Un remaniement se préparerait :

Annick Girardin serait sur un siège éjectable


Publié / Actualisé
La ministre des Outre-mer serait-elle sur la fin, poussée vers la sortie par Emmanuel Macron ? C'est en tout cas ce qu'affirmaient nos confrères du Parisien sur leur site ce lundi 22 juillet 2019. Un remaniement du gouvernement serait à prévoir pour la rentrée, et la ministre des Outre-mer ne semblerait pas être dans les petits papiers du président pour garder son poste... (Photo rb/www.ipreunion.com)
La ministre des Outre-mer serait-elle sur la fin, poussée vers la sortie par Emmanuel Macron ? C'est en tout cas ce qu'affirmaient nos confrères du Parisien sur leur site ce lundi 22 juillet 2019. Un remaniement du gouvernement serait à prévoir pour la rentrée, et la ministre des Outre-mer ne semblerait pas être dans les petits papiers du président pour garder son poste... (Photo rb/www.ipreunion.com)

"Annick Girardin dans le viseur" : c'est ainsi que Le Parisien titre son paragraphe sur le sort de la ministre des Outre-mer. Emmanuel Macron l'aurait fustigée en plein Conseil des ministres. "C'est très bien, mais j'attendais autre chose" aurait-il déclaré à la ministre, mécontent de son application des politiques publiques.

Mais qu'a bien pu faire Annick Girardin pour s'attirer ainsi les foudres du président ? Le fait même qu'elle ne soit pas appréciée par les ultramarins aurait-il joué en sa défaveur ? 

La ministre est en place depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, toutefois le bilan de ses actions est assez mitigé. Encensée par le gouvernement sur sa gestion de la crise des Gilets jaunes à La Réunion, de la grève générale à Mayotte... Ce bilan positif est émaillé notamment par des erreurs de communication, des engagements en deça des attentes des ultramarins et des promesses non tenues. Des ultramarins déçus par le gouvernement Macron et sa politique économique et sociale. Une déception qui s'est, notamment, exprimée dans le scrutin des élections européennnes en mai dernier. 

Les tergiversations de la ministre sur le maintien de la subvention de 38 millions d'euros pour la filière canne ont un peu plus fait baisser la côté de popularité de la ministre au sein du gouvernement (et de la population). Même si l'histoire se finit bien, l'enveloppe est maintenue, ce qui a indéniablement évité un embrasement à La Réunion et en Guadeloupe. Et ce n'était pas gagné, cette aide nationale n'apparaissait pas dans le budget dédié aux Outre-mer au départ. Serait-ce manque d'économie qui pousserait la ministre vers la sortie ?

Lire aussi : Non, le budget des Outremer ne baissera pas en 2020

Lire aussi : Soulagement à La Réunion: les 28 millions d'euros d'aide maintenus pour la filière canne

L'éviction (potentielle) d'Annick Girardin serait-elle un calcul du président à quelques mois des élections municipales? Se séparer d'une minsitre peu appréciée, pour regagner l'amour des électeurs ultramarins? 

Il ne s'agit là que d'hypothèses car pour le moment, les raisons exactes du courroux du président de la République envers Annick Girardin n'ont pas fuité. Si jamais le départ de la minsitre des Outre-mer était confirmé, reste à savoir qui serait son successeur... 

www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Titi974, Posté
Bin ,nous, on a erika baregt qui est prête pour la remplacer, elle a tout un programme de choses réelles pour l'outre-mer, comme la nationalité française réelle par exemple.
Rot-Kozé, Posté
Diriger c'est prévoir,et là A.Girardin n'a pas fait preuve de beaucoup de clairvoyance,confondant fermeté avec les uns et assouplissement envers les autres...aucun juste équilibre.Ceci dit,l'erreur serait de nomer à la place,un lèche bottes de Macron, tel que le psdt de la CTG,(Guyane)pressenti au poste de ministre des outre-mer....