Il est mort à l'âge de 86 ans (actualisé) :

Les réactions à La Réunion après le décès de Jacques Chirac


Publié / Actualisé
L'ancien président de la République, Jacques Chirac, est décédé ce jeudi 26 septembre 2019. L'époux de Claude Chirac, Frédéric Salat-Baroux, a déclaré à l'AFP qu'il s'est "éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement". Grand homme politique, qui a dirigé la France de 1995 à 2007, il avait visité à de nombreuses reprises La Réunion. Les réactions à La Réunion risquent naturellement d'affluer dans les heures et jours à venir. (Photo d'archive RB/www.ipreunion.com)
L'ancien président de la République, Jacques Chirac, est décédé ce jeudi 26 septembre 2019. L'époux de Claude Chirac, Frédéric Salat-Baroux, a déclaré à l'AFP qu'il s'est "éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement". Grand homme politique, qui a dirigé la France de 1995 à 2007, il avait visité à de nombreuses reprises La Réunion. Les réactions à La Réunion risquent naturellement d'affluer dans les heures et jours à venir. (Photo d'archive RB/www.ipreunion.com)
  • David Lorion, député

Le député David Lorion est le premier à avoir réagi au décès de Jacques Chirac, via un message Twitter. Il s'est dit "très attristé" par la nouvelle.

Il a aussi réagi via un communiqué de presse. "C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le décès de Jacques CHIRAC. Nous venons de perdre un ami fidèle qui a toujours veillé, tant par ses paroles que par ses actes, à ce que l’outre-mer ait toute sa place au sein de la Nation.

Un lien particulier et indéfectible unissait l’outre-mer, et notamment La Réunion, à ce grand serviteur de l’Etat. Le Président aimait profondément nos territoires, ses habitants et portait sur eux un regard toujours bienveillant. Les ultramarins le lui rendaient bien en lui témoignant une sincère affection jamais démentie".

  • Nassimah Dindar, sénatrice

Nassimah Dindar s'est elle aussi exprimé sur Twitter, décrivant un "amoureux des Outre-mer, de La Réunion et de la France"

  • Ericka Bareigts, députée

Ericka Bareigts, à l'issue d'une conférence de presse programmée au moment de l'annonce du décès de l'ancien président, a expliqué qu'elle le considérait "comme beaucoup d'autres Français, Jacques Chirac comme étant un grand président qui a marqué la France et les Outre-mer". Regardez :

Elle a par ailleurs envoyé un communiqué. "Premier ministre, ministre, député, maire de Paris, il a incarné durant 40 ans de vie politique et incarne encore dans le coeur des Français un homme d’Etat. Je retiendrais de lui l’ombre et la lumière. L’ombre avec la reprise des essais nucléaires dans le Pacifique.

La lumière avec la différenciation législative pour les Outre-mer et leur reconnaissance avec l’article 73 de la Constitution et l’alinéa 5 qu’il nous reste à utiliser ou l’alignement du SMIC avec l’Hexagone en 1996. Cette ouverture, cet amour de la diversité est sans doute issue de son amour des autres cultures, notamment avec le musée du quai Branly.

Nous perdons aujourd’hui un grand homme aux qualités humaines reconnues, le leader d’une droite qui ne transigeait pas sur les valeurs républicaines et humanistes, qui a combattu l’extrême droite et reconnu la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv, qui avait interpellé les dirigeants du monde sur les dangers climatiques de notre planète en 2002 avec cette célèbre phrase

“Notre maison brûle et nous regardons ailleurs” ou la non-intervention de la France en Irak en 2003. Mes condoléances à sa famille et ses proches"

  • Cyrille Melchior, président du Département

"C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de Jacques Chirac, ancien Président de la République française.

Bien évidemment, je tiens à rendre hommage à sa mémoire et adresse mes sincères condoléances à son épouse Bernadette Chirac, à sa famille et à ses proches.

Avec sa disparition, la France perd un de ses bâtisseurs, un homme qui avait " l’amour et la fierté de la France " ancrés en lui. Il aimait particulièrement La Réunion où j’ai eu la chance de le rencontrer.

Il aura été un Président engagé pour la cause ultramarine, menant une politique audacieuse en matière d’égalité sociale et d’égalité des chances Outre-mer.
Fervent défenseur de la grandeur de la France, il aura aussi été un Président de la République résolument actif pour le développement économique et social de son pays. Je retiendrai de lui cette farouche volonté de combattre les injustices sociales, la défense des plus faibles et cette inexpugnable volonté de défendre et de se battre pour la paix à travers le monde.

Enfin, je retiendrai de lui ces mots qui m’inspirent chaque jour dans la conduite de mes responsabilités et je voudrai partager avec vous cet extrait du dernier discours officiel de Jacques Chirac : " …ne composez jamais avec l’extrémisme, le racisme, l’antisémitisme ou le rejet de l’autre. Dans notre histoire, l’extrémisme a déjà failli nous conduire à l’abîme. C’est un poison, il divise, il pervertit, il détruit. Tout dans l’âme de La France dit non à l’extrémisme, le vrai combat de la France, le beau combat de France, c’est celui de l’unité, c’est celui de la cohésion, oui, nos valeurs ont un sens, oui, la France est riche de sa diversité ..."

  • Farid Mangrolia, référent territorial de La République en Marche

"Aujourd'hui un grand homme politique vient de nous quitter, un homme qui a servi son pays avec honneur dans la fonction la plus haute et qui fait partie de l'histoire de France. Il fut un homme de valeur, un leader qui en 2002 déjà nous avertissait des fractures de notre pays et de la montée des extrêmes en France. Nous tenons à lui rendre hommage aujourd'hui et à présenter nos sincincères condoléances à sa famille et ses proches. Nous nous souviendrons de ce Président, proche de nos territoires ultramarins et toujours bien aimé des français, français qui partageront en ce jour une immense tristesse".

  • Fédération socialiste de La Réunion

"C’est avec tristesse que nous apprenons le décès du Président Jacques Chirac. Ce que nous retenons de ce Président c’est son amour pour les Outremers. Un aveu qui a pu être entendu de tous lorsqu’il a déclaré: " L'outre-mer français, il faut l'aimer. Et, quand on l'aime, on ne peut rien lui refuser.

Élu président en 1995, il s’était engagé à continuer le chantier de "l'égalité sociale" entre les Outremers et la métropole. Un travail amorcé sous la présidence de François Mitterand, lorsqu’il était Premier Ministre. 

Cet alignement du SMIC et de l’ensemble des prestations sociales et familiales étaient des mesures socialistes, qu’il a assumé et travaillé. Tout cela, en faveur des français d’Outremers.

La Fédération socialiste de la Réunion présente ses condoléances à sa famille et aux proches et retient de cet homme d’Etat, cette considération pour les territoires et cet acharnement à agir pour les français de tous les territoires". 

  • Nadia Ramassamy, députée

"Jacques Chirac : le Président de tous les Français. Après une longue et riche vie dévouée à la France et aux Français, Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019.

Député, ministre, maire et président de la République, Jacques Chirac fut l’un des plus grands serviteurs de l’État de la France du XXe et du XXIe siècle.

Empathique avec le peuple français, fin connaisseur des civilisations et grand ambassadeur du gaullisme social, il fut toujours habité par le souci de la cohésion de notre pays, de l’hexagone aux territoires ultramarins.

Reconnaitre sans repentance des crimes de l’État français lors de la rafle du Vélodrome d’hiver, c’était lui. Alerter la communauté internationale de l’urgence du réchauffement climatique, c’était lui. Préserver la diplomatie et la paix face à la guerre des États-Unis en Irak, c’était lui. Défendre l’idéal et les valeurs de la république face à l’extrême droite, c’était lui.

Son épouse a perdu son mari, ses enfants ont perdu un père, et la France vient de perdre l’un de ses grands hommes".

  • Jean-Hugues Ratenon, député

"Je salue la mémoire du Président Jacques Chirac, je salue son parcours. Jacques Chirac était un homme de conviction. Je n’étais pas d’accord sur sa ligne politique, sa ligne idéologique ; mais il faut rappeler, alors même qu’il était pour la parité sociale, que j’ai combattu, il a accepté, suite à des négociations serrées avec Paul Vergès, de terminer l’égalité sociale entamée sous le Président François Mitterand. 

C’est encore sous l’influence de Paul Vergès qu’il a été sensibilisé au problème du réchauffement climatique qui a conduit à la création en 2003 de l’ONERC (observatoire nationale sur les effets du réchauffement climatique. Observatoire présidé par Paul Vergès depuis sa fondation jusqu’à sa mort.

