Suite à une agression (actualisé) :

Saint-Denis : les enseignants du lycée l'Horizon en grève


Publié / Actualisé
Ce lundi 23 septembre 2019, les professeurs du lycée professionnel L'Horizon, à Sainte-Clotilde, ont débuté un débrayage avant le début des cours pour dénoncer les violences subies au sein des établissements. Ce débrayage fait écho à l'agression qui a eu lieu jeudi dernier, où une élève et le vice-proviseur ont été blessé. A l'issu du débrayage, les professeurs ont voté pour l'annulation des cours de toute la journée. (Photo as/www.ipreunion.com)
Ce lundi 23 septembre 2019, les professeurs du lycée professionnel L'Horizon, à Sainte-Clotilde, ont débuté un débrayage avant le début des cours pour dénoncer les violences subies au sein des établissements. Ce débrayage fait écho à l'agression qui a eu lieu jeudi dernier, où une élève et le vice-proviseur ont été blessé. A l'issu du débrayage, les professeurs ont voté pour l'annulation des cours de toute la journée. (Photo as/www.ipreunion.com)

Une quinzaine d'enseignants étaient présents pour dénoncer leurs conditions de travail. "Ce n'est pas qu'ici que ça se passe, c'est une situation générale dans tous les établissements ! Nous venons ici pour travailler dans la sérénité, nous voulons pouvoir travailler dans de bonnes conditions et pas avec la peur au ventre" dénonce Jean-Paul Paquiry, délégué FO de l'établissement.

Lire aussi : Saint-Denis : une jeune fille blessée par arme blanche devant le lycée l'Horizon

La grève a été votée pour le reste de la journée, car les enseignants sont "encore très affectés par ce qu'il s'est passé explique le délégué FO. Nous avons pris le temps de réflexion ce week-end et on ne peut pas continuer comme ça, il y a un vrai ras-le-bol". La situation se serait d'ailleurs aggravée depuis la rentrée scolaire. Les professeurs dénoncent par ailleurs des violences verbales récurrentes.

"Ce n'est pas une action contre la direction mais contre le gouvernement, qui doit prendre ses responsabilités ! J'ai peur qu'un drame arrive un jour, et ils ne pourront pas dire qu'on ne les a pas prévenus" conclut le syndicaliste. Des propositions écrites seront déposées auprès du rectorat prochainement.


Le Syndicat national des lycées et collèges (SNALC) Réunion a aussi réagi à cette agression : "Le SNALC Réunion tient avant tout à exprimer son soutien au proviseur du Lp Horizon victime de violences dans ses fonctions" a écrit le syndicat dans un communiqué de presse. "Il est inadmissible que des élèves et des éléments extérieurs à l Enseignement scolaire s en prennent aux membres de la communauté éducative.

Le SNALC Réunion , majoritaire dans les Conseils d Administration des lycées Professionnels, agit pour combattre les incivilités à l école. Endiguer l"augmentation des actes de violences doit être la priorité des instances de l Éducation Nationale. Au lieu d imposer des reformes contestables, le retour de l instruction  et du respect doivent être au  coeur du système scolaire.

Il faut que les collectivités mettent des PEC aux alentours des établissements scolaires, dans le rôle de médiateurs scolaires, pour aider à la sécurisation de ces espaces".

Jean-Paul Paquiry dénonce les violences au sein des étabissements. Regardez :


as / www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !