Pour violation des droits de l'Homme :

Une plainte collective déposée contre l'Union des Comores


Publié / Actualisé
Ce samedi 27 juillet 2019, le collectif réunionnais des Résistants contre la dictature aux Comores tenait une conférence de presse pour dénoncer les "dérives d'un régime dictatorial mené par Azali Assoumani qui a installé un climat de terreur au sein de la population comorienne". Une plainte collective a été déposée auprès de la Commission africaine des droits de l'Homme à l'encontre du pays.
Ce samedi 27 juillet 2019, le collectif réunionnais des Résistants contre la dictature aux Comores tenait une conférence de presse pour dénoncer les "dérives d'un régime dictatorial mené par Azali Assoumani qui a installé un climat de terreur au sein de la population comorienne". Une plainte collective a été déposée auprès de la Commission africaine des droits de l'Homme à l'encontre du pays.

Le collectif dénonce une "dictature qui se livre à des répressions systématiques de manifestants, à des arrestations et des détentions arbitraires de journalistes, de membres de la société civile et d’opposants dont le seul tort est de vouloir exprimer publiquement et pacifiquement leurs positions". Le dépôt de plainte serait supporté par de nombreux membres de diaspora comorienne présente à travers le monde.

Depuis les élections du 24 mars 2019, de nombreuses tensions ont éclaté dans l'archipel. A la suite de la réélection d'Azali Assoumani, ses opposants avaient dénoncé "des fraudes massives", des "tentatives d'intimidation" et de "censure" lors du scrutin. Les hommes forts de l'opposition accusaient aussi Azali Assoumani de "nombreuses atteintes à la liberté" et de "plonger le pays dans la dictature".

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !