Biodiversité marine :

Revégétalisation des plages de Saint-Leu pour les tortues marines


Publié / Actualisé
Le Centre d'étude et de découverte des tortues marines (CEDTM) et l'association BESTRUN, qui lutte pour la protection de la biodiversité, s'unissent ce samedi 20 juillet 2019 dans un chantier de plantation d'espèces végétales indigènes sur la plage de Saint-Leu. Objectif à travers cette opération de revégétalisation : permettre aux tortues marines de revenir pondre sur ces plages. Une autre opération du même type est prévue le 3 août prochain. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le Centre d'étude et de découverte des tortues marines (CEDTM) et l'association BESTRUN, qui lutte pour la protection de la biodiversité, s'unissent ce samedi 20 juillet 2019 dans un chantier de plantation d'espèces végétales indigènes sur la plage de Saint-Leu. Objectif à travers cette opération de revégétalisation : permettre aux tortues marines de revenir pondre sur ces plages. Une autre opération du même type est prévue le 3 août prochain. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Planter des espèces endémiques pour faire revenir les tortues et les aider à pondre, c'est le projet du CEDTM et de BESTRUN, deux associations qui agissent pour protéger l'environnement et la biodiversité marines. "Il y a une théorie scientifique qui explique que les tortues sentent l'odeur de la plage où elles sont nées, on appelle ça la plume olfactive", nous explique Alexia Dievart, présidente de BESTRUN. "Cette plume olfactive est composée des éléments volatiles des plantes naturellement présentes sur les plages. Or on a détruit ces plantes-là pour planter des filaos à la place."

Objectif alors : replanter des espèces de La Réunion, qui pourrait faire revenir les tortues. "Hibiscus, palmiers endémiques... de quoi apporter aux tortues marines un couvert végétal, parce qu'elles aiment bien pondre sous les plantes afin avoir un peu d'ombre" ajoute Alexia Dievart.

Pour ça, BESTRUN rejoint le CEDTM, association qui travaille étroitement avec Kélonia. "Ils organisent le chantier, ils amènent les plantes qu'ils ont fait pousser en pépinière. Ils ramènent aussi leur expertise" nous explique Alexia Diévart. "Nous on mobilise les gens, on fait des appels sur Facebook pour créer un peu d'émulsion. Et c'est facile de planter dans le sable, on a beaucoup de familles qui nous rejoignent."

BESTRUN existe depuis septembre 2017, "on l'a créée avec des amis de notre master en biologie marine. A l'origine c'était pour partir à Mayotte, et ensuite on a continué l'aventure", détaille la présidente de l'association. "On essaie de créer un réseau de jeunes, on espère pouvoir sensibiliser les gens et leur apporter nos connaissances."

Pour cette opération destinée à tout public, le compte est bon : 30 personnes se sont inscrites, l'équipe est donc au complet. Mais pas de panique pour les intéressés, une prochaine action est prévue le 3 août prochain sur les plages de Saint-Leu. Pour s'inscrire vous pouvez contacter directement l'association sur leur page Facebook, ou par e-mail à association.bestrun@gmail.com.

mm/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !