Pour freiner l'augmentation du prix de l'électricité :

La CGTR demande la création d'un service public de l'énergie à La Réunion


Publié / Actualisé
En juin 2019, le prix de l'électricité a augmenté de 5,9% dénonce la CGTR. L'organisation syndicale a donc décidé de demander la création d'un service public réunionnais pour l'énergie, afin de contrôler les prix, notamment via une pétition. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
En juin 2019, le prix de l'électricité a augmenté de 5,9% dénonce la CGTR. L'organisation syndicale a donc décidé de demander la création d'un service public réunionnais pour l'énergie, afin de contrôler les prix, notamment via une pétition. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Déjà en ligne depuis un mois, la pétition a pour l'instant récolté près de 500 signatures. Mais la CGTR ne fait que commencer son action. Ce lundi 26 août 2019, certains membres du syndicat étaient présents devant les locaux d'EDF à Saint-Pierre pour tracter.

"Ce que nous voulons, c'est dénoncer la hausse des prix abusive au niveau de l'électricité, explique Max Banon, membre de la CGTR. Nous craignons que ces augmentations ne servent d'excuse au gouvernement pour pousser à la privatisation d'EDF, et donc à la casse du service public qui est déjà en marche" continue-t-il.

En effet, le syndicat redoute que ces hausses successives de prix ne soient qu'un point de départ pour encourager la vente d'EDF à des groupes privés. Déjà en 2012, le Sénat évaluait l'augmentation du prix de l'électricité à 50% d'ici 2020. "L'électricité est un bien de première nécessité, il est donc indispensable qu'elle soit accessible à prix correct, notamment sur un territoire comme le nôtre où 39% de la population vit sous le seuil de pauvreté" souligne Max Banon.

Pour l'instant, le syndicat indique n'être qu'en phase de sensibilisation, afin d'alerter les Réunionnais sur la situation. "A termes, nous souhaitons ouvrir le débat avec les responsables régionaux et départementaux, et pourquoi pas organiser un débat télévisé avec tous les acteurs concernés pour trouver une solution pérenne" explique le syndicaliste. "Le but n'est pas de créer la pagaille, mais bien de mettre les choses à plat et de trouver une solution ensemble. Et la solution la plus pérenne à nos yeux est la création d'un service public qui contrôlerait le prix de l'électricité" termine-t-il.

as/www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !