Elle devait être supprimée, elle est finalement rétablie :

Niche fiscale des seniors : un pas en avant, deux pas en arrière, le gouvernement s'y perd


Publié / Actualisé
À quelques mois des élections municipales, la majorité présidentielle ne sait plus sur quel pied danser. Un pas en avant, deux pas en arrière, l'exécutif hésite à trancher dans le vif pour ne pas froisser son électorat. La mesure qui illustre le mieux cette idée, c'est la niche fiscale pour les seniors. Une exonération de charges patronales pour les personnes âgées de plus de 70 ans qui emploient des aides à domicile pour le ménage, le repassage, le jardinage, les courses... Après avoir annoncé la suppression de cette niche, dès le lendemain, le gouvernement se ravise. Couac de communication ou pression trop forte ? C'est à n'y rien comprendre !
À quelques mois des élections municipales, la majorité présidentielle ne sait plus sur quel pied danser. Un pas en avant, deux pas en arrière, l'exécutif hésite à trancher dans le vif pour ne pas froisser son électorat. La mesure qui illustre le mieux cette idée, c'est la niche fiscale pour les seniors. Une exonération de charges patronales pour les personnes âgées de plus de 70 ans qui emploient des aides à domicile pour le ménage, le repassage, le jardinage, les courses... Après avoir annoncé la suppression de cette niche, dès le lendemain, le gouvernement se ravise. Couac de communication ou pression trop forte ? C'est à n'y rien comprendre !

Une fuite...

Ce sont nos confrères des Echos qui ont révélé l’information ce lundi 23 septembre " dans le cadre du prochain projet de loi de finances, le gouvernement compte raboter une niche sociale profitant aux personnes âgées qui emploient un aide à domicile ". Bien sûr, la mesure est intéressée, le gouvernement économiserait " 310 millions d'euros en 2020, puis 360 millions les années suivantes " ont estimé nos confrères.

Une fois que l’information a fuité, Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement a confirmé " l’abattement dont vous parlez permet aussi bien d’avoir quelqu’un qui va vous accompagner à domicile quand vous êtes dans la difficulté ou dans la dépendance que de vous payer un jardinier […] nous souhaitons recentrer les choses pour que les aides, quand elles existent, elles s’adressent aux personnes qui en ont le plus besoin " faisait-elle valoir au micro de nos confrères de LCI.

Le gouvernement souhaitait limiter cette niche fiscale aux personnes âgées de plus de 70 ans dépendantes ou handicapées. Pour les autres, c’était la fin du système. Ces seniors là, se seraient donc retrouvés à payer des cotisations patronales.

Les retraités dans le viseur... une fois de plus

Sauf qu’à peine ébruitée, la mesure à tout de suite fait débat. "Une fois de plus, on tape sur les retraités" s’indignaient certaines voix contradictoires au sein même de la majorité. Depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir, les seniors n’ont pas été épargnés : sous-indexation des pensions, augmentation de la CSG même si le gouvernement a reculé, le bad buzz était quand même là… et avec la réforme des retraites sur le feu, ça fait beaucoup....

Lire aussi : CSG : l'État fait marche arrière, les retraités sont remboursés

Les gramouns plus précaires que les seniors métropolitains

Bien évidemment, l’annonce de la suppression de cette niche fiscale a encore plus de retentissement dans notre département où nos gramounes sont plus précaires que les seniors métropolitains. Un tiers des gramounes  réunionnais déclarent de faibles ressources financières avec moins de 800 € mensuels au sein de leur foyer et 26% déclarent y arriver difficilement.

Cette mesure a aussi inquiété les professionnels du secteur. Olivier Vitry est le patron de Tamarins services, une entreprise de services à la personne " avec cette mesure, le gouvernement favorise le travail au noir, le phénomène va monter en flèche " s’indigne le chef d’entreprise avant de poursuivre " les personnes âgées dont nous nous occupons vont réduire les heures, au lieu de prendre 10h, par exemple, elles n’en prendront que 8. Et nous, pour combler ce manque à gagner, nous serons obligés d’augmenter le volume d ‘heures au détriment de la qualité du service " s’inquiétait Olivier Vitry.

L'éxecutif fait marche arrière

C’est justement les acteurs du secteur de l’aide à domicile et des proches de personnes âgées qui ont fait fléchir le gouvernement. À peine ébruitée, la mesure a provoqué un tollé.

Dès le lendemain de l’annonce, Edouard Philippe, le Premier ministre a annoncé, devant les députés, avoir demandé à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud de renoncer à la limitation de la niche fiscale en faveur des personnes de plus de 70 ans pour l'emploi d'une aide à domicile. Le sujet est explosif, et à quelques mois des élections municipales, le gouvernement tente par tous les moyens de ménager la chèvre et le chou.

Conclusion, la niche fiscale des seniors et maintenue mais la question est de savoir jusqu’à quand…

fh/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !