Lutte anti-vectorielle :

Deuxième lâcher test de moustiques stériles le 7 septembre


Publié / Actualisé
Suite au premier lâcher de moustiques stériles élevés en laboratoire à la Réunion au mois de juin, un deuxième lâcher aura lieu à Duparc le 7 septembre 2019. Le quartier Duparc, de la ville de Sainte-Marie, participe à la deuxième étape de l'expérimentation de la technique de l'insecte stérile avec un nouveau lâcher par les scientifiques de l'IRD, le samedi 7 septembre. L'objectif reste le même : déterminer comment les moustiques élevés en laboratoire réagissent dans ce nouvel environnement naturel et sur quel périmètre ils se dispersent. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'Institut de recherche pour le développement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Suite au premier lâcher de moustiques stériles élevés en laboratoire à la Réunion au mois de juin, un deuxième lâcher aura lieu à Duparc le 7 septembre 2019. Le quartier Duparc, de la ville de Sainte-Marie, participe à la deuxième étape de l'expérimentation de la technique de l'insecte stérile avec un nouveau lâcher par les scientifiques de l'IRD, le samedi 7 septembre. L'objectif reste le même : déterminer comment les moustiques élevés en laboratoire réagissent dans ce nouvel environnement naturel et sur quel périmètre ils se dispersent. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'Institut de recherche pour le développement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Suite au premier lâcher, les scientifiques ont relevé les pièges disposés à différents endroits dans le quartier et capturé en même temps les moustiques (mâles et femelles) sauvages et les mâles stériles marqués de poudre fluorescente.

La première tendance suggère que les mâles stériles lâchés se comportent et survivent aussi bien que les mâles sauvages non stériles. Ces premières observations confortent les attentes des chercheurs, mais devront être confirmées lors des prochains lâchers prévus à des périodes différentes au cours de l’année. Les résultats seront alors analysés par les chercheurs avant de tirer des conclusions définitives.

L’expérimentation en cours visant tout d’abord à comprendre le comportement de ces moustiques stériles en milieu naturel, les quelques moustiques relâchés actuellement n’ont pas d’effet notable sur la population globale de moustique Aedes, ni sur les écosystèmes.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !