A consommer avec modération :

Vous prendrez bien une petite bière... artisanale


Publié / Actualisé
Depuis quelques années, l'historique bière Dodo doit faire face à l'arrivée de nouvelles concurrentes sur le marché de la bière : celles qui sont produites en brasseries artisanales. Si la star des Brasseries Bourbon, propriété de Heineken, n'a pas à craindre pour sa première place dans le coeur des Réunionnais, une nouvelle clientèle est tout de même en train de se créer. Et cette dernière est demandeuse de bières peut-être un peu plus recherchées. Mais avant de faire un petit tour des brasseries péi, il reste indispensable de rappeler que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, alors pas trop de folie une fois cet article terminé !
Depuis quelques années, l'historique bière Dodo doit faire face à l'arrivée de nouvelles concurrentes sur le marché de la bière : celles qui sont produites en brasseries artisanales. Si la star des Brasseries Bourbon, propriété de Heineken, n'a pas à craindre pour sa première place dans le coeur des Réunionnais, une nouvelle clientèle est tout de même en train de se créer. Et cette dernière est demandeuse de bières peut-être un peu plus recherchées. Mais avant de faire un petit tour des brasseries péi, il reste indispensable de rappeler que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, alors pas trop de folie une fois cet article terminé !

"Ce qui est certains, c'est que la demande en bière artisanale est plus élevée que l'offre à La Réunion" confirme Hervé Pourchez, créateur de la Brasserie de l'Îlet, située à la Plaine des Palmistes. Cet ancien informaticien possède l'une des rares brasseries artisanales de l'île, perchée dans les hauteurs. Une passion pour laquelle il s'est pris par hasard. "C'est mon fils qui m'a fait tomber dedans, explique-t-il. Au début, on brassait en petite quantité dans notre garage. Et puis c'est devenu une réelle passion pour moi, et ça m'a mené vers cette reconversion".

S'il a commencé à brasser vers 2009, c'est à la fin 2012 qu'il crée officiellement son entreprise. "Actuellement, je brasse quatre bières différentes : deux blondes et deux ambrées, pour une production d'environ 360 litres par mois. D'ici le deuxième semestre 2019, grâce à de nouveaux équipements, je devrais tripler voire quadrupler ma production" souligne Hervé Perchez. Il faut dire que lorsque l'on ouvre une brasserie artisanale, l'objectif n'est pas de faire dans la quantité.

La qualité avant la quantité

"On n'a absolument pas comme ambition d'être distribuer dans des grandes surfaces" explique Jonathan Hin Tung , l'un des créateurs de la Brasserie Dalons. Cet ancien étudiant en marketing, Réunionnais d'origine, a rencontré ses deux compagnons d'aventure à l'époque où il habitait à Montpellier.

C'est en métropole que l'idée de cette brasserie artisanale est née. "C'était la première fois que je voyais une aussi grande sélection de bière dans des bars, raconte Jonathan, et après quelques formations en brassage de bière, on a eu l'idée de monter notre entreprise à La Réunion". Car il est vrai qu'en dehors de la Dodo, de la Fischer ou de quelques rares bières belges – au prix exorbitant – il est rare de tomber sur des marques originales.

Et s'il existait déjà quelques brasseries artisanales, aucune n'était située à Saint-Denis. "C'était quand même un peu triste de se dire que la capitale de l'île n'avait pas sa propre bière, alors on s'est lancé. Aujourd'hui, nous avons réaménagé un garage pour brasser notre propre marque" explique le brasseur. Avec Joris Guédon et Thibaut Colbalchini, il s'est donc lancé dans l'aventure, et commercialise sa bière depuis septembre 2018.

Des pionniers en la matière

Dans les hauteurs de Saint-Paul, à Bellemène, il est aussi possible de trouver Arthur, ses pizzas, et ses bières exclusivement servies en pression. "Comme je ne produis qu'en petite quantité, pour mon restaurant ainsi qu'un bar au Bernica, j'ai la liberté de changer régulièrement de bière, explique-t-il, je m'amuse selon mes envies, les fruits de saisons…". Contrairement à ses confrères, il n'a donc pas de "bière de référence", et chacune d'entre elle porte son propre prénom.

S'il a commencé à brasser il y a environ 15 ans lorsqu'il était au Québec, cela ne fait que quelques années qu'il commercialise. Et on peut dire que ses bières ont la côte. "Ca m'arrive régulièrement de voir débarquer des clients venus spécialement pour la bière, plutôt que pour mes pizzas. C'est assez amusant" raconte-t-il.

Mais le pionnier en la matière reste le gérant de la brasserie Picaro à Saint-Pierre, en activité depuis dix ans maintenant. Malheureusement, probablement trop pris par ses brassages en cours, nous n'avons pas réussi à rentrer en contact avec lui. Mais de la classique blonde à l'ambrée en passant par l'I.P.A, ses bières semblent mettre tout le monde d'accord.

Un public très demandeur

Le marché de la bière artisanale est en tout cas en plein essor à La Réunion. Il n'y a qu'à voir comment la cave à bière "Bière au logis", située à Saint-Denis, s'en sort. Ouverte en 2017, les propriétaires distribuent aujourd'hui plus de 150 références. "Nous travaillons exclusivement avec des brasseries artisanales indépendantes, venues du monde entier, pour montrer qu'il n'y pas que la Belgique et l'Allemagne qui produisent" raconte Jérémy, l'un des propriétaires avec Thibaut et Sandra.

Et ce dernier confirme que de la clientèle, il y en a. "Quand nous avons fait notre étude de marché, on a remarqué que la bière était l'alcool le plus vendu à La Réunion, mais que le choix était limité. Depuis l'ouverture, on a bien remarqué que les Réunionnais étaient plus que demandeurs et curieux" souligne-t-il. Avec la moitié de la sélection qui change tous les mois, les trois propriétaires marquent un point d'honneur à faire découvrir des marques qui n'arriveront probablement jamais dans les rayons des grandes surfaces.

Et étonnamment, si les grandes marques locales ont misé sur des bières blondes très légères, ce qui marche le plus chez les cavistes, ce sont les I.P.A - une bière blonde forte plutôt amer et souvent fruitée - et les Stouts – une bière brune aux arômes forts. "On s'attendrait à ce qu'avec cette chaleur, les habitants recherchent de la légèreté et de la fraîcheur, et pourtant…" s'amuse Jérémy.

Seul bémole à cette aventure de brasserie : le manque de culture d'orge et de houblon à La Réunion, qui force les producteurs à importer leur matière première. Un marché à creuser peut-être…

as/www.ipreunion.com

• Et surtout n'oubliez pas, les bières, comme toutes les autres boissons alcoolisées, doivent être consommées avec modération

   

2 Commentaire(s)

Bruno, depuis son mobile, Posté
Boire un petit coup c'est agréable !!!Surtout une roteuse qui détend après une journée harassante. Bon apperot.
Ron, Posté
Et pour être complet, il fait aussi parler de Â" coup de pression Â" qui commercialise depuis quelques mois des kits de brassage pour réaliser sa propre bière à la maison!!