Aujourd’hui, un Homme d’Etat s’en va. En tant que député de la Nation, je salue sa mémoire".

  • Margie Sudre, ancienne présidente de Région et secrétaire d'Etat à ma Francophonie

Margie Sudre, proche de l'ancien président, s'est confiée au micro de RTL. "C'est une grande suprise, j'ignorais que son état s'était empiré... C'est évidemment un immense chagrin pour moi. Je lui dois toute ma vie politique, et toute la bienveillance dont il a fait preuve à mon égard" confie l'ancienne présidente de région. "Je n'ai jamais retrouvé la même complicité avec aucun autre homme politique, il avait l'humanité qu'aucun autre homme d'Etat n'a aujourd'hui. Ca a disparu avec quelques grands noms, et je crois que c'était le dernier à avoir cette humanité et ce regard bienveillant sur tout ce qui l'entourait"continue-t-elle.

"J'ai tellement de souvenirs politiques avec lui, mais si je ne devais retenir qu'une seule chose c'est son extrême gentillesse. C'est un souvenir qui m'est très personnel : nous rentrions de La Réunion ensemble, c'était un mois de mars, il faisait encore très froid. Au moment de descendre de l'avion présidentiel, et je n'avais pas de manteau. Il me dit "mais vous n'allez pas sortir de l'avion dans cette tenue, vous allez attrapper froid !" et il est allé me chercher un pull : voilà ce qu'était Jacques Chirac" termine-t-elle.

  • Dimitri Rangama Petchy, délégué des Républicains de la 7ème circonscription

"C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que j’apprends le décès de Jacques Chirac. Ce grand homme d’Etat, amoureux des outre mers pour lesquelles il souhaitait ardemment trouver les voies d’un développement économique original " adapté au savoir-faire et aux cultures des DOM" a passionnément aimé la France et les français.

Fondateur du Rassemblement pour la République (RPR), gaulliste, premier Maire de Paris, premier ministre, il a consacré sa vie toute entière à servir la France.

Il demeura pour moi une source d’inspiration dans mon action politique au quotidien, comme l’exemple d’un homme engagé, visionnaire tout en étant proche de ses concitoyens".

  • Huguette Bello, présidente du PLR

"Avec la disparition de Jacques Chirac ce matin, la République française est en deuil. Pour La Réunion et pour les Outre-mer, c’est la fin d’une époque, celle de ces grands responsables politiques vraiment attachés à nos territoires.

Au moment des hommages, je veux garder l’image d’un Président qui a su se faire aimer des Français, le souvenir d’un grand défenseur de la diversité culturelle, le courage d’un chef d’État qui, sur la scène internationale, n’a pas hésité à s’opposer à la Guerre en Irak".

  • Fédération des Entreprises des Outre-mer

"Décès de Jacques Chirac : le dernier grand défenseur des Outre-mer.

Le Président de la FEDOM a appris avec beaucoup de tristesse la disparition du Président Jacques Chirac.

Dans notre histoire contemporaine, il restera l’homme intransigeant face aux extrêmes ou encore le président courageux qui s’est opposé à la guerre en Irak. Pour nous surtout, il reste le plus grand et le meilleur défenseur des Outre-mer et des ultramarins.

Nous ne pouvons pas oublier que c’est sous ses présidences et grâce à l’amour qu’il vouait à nos territoires que de véritables politiques de soutien au développement aux outre-mer ont été menées. Il est aussi celui qui, le premier, a parlé de statut différencié pour chaque territoire.

Nous adressons à sa famille et à ses proches nos plus sincères condoléances et saluons la mémoire d’un homme qui a marqué notre histoire".

  • Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre

"Jacques Chirac a été président de la République de 1995 à 2007, pendant ces 12 années, il est resté proche du peuple Français, il était un ami de l’Outremer, rares sont les présidents qui le connaissaient comme lui, je me rappelle de l’enthousiasme soulevé lors de sa visite à Saint-Pierre où il n’hésita pas à faire arrêter le cortège pour venir au contact des Réunionnais qui par milliers étaient venus l’accueillir.

Il était également clairvoyant sur l’évolution du monde et les risques d’une politique étrangère non maîtrisée, souvenons-nous de son refus courageux concernant l’intervention en Irak en 2003 comme de ses prises de positions dans le conflit Israélo-Palestinien.

Il s’est éteint aujourd’hui près des siens, très affaibli par une longue maladie, chaque Français se souvient de Jacques Chirac et porte le deuil aujourd’hui d’un homme toujours bienveillant, généreux et épris de cohésion sociale, il est l’inspirateur de l’égalité sociale à La Réunion".

  • Roseline Lucas, adjointe aux Avirons

"Je rends hommage à Jacques Chirac, un homme qui aimait profondément l'outre mer . Aux Avirons nous gardons un très bon souvenir de son passage sur notre commune où il a pris le temps de déjeuner au Tevelave en mars 1996. Nous perdons un grand président,un grand homme d'État, un homme de contact proche du peuple".

  • Imrhane Moullan, référent départemental de Agir La Droite Constructive

Notre République vient de perdre un grand Président ! En ma qualité de référent départemental du parti Agir la Droite constructive, mais surtout comme militant gaulliste RPR / UMP depuis plus de 20 ans, je rends hommage à Monsieur Jacques Chirac et présente mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Celui qui fut le Meilleur des " meilleurs d’entre Nous " aura marqué l’histoire par ses prises de position héroïques contre la guerre en Irak, en faveur des Palestiniens face à Israël, ou encore en faveur de l’écologie et du climat au Sommet de Johannesbourg (" Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ") : il reste un modèle pour les nouvelles générations d’élus !

  • Joseph Sinimalé, maire de Saint-Paul

"La France a perdu un grand homme. C’est avec une immense tristesse que j’ai appris la disparition de Jacques Chirac. La France a perdu un grand homme, un grand Président  et moi un ami.

J’avais noué des liens très forts avec l’ancien président de la République à l’époque où il était encore maire de Paris. De lui, je me souviendrai d’un homme juste et droit, fervent défenseur des valeurs de la République, passionné par la France et les Français et surtout véritable amoureux des départements d’outremer, notamment de la Réunion où il a séjourné à de nombreuses reprises".

  • Jean-Luc Poudroux, député

"C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotions que j’apprends la disparition du président de la République, Monsieur Jacques Chirac.

La France perd aujourd’hui un grand homme d’État qui a fait et qui fait encore la fierté de notre nation. Je pense tout particulièrement à la position du Gouvernement français au moment de la guerre en Irak où nous avons choisi sans équivoque l’axe de la raison.

Je garde aussi en mémoire les caractères d’un homme généreux, entièrement dévoué aux intérêts supérieurs de la France, à son immense culture et bien entendu à son profond attachement à nos territoires, à nos Outre-mer, à nos racines.

La famille politique à laquelle j’appartiens est en deuil et se sent particulièrement orpheline. Je pense aux nouvelles générations de femmes et d’hommes qui veulent s’engager en politique et qui trouveront, j’en suis certain, le ressort qui leur manquait. A Madame Bernadette Chirac, à Claude et à toute sa famille, j’adresse mes plus sincères condoléances"

  • Olivier Hoarau, maire du Port

"La France, La Réunion et Le Port saluent un grand Homme d’État ! C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Jacques Chirac. Un Homme d’une grande culture, défenseur des arts premiers qui a permis la création du Musée du Quai Branly.

Il était bien évidemment un Homme d’État à stature internationale, preuves en sont sa prise de position face à George Bush contre la guerre en Irak, et son discours mémorable lors du Sommet de la Terre à Johannesburg en faveur de la transition écologique, avec ces paroles qui résonnent plus que jamais aujourd’hui :" Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ". 

Jacques Chirac avait également incarné " La République Debout " face à l’intolérance du Front National en 2002. Il fut et restera un Président d’envergure historique. A ses proches, à sa famille, nous adressons nos sincères condoléances".

  • Ibrahim Patel, président de la CCIR

"C'est avec beaucoup d'émotion et de tristesse que j'ai appris le décès de l’ancien Président de la République, monsieur Jacques Chirac. Toute sa vie il a été un fervent défenseur des outre-mers.

Nous devons saluer son action visant à faire reconnaître nos spécificités et son investissement en faveur de l’évolution de l’économie réunionnaise. Il portait notre île dans son cœur, il aimait notre culture, notre population et plus particulièrement notre jeunesse.

Avec sa disparition, la France perd l’un de ses grands républicains et serviteurs. Mes pensées et mes condoléances vont donc à sa famille et à tous ses proches"

  • Le MEDEF Réunion salue l’engagement de Jacques Chirac pour les Outre-­‐Mer

Le MEDEF Réunion regrette sincèrement la disparition du grand homme qu’était Jacques Chirac et tient à saluer son engagement et son affection pour les outrer-mer. Jacques Chirac nous rappelait que c’était de nous que viendrait le succès, de nos efforts, de notre courage, de notre combativité, de notre imagination. Dès 1996, il nous exhortait à trouver les voies d’un développement économique original, adapté à nos savoir-faire et à notre culture.

Ces paroles restent fortes de sens encore en 2019, donnant ainsi toute la vision qu’avait cet homme d’Etat, fervent défenseur des valeurs de tout un peuple réparti sur tous les océans.

  • André Thien Ah Koon, maire du Tampon

"Le décès de notre Ami, Jacques Chirac ancien président de la République, me bouleverse et touche sans aucun doute possible tous les Réunionnais. Eu égard à son état de santé, j'apréhendais cet instant.

C'était un gaulliste de premier ordre, un homme politique majeur de la 5ème République qui a consacré une bonne partie de sa vie à lutter contre la fracture sociale et à préserver l'unité des Français.

Son action à l’échelle internationale, forçait le respect. Il restera dans l’histoire celui qui a eu le courage de dire  " Non  à la guerre en Irak ", dans la fidélité au principe gaulliste de l’indépendance de la France.

Il a été aussi l’un des premiers Chefs d’Etat de la planète à marquer sa sensibilité face au défi du changement climatique. " La maison brûle mais nous regardons ailleurs " avait--il déclaré au sommet de la Terre, à Johannesburg en 2002.

Il bénéficiait aussi d’une grande estime, d’une grande audience, en Asie et dans de nombreux pays africains.  Il a été aussi le grand artisan de la réconciliation  franco-malgache.

Nous, Réunionnais, ne devons surtout pas oublier qu'il mena à terme le projet d'égalité sociale à la Réunion par l'alignement du SMIC.

Quant à nous, Tamponnais, nous serions impardonnables d'oublier, qu'à une certaine période tragique de l'histoire de notre commune pendant laquelle nous n'étions plus aprovisionnés en eau de source, que Jacques Chirac, Premier ministre de l'époque ordonna aux autorités locales de nous accorder les autorisations nécessaires pour la réalisation du captage du pont du diable; ce fut notre salut.

Sa gentillesse, sa sapience, lui ont valu d'être très apprécié dans notre île, et, personnellement, sa disparition me touche profondément.

C'est peut être par prémonition que j'avais déjà pris la décision de proposer à mes collègues que la future extension de l'avenue du Général de Gaule, porte le nom du Président Chirac. Sur ce sujet, le Conseil Municipal sera amené à délibérer après demain le 28 septembre 2019.

En de pareille circonstance, au nom des Tamponnais, et au-delà, des Réunionnais,  je présente à sa famille l'expression de notre profond respect. A son épouse Bernadette et en particulier à sa fille Claude, nous adressons nos plus vives condoléances".

  • Annick Girardin, ministre des Outre-mer

Annick Girardin a réagi via Twitter, rappelant l'engagement écologique de l'ancien président

  • Gilbert Annette, maire de Saint-Denis

"J’apprends avec tristesse la disparition du Président Jacques Chirac à l’âge de 86 ans. Je veux saluer l’Homme politique qui aura marqué La Réunion en finalisant en 1996  le processus d’égalité sociale entre l’hexagone et notre île. Initié sous la présidence de François Mitterrand dont il était alors le Premier ministre, Jacques Chirac, devenu Président de la République mettait ainsi fin à trente ans d’injustice sociale.

Je veux saluer le Président des Françaises et des Français qui a su créer un lien affectif singulier avec la Nation. Je veux aussi saluer la mémoire de l’Homme d’Etat appartenant à cette génération qui savait encore incarner la France et ses valeurs dans le monde.

Je veux enfin saluer l’homme, dans toute la simplicité de son humanité à travers le courageux combat qu’il a mené jusqu’au bout contre la maladie, ramenant chacun de nous à l’indispensable humilité dans la conduite de nos actions, en toutes circonstances.

A son épouse Madame Bernadette Chirac ainsi qu’à ses filles et ses proches, je veux adresser en mon nom ainsi qu’en celui de l’ensemble des Dionysiennes et des Dionysiens, le témoignage de notre considération, de notre respect et de nos sincères condoléances"

  • Michel Dennemont, sénateur

"Jacques Chirac nous a quittés à l'âge de 86 ans. Nous ne pouvons que rendre hommage à ce grand homme d'État. Une personnalité politique hors norme qui pensait toujours aux départements d'outre Mer. Un homme de dialogue qui avait le sens du contact et de la proximité. Sa visite dans notre commune en 1996 aura été un des moments inoubliables de ma fonction de maire. Les avironnais sont encore fiers d'avoir pu accueillir le Président Chirac dans le village du Tevelave. Mes pensées vont ce soir pour son épouse et ses proches"

         • Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André

Mes chers compatriotes, omme vous, j'ai été très ému, très peiné, je dirai même bouleversé d'apprendre la mort de notre Ami, le Président de la République Jacques Chirac. Vous avez eu certainement l'occasion de le voir à la Réunion, lors de ses nombreuses visites. Et vous m'avez souvent entendu dire que Jacques Chirac était l'avocat talentueux, généreux et efficace de l'Outre-Mer français. J'ai eu l'honneur et la chance de travailler à ses côtés comme parlementaire depuis 1986.

C'est grâce à lui en tant que Premier ministre de François Mitterrand, que mon frère Louis Virapoullé et moi-même avons pu faire voter la loi de défiscalisation des investissements, qui a transformé l'économie de l'île, qui a permis à toutes les entreprises de moderniser leurs outils de production, de développer leur marché, d'améliorer leur productivité, aux pères et aux mères de familles de construire leur maison, et de réduire ainsi leur impôt.

C'est grâce à lui que le statut de Région ultra périphérique que j'avais obtenu en tant que président de l'inter-groupe interparlementaire DOM TOM en 1991 auprès du Président François Mitterrand, que cet annexe au Traité de Maastricht a pu être inscrit dans le Traité d'Amsterdam, Jacques Chirac a milité pour que notre statut soit gravé dans le marbre du Traité de Lisbonne.

C'est grâce à lui que les grandes réformes sur le logement social ont pu être mis en place, et il a veillé personnellement à ce que les financements soient assurés.

C'est encore grâce à lui que nous avons mis en place le plan de modernisation de l'économie sucrière dans les années 1972 quand il était Ministre de l'Agriculture de Georges Pompidou.

C'est grâce à lui que la France n'a pas cédé au diktat américain dans la guerre meurtrière qui a eu lieu en Irak et qui a transformé ce pays en charnier, et aujourd'hui en territoire ingouvernable.

Jacques Chirac nous quitte aujourd'hui. C'est le plus grand Président de la République que j'ai eu l'honneur de connaître et avec qui j'ai travaillé. J'ai beaucoup apprécié Giscard et Mitterrand, mais je dois dire que sur le plan de l'affection, de l'efficacité, de la spontanéité dans la réponse et de la permanence dans la vigilance qui était la sienne à l'égard de l'Outre-Mer, personne n'a pu l'égaler.

A sa femme Bernadette que je connais bien et que mon épouse aussi connaît bien, à sa fille Claude, à son petit-fils qu'il aimait tant, j'adresse nos sincères condoléances de toute la Réunion et aussi toute notre affection car il le mérite bien.

Bien évidemment, nous ferons dire dans les jours qui viennent, une messe à son intention à l'église de Saint-André et je convie les Réunionnaises et les Réunionnais à lui rendre un hommage à l'occasion de cette messe.

  • Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne

"C’est avec une vive émotion et une grande tristesse que j’ai appris, aujourd’hui, le décès de Monsieur le Président de La République, Jacques Chirac

Homme de principes et de valeurs, il a eu à cœur, pendant toute sa vie militante et politique, de mettre en exergue les valeurs de la République Française. J’ai d’ailleurs eu l’occasion et le plaisir de pouvoir le côtoyer, a différents moments, sur différents dossiers.

De cet homme politique, je retiendrai 3 choses, parmi beaucoup d’autres :

La première, concerne son intervention à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 02 septembre 2002, intervention qu’il fit devant l’assemblée plénière du IVème Sommet de la Terre. Cette phrase désormais culte mais néanmoins toujours d’actualité : " Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ", reflète toujours l’urgence de la situation catastrophique de la planète et de la nécessité d’une réelle prise de conscience de tout un chacun.

