Grande distribution :

Rachat de Vindemia par le groupe Hayot : Leader Price, Leclerc et Super U proposent une "alternative réunionnaise"


Publié / Actualisé
Conférence de presse commune des représentants de Leader Price, Leclerc et Super U ce lundi après-midi 16 septembre 2019. Les trois groupes de la grande distribution se disent prêts à proposer "une "alternative réunionnaise" au rachat de Vindemia par le groupe Bernard Hayot (GBH). "Depuis un mois et demi nous sommes contactés par des acteurs industriels, notre proposition les intéresse. Notre seule difficulté sera finalement de choisir quel investisseur pourra reprendre l'activité de Vindemia" affirme François Caillé, représentant de l'enseigne Leader Price. Dans un communiqué publié en fin de matinée GBH a accusé ses concurrents d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique" et indique se féliciter "de l'avis favorable donné par les institutions représentatives du personnel de Vindémia sur le projet de cession par Casino à GBH" (Photo rb/www.ipreunion.com)
Conférence de presse commune des représentants de Leader Price, Leclerc et Super U ce lundi après-midi 16 septembre 2019. Les trois groupes de la grande distribution se disent prêts à proposer "une "alternative réunionnaise" au rachat de Vindemia par le groupe Bernard Hayot (GBH). "Depuis un mois et demi nous sommes contactés par des acteurs industriels, notre proposition les intéresse. Notre seule difficulté sera finalement de choisir quel investisseur pourra reprendre l'activité de Vindemia" affirme François Caillé, représentant de l'enseigne Leader Price. Dans un communiqué publié en fin de matinée GBH a accusé ses concurrents d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique" et indique se féliciter "de l'avis favorable donné par les institutions représentatives du personnel de Vindémia sur le projet de cession par Casino à GBH" (Photo rb/www.ipreunion.com)

Les représentants des trois groupes détaillent les points principaux de leur proposition qualifiée "d'offre qui se veut ni clivante, ni exclusive, ni vampirisante". Ils disent vouloir donner "une plus grande place à la production locale" dans les magasins. IIs affirment leur volonté de "construire "une nouvelle démarche locale" sans "esprit de conquête". Les trois groupes disent aussi vouloir "donner une plus grande place au consommateur et permettre aux Réunionnais d’être acteurs"

"Si d’autres opérateurs veulent nous rejoindre (au sein du projet  ndlr) nous sommes ouverts", déclare François Caillé avant de lâcher : "on invite monsieur Hayot d’ailleurs s’il veut récupérer des actifs, pourquoi pas".

L’offre de Leader Price, Leclerc et Super U va être soumise à l’autorité de la concurrence.

Le rachat d'une partie de Vindémia par le groupe bernard Hayot a provoqué d'importants de remous à La Réunion.

Le vendredi 9 août 2019, réunis en assemblée plénière les membres de l'Observatoire des prix, des marges et des revenus de La Réunion (OPMR) ont décidé de réaliser une étude d'impact sur les conséquences du rachat de Vindemia par GBH.

Lire aussi : Lancement d'une étude d'impact sur l'acquisition de Vindemia par le groupe Bernard Hayot

Les présidents des conseils régional et départemental de de La Réunion avec l'ensemble des parlementaires ont adressé un courrier à Emmanuel Macron ce mercredi 28 août 2019. Préoccupés par le rachat de Vindémie (Jumbo et Score) par la société GBH qui possèdent déjà les Carrefours, les élus notent : "il est important que l'autorité indépendante de la concurrence étudie avec attention l'impact de ce rachat sur l'économie locale, et le secteur de la grande distribution en particulier". Ils ajoutent en s'adressant au Président de la République : "nous avons confiance en votre capacité à intervenir pour lutter contre les situations de rente, de position dominante et de monopole conformément à vos engagements".

Lire aussi : "Monsieur le Président de la République, La Réunion a besoin de vous"

Le  jeudi 5 septembre 2019, la chambre du commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) et à la chambre de métiers et de l'artisanat (CMA) montaient au créneau. Les deux chambres consulaires s'inquiètaient de la vente d'une partie du groupe Vindémia (Score et Jumbo Score) au groupe Bernard Hayot (GBH). "Menaces sur l'emploi, désertification des centre-villes, implantation des zones commerciales, grands groupes trop présents sur l'île"...  Tels sont les sujets qui provoque la grogne des deux chambres

Lire aussi : Les chambres de commerce et de métiers vent debout contre les grands groupes

Enfin, dans un communiqué de presse publié ce lundi 16 septembre 2019, le groupe Bernard Hayot (GBH) a répondu aux attaques de ses différents concurrents concernant le rachat de l'enseigne Vindémia. Il les accusent d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique". GBH indique par ailleurs avoir reçu le soutien des syndicats du groupe.

Lire aussi : Le groupe Hayot accuse ses concurrents d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique"

Pour rappel, le groupe Bernard Hayot va prendre le contrôle de Vindemia à l'exception des Jumbo de Savanna, du Chaudron, de Sainte-Marie et de Saint-André. Ces magasins seront achetés par Make Distribution, un groupe à capitaux réunionnais, partenaire d'Intermarché.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Zozo, depuis son mobile, Posté
M.Caillé a fait venir Hayot à la Réunion et lui a vendu Â" continent Â"c'est lui qui a installé le loup dans la bergerie.
Babi, depuis son mobile, Posté
Quand c'est po baise la gueule des réunionnais ils savent s'unir...