La Plaine des Cafres :

Les Lauret portent plainte à leur tour, après la venue d'agents de la DAAF sur leur exploitation


Publié / Actualisé
Les Lauret portent plainte à leur tour, après la venue de deux agents de la DAAF sur leur exploitation de la Plaine des Cafres, mardi 30 juillet 2019. Selon l'ADEFAR (association de défense des agriculteurs réunionnais), qui les soutient depuis le début de leur bras de fer avec la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de La Réunion, Mélusine Lauret s'est rendue en gendarmerie dès ce vendredi 2 août et a été entendue dans l'après-midi après de déposer une plainte. Les deux agents de la DAAF qui avaient été bloqués sur son exploitation, eux, ont porté plainte dès le jeudi 1er août.
Les Lauret portent plainte à leur tour, après la venue de deux agents de la DAAF sur leur exploitation de la Plaine des Cafres, mardi 30 juillet 2019. Selon l'ADEFAR (association de défense des agriculteurs réunionnais), qui les soutient depuis le début de leur bras de fer avec la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de La Réunion, Mélusine Lauret s'est rendue en gendarmerie dès ce vendredi 2 août et a été entendue dans l'après-midi après de déposer une plainte. Les deux agents de la DAAF qui avaient été bloqués sur son exploitation, eux, ont porté plainte dès le jeudi 1er août.

Pour rappel, mardi 30 juillet 2019, deux agents de la DAAF (Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de La Réunion) sont restés bloqués pendant plusieurs heures sur l'exploitation des Lauret à la Plaine des Cafres, jusqu'à passer la nuit dans leur voiture.

Lire aussi : Les agents de la DAAF retenus chez les Lauret ont pu repartir

Les éleveurs les ont retenus volontairement, soutenus par des bénévoles et plusieurs gilets jaunes car les fonctionnaires venaient euthanasier une vache malade, sans l'autorisation du couple d'exploitants. Jeudi 1er août dans l'après-midi , les deux fonctionnaires se sont rendus au tribunal de Saint-Pierre afin de déposer une plainte.

Lire aussi : Les deux agents de la DAAF bloqués sur une exploitation portent plainte

La vache en question était, selon la DAAF, couchée au sol depuis 4 jours, il était donc urgent d'intervenir. C'est sur ordre du parquet que les agents se sont rendus sur place. Les Lauret, eux, affirment qu'ils comptaient l'euthanasier et que l'intrusion des services de l'Etat sans autorisation était inadmissible.

www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Volcan974, Posté
Sommes-nous dans un département. FRANÇAIS ou une République Bananiere car les bovins malades sont tués mais dans notre domaine département nous les mangeons... Bravo à la famille Lauret
Macatia, Posté
Depuis quand les agents de la Daf possèdent-ils le titre de Docteur Vétérinaire pour venir pratiquer un acte vétérinaire, diagnostiquer un animal malade et décider que son état de sante nécessite l'euthanasie. Il y a là violation de domicile et pratique illégale de la médecine vétérinaire. Les réunionnais doivent soutenir cette famille qui a été exclue de la sicalait par les goyaves de France, ce qui la prive de revenus et l'empêche d'acheter de la nourriture pour nourrir son cheptel. quelle injustice.
Bruno, depuis son mobile, Posté
Sans autorisation, ces agents n ' ont rien à faire sur la propriété de ces éleveurs. Nous sommes en France ici et la loi doit-être appliquée :un point c'est tout. Pour qui ils se prennent pour venir déranger cette famille qui travaille pour nourrir les gens. Tout mon soutien à cette famille et faites circuler une pétition. Bon courage à vous.