La deuxième chose, que je retiendrai de Jacques CHIRAC, est son amour de la culture et des cultures, au pluriel. Il était un homme d’une grande culture et il nous a légué son amour et son profond respect des civilisations du monde. Le Quai Branly, musée des arts et des civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, est le musée que Jacques CHIRAC a légué pour la diversité des cultures.

Et enfin, troisième chose que je souhaiterai mettre en avant de Jacques CHIRAC est le refus qu’il a exprimé, en 2003, de la guerre en Irak et ce, malgré la volonté des États-Unis. Pour lui, en fin analyste de la macro économie, cette guerre en Irak aurait eu un terrible impact sur le monde et ne ferait que déstabiliser la région. Cette décision a été un moment clé dans sa carrière politique.

Je réitère, par le biais de ce communiqué, mon profond respect pour ce grand Homme.

       • Olivier Rivière, maire de Saint-Philippe

C'est avec une profonde tristesse et émotion que les élus du conseil municipal et moi même avons appris le décès du Président Chirac. Nous avons tenu à lui rendre un hommage en observant à l’ouverture hier soir du conseil municipal une minute de silence.

La France vient de perdre un de ses plus grands serviteurs. Il restera dans nos mémoires comme l’un de ses plus fervents défenseurs, lui qui symbolisait à la fois la France des villes, celle des champs, sans oublier celle des outre-mer qu’il aimait tant et qui le lui rendait bien.

Je garderai de lui l’image d’un grand Président de la République proche des françaises et français, où qu’ils soient dans le monde et d’où qu’ils viennent ; un grand Président, un vrai humaniste engagé contre l’extrémisme qui a incontestablement marqué son époque. Que nos pensées l’accompagnent dans son dernier voyage.

J’adresse en mon nom et au nom du conseil municipal de Saint-Philippe mes plus sincères condoléances à la famille Chirac, ses proches et amis.

       • Serge Hoarau, maire de la Petite Ile

La France, la France rurale, la France de la terre, la France des Outre Mers, perd un Homme d’Etat jovial et attachant. Paris, la ville lumière, perd son premier Maire élu au suffrage universel. La Corrèze perd son premier ardent défenseur.

La Nation est en deuil, le président Jacques Chirac s’en est allé

       • Bernard Picardo, président de la Chambre de métiers et de l'artisanat de La Réunion

Jacques Chirac, l’artisan. Les hommages sont unanimes pour souligner la grandeur de l’immense homme d’état que La France perd en la personne de Jacques Chirac mais également pour rappeler ses qualités humaines notamment sa grande proximité avec le terroir et le monde rural.

Je souhaite pour ma part rendre hommage à celui qui avait montré sa confiance dans l’artisanat et en particulier dans l’artisanat domien en confiant à Hilaire Maillot, une mission sur l’artisanat ultramarin alors qu’il était Premier Ministre.

C’est également en sa qualité de Premier Ministre qu’il a inauguré le 19 novembre 1987, le siège de Champ Fleuri que la Chambre de Métiers occupe toujours aujourd’hui. Je veux ici saluer la mémoire de ce grand visionnaire, ami des artisans.

       • Stéphane Fouassin, maire de Salazioe et président de l'association des maires

C’est avec tristesse et émotion que nous avons appris la disparition de l’ancien Prédisent de La République Jacques Chirac. En ma qualité de Président de l’Association des Maires du Département de La Réunion, j’exprime toute ma reconnaissance à un homme qui a incarné une France fidèle à ces valeurs républicaines et
humanistes.

Nous perdons un homme d’état que nous aimions et qui aimait les Outre-mer. C’est chez nous, ici, à La Réunion, qu’il aimait venir pour des visites officielles comme pour ces vacances en famille.

Sa mémoire restera dans l’Histoire de la France comme dans le coeur de tous les réunionnais. Au nom de tous les Maires de La Réunion et des élus municipaux, j’adresse mes sincères condoléances à sa famille et en particulier à son épouse Bernadette Chirac.

         • Jean-Claude Fruteau, maire de Saint-Benoît 

"Hier, les Français ont perdu un de leurs grands hommes d’Etat. Jacques CHIRAC a marqué l’histoire de la France. Il a inlassablement défendu les valeurs de la France en Europe et dans le monde. Il aimait particulièrement les Outre-Mer.

Au nom du conseil municipal et de la population de Saint-Benoît, je salue sa mémoire et adresse mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches."
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !