumeurs, ils ont donc accès à du feu. Toute façon, à l’heure actuelle, les détenus ont accès à tout ! "

Le deuxième départ de feu a eu lieu le lendemain, le vendredi 12 juillet vers 4h du matin, toujours à la prison du Port. Un détenu, coutumier du fait, a allumé un feu dans sa cellule. " Même si le matelas, les couvertures… sont censés être ignifuges (pas inflammables ndlr) ce genre de départ de feu provoque de la fumée. Nous sommes formés pour intervenir, l’important c’est de mettre les détenus en sécurité "explique Christian Noel.

Mais la colère gronde au sein du syndicat " nous voulons que ces multirécidiviste soient transférés en métropole mais ce n'est pas possible, leurs affaires sont en cours d’instruction à La Réunion donc ils agressent des surveillants, déclenchent des feux... et pour les calmer, on leur fait faire le tour des établissements pénitentiaires de l’île." s'insurge le syndicaliste. 

Les deux hommes ont été transférés à la prison de Domenjod, le comble, c’est que le premier détenu avait justement été transféré au Port parce-qu’il avait agressé un surveillant à Domenjod il y a quelques mois. 

Cette problématique montre les limites du système pénitentiaire à La Réunion. Les surveillants ont fait part de leurs griefs à leur direction et attendent un signal fort de sa part.

www.ipreunion.com 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !