Elections (actualisé) :

Municipales 2020, le scrutin qui a les régionales en ligne de mire


Publié / Actualisé
Dans moins de 6 mois, le 22 mars 2020, nous connaîtrons les noms des 24 maires de l'île, élus ou réélus. Outre l'importance du scrutin lui-même compte tenu de l'impact sur les projets communaux, cette élection est stratégique sur plusieurs points : chasse aux dinosaures, clarification de l'échiquier politique ou encore mise en bouche avant les départementales et régionales de 2021, analyse des différents enjeux des municipales 2020 (Photo archives rb/www.ipreunion.com)
Dans moins de 6 mois, le 22 mars 2020, nous connaîtrons les noms des 24 maires de l'île, élus ou réélus. Outre l'importance du scrutin lui-même compte tenu de l'impact sur les projets communaux, cette élection est stratégique sur plusieurs points : chasse aux dinosaures, clarification de l'échiquier politique ou encore mise en bouche avant les départementales et régionales de 2021, analyse des différents enjeux des municipales 2020 (Photo archives rb/www.ipreunion.com)

C’est partie pour la chasse aux "dinosaures" !

C’est Didier Robert, président de Région, qui avait donné le tempo le 11 janvier 2018. "Il faut mettre dehors ces dinosaures" avait-il déclaré, devant une centaine de militants, en faisant allusion à Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, et Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André. Si 2014 avait en effet vu le retour (ou le maintien) de dinosaures tels que Joseph Sinimalé, André Thien Ah Koon ou encore de Gilbert Annette, ce scrutin de 2020 sera incontestablement celle de la chasse aux sortants, dans un contexte de gilets jaunes où les maires en place ont été considérablement malmenés.

Mais un ancien pouvant en cacher un autre, cette élection pourrait aussi être celle du retour d’anciens "dinosaures" tels qu’Alain Bénard, ex maire de Saint-Paul, qui a annoncé sa candidature sur la commune de l’Ouest, Bruno Mamindy Pajany qui croisera une fois de plus le fer avec Michel Vergoz à Sainte-Rose, ou encore de Serge Camatchy, ancien premier adjoint de Jean-Paul Virapoullé, qui fait acte de candidature à Saint-André.

Et puis il y aussi le dénonceur de "dinosaures", devenu "dinosaure" à son tour (et oui le temps passe si vite) en l'occurrence Didier Robert qui n'a pas l'intention de raccrocher...

La droite en ordre dispersée... pour l’instant

Depuis l’élection de Cyrille Melchior à la présidence du Département, en décembre 2017, rien ne va plus à droite. Didier Robert et Michel Fontaine, qui avaient déjà très peu de points d’accroche, ne mangent plus un grain de sel ensemble. La Sénatrice Nassimah Dindar ne cache quant à elle pas sa rancune envers le Président de Région, accusé d’avoir trahi l’accord élaboré en vue des sénatoriales de 2017.

Jean-Paul Virapoullé marche sur des œufs, tiraillé par une volonté de rendre la monnaie de sa pièce à Didier Robert, et la nécessité de se préserver en limitant les candidatures multiples à droite qui pourraient fortement affaiblir son fils, Jean-Marie Virapoullé. Elle est loin la belle idylle entre tous ces élus qui se donnaient la main, applaudissaient et chantaient ensemble à chaque victoire électorale ces dernières années. Pour la première fois depuis 2014, la droite se présente en ordre dispersée, ce qui pourrait lui coûter très cher.

A moins que dans un éclair de lucidité, elle ne parvienne à se réconcilier au profit de "l’intérêt supérieur de La Réunion et des Réunionnais" après des mois de querelles et de petites phrases. C’est en tout cas ce qui se bruisse en coulisse.

Certaines sources affirment qu'un rapprochement entre Michel Fontaine et Didier Robert est peut-êtere dans l'air du temps. La rumeur est basée sur les appels du pied à peine cachés que le président de Région opère en direction du maire saint-pierrois.

Les mêmes sources soulignent que ces tentatives de rapprochement sont le fruit d'une réflexion de Didier Robert : il se serait rendu compte qu’il ne pourra remporter les régionales sans renouant avec les maires qu’il a pu mépriser, tels que Jean-Paul Virapoullé ou le chef des Républicains à La Réunion.

D’où les opérations séduction lancée ces dernières semaines par le président de Région afin de reconquérir les cœurs de ces édiles. Mais dans le même temps – et très paradoxalement -, il  pousserait plusieurs candidats à se présenter contre les maires qu'il veut séduire... Comprenne qui pourra.


La gauche en quête d’unité

Scénario inverse à gauche où on cherche à faire bloc pour maximiser les chances de victoire lors de ces municipales. Le cas saint-paulois est symbolique de cette dynamique d’union.

Huguette Bello a d’ores et déjà réussi à rassembler la grande majorité des forces de gauche, y compris le parti communistesur la Possession. Pour les autres communes le PCR ne s’est pas encore prononcé. Mais il y devrait y avoir un front commun, aux côtés de la députée, contre le maire sortant, Joseph Sinimalé.

Ce schéma pourrait bien sûr être reproduit sur une majeure partie des communes de l’île (Saint-André, Saint-Denis, Sainte Suzanne ou encore Saint-Pierre) même si certains territoires pourraient être le théâtre de duels fratricides à gauche. C’est notamment le cas au Port où Olivier Hoarau pourrait avoir fort à faire face à deux possibles candidats issus de la gauche, Sergio Erapa, conseiller départemental du Port et élu de la majorité municipale portoise qui a déjà pris ses distances avec son édile, et Pierre Vergès qui pourrait lui aussi faire son grand retour sur le devant de la scène politique.

Chez La République en Marche, c’est le grand flou

Une chose est sûre, chez La République en Marche, on sait entretenir le flou. La faute très certainement au système de désignation des candidats ? Ou encore à un manque d’encrage territorial à La Réunion ? Pour Farid Mangrolia, référent départemental LREM, tout semble aller pour le mieux au sein de son parti, nous confiait-il il y a quelques mois.

Entre temps, Stéphane Bijou a été élu député européen pour La République en Marche. Depuis,  plus grand-chose si ce n’est que tous les soutiens de l’ancien journaliste fraichement élu se sont retrouvés le 14 septembre dernier autour de ce dernier et du sénateur Michel Dennemont, à l’initiative de cette rencontre.

Parmi les présents, les présidents des collectivités départementales et régionales, Michel Vergoz, Anne Flore Deveaux, conseillère départementale ou encore Fabienne Couapel Sauret, conseillère régionale. Du beau monde, mais toujours très peu de visibilité sur la stratégie municipale de LREM, qui a lancé un appel à candidater à la candidature.

Didier Robert, quant à lui, continue de faire les yeux doux à Emmanuel Macron et à son parti. Peut-être sera-t-il tenté de faire une OPA sur le parti présidentiel au niveau local. La visite prochaine du Président de la République à La Réunion devrait permettre d’y voir plus clair, et surtout d’afficher les soutiens assumés de La République En Marche à La Réunion.

Et le renouveau dans tout ça ?

Outre les nouveaux visages qui pourraient bien faire leur apparition sous l’étiquette LREM, d’autres jeunes loups ont déjà fait part de leur velléité de se lancer dans la course aux municipales.

Il s’agit notamment de l’avocat Patrice Selly à Saint- Benoît, Mike Sihou (Agir 974) et Ranjit Camalon à Saint-André, d’Imrhane Moullan (Agir 974) à Saint-Pierre, ou encore du parti Croise et Sser d’Alexandre Laï Kan Cheong qui a déjà annoncé plusieurs candidats, dans le bassin nord-est. Le leader de Croire et Oser a d’ailleurs annoncé sa candidature à Sainte-Suzanne.

Il faudra peut-être aussi compter aussi sur des "listes gilets jaunes", qui voudront capitaliser sur la dynamique amorcée fin 2018 pour faire entendre la voix des gilets jaunes au sein des différentes instances communales.

Les municipales, un avant goût (ou un arrière goût...) des départementales et des régionales

Une chose est certaine, les résultats des municipales seront riches en enseignements en vue des élections départementales et régionales de 2021. Tout stratège politique le dira, chaque choix, chaque alliance, chaque positionnement qui sera fait durant ces prochains mois aura forcément un impact sur les deux prochains scrutins majeurs.

Parmi les principaux chefs d’orchestre en lice, c’est certainement Didier Robert qui a le plus à gagner, ou à perdre. En effet, les résultats de ces élections municipales donneront à voir la dynamique pour les prochaines élections.

S’il veut garder la tête de la Région, il devra démontrer qu’il pèse encore sur l’échiquier politique local et surtout, qu’il est capable de faire gagner. D’où certainement le rapprochement avec LREM sans pour autant exclure - en tout dans sa réflexion -, une alliance avec la droite de Michel Fontaine.

Comment sera perçu ce grand écart qui devrait faire beaucoup de dégâts parmi les candidats plus ou moins officiellement soutenus par Didier Robert et qui pourraient se retrouver le bec dans l’eau si la droite se réconciliait ?

Quels impacts auront sur les candidats soutenus par Didier Robert les enquêtes préliminaires mettant en cause le président de Région et les problématiques rencontrées dans le cadre du chantier de la Nouvelle route du littoral?

Autant de questions pour le moment en suspens et dont les réponses pèseront lourds sur les élections départementales et de régionales de 2021.

Reste aussi à savoir comment la population réagira à toutes ces palabres et tractations... Le taux d'abstention de plus en plus élevé au fil des scrutins est un début de réponse...

www.ipreunion.com

   

13 Commentaire(s)

A imazpress, Posté
A vous de mettre en lair les autres et nouveaux afin de renouveler cette classe politique. Entre nous vous encecez bello cest connu.
@ Pseudo 1, Posté
@ Pseudo 1 alé plante salade si bor trotoir don !
PSEUDO 1, Posté
un edito qui est mal écrit, mal foutu et qui n'a rien à voir avec les editos de Montrouge et autres. Un édito qui essaie de faire du journalisme
La vérité, Posté
Concernant le Port pour les candidats potentiels vous avez oublié le Pcr car depuis 2014 contrairement aux sois disant candidats , le pcr est sur le terrain auprès de la population au conseil municipal la représentante de l'opposition madame Gador a toujours montré au créneau pour dénoncer ,la preuve le sortant veut porter plainte pour diffamation pour la faire taire .pour monsieur Erapa le bilan du maire sortant est aussi son bilan vu que jusqu'à ce jour il touche son indemnité même étant fantÃ'me pour les conseils municipaux et qu'il n'a jamais eu le courage de démissionner. Le PCR n'a dit don dernier mot.
KUNTA KINTé, Posté
Quel malheur en voyant cette photographie . Ces 2 là ne vont pas passer ensemble la prochaine fin semaines , il y a tellement d'amour dans leurs yeux ... Ainsi soit - il
Pretty woman, Posté
Il manque un ingrédient important à ce cari....
Le score potentiel du Rassemblement National.
N'oublions pas le score local aux européennes et l'impact de l'abstention sur les résultats de ce parti...
Mikael, Posté
Madagascarade
ZembroKaf, Posté
Un rapprochement entre DIdier Robert et Michel Fontaine...lol !!!
Michel est un rancunier de première...il est prêt a semé la zizanie entre 2 camarades...pour son "bien" !!!
Michel veut la main-mise sur les 2 collectivités "Région et Département"...pour l'instant il a "Melchior" au CD...il ferra tout pour mettre "son candidat" à la tête de La Région...mais pas Didier Robert !!!
Didier Robert va se présenter à Saint Denis...en cas de victoire par le "jeu" des recours il cumulera "maire/président" et se représentera à la Région...et en encore en cas de victoire il "donnera" la mairie à JJ Morel (il en rêve mais ne sera jamais maire sur son nom) et il gardera la Région !!!
Mais Didier Robert ne sera pas maire de Saint Denis (il passe mal auprès des dionysiens...malgré ces soutiens médiatiques)...et il risque de perdre la Région (très grosse possibilité) !!!!

Gueénec, Posté
Sur la photo on dirai je t'aime moi non plus
Gueénec, Posté
Que de monde autour de la soupière c' est que la soupe est bien garnie en opportunités juteuse en avantages sonnant et trébuchant
Leo, Posté
Bonjour l analyse est plus que correct ,c est bien cela,beau travail sur la réalité de terrain....juste une notre problématique pour st Paul, si bello gagne le président du département a du mourrons à se faire, et que jean marie virapoullé passe à st André qui sera le nouveau président du département ou présidente....le retour de nassimah n est pas à exclure.....a ???
Caillou, Posté
Vous parlez pour ne rien dire. Histoire de garder l'espace médiatique. "Y pèse la queue pour voir si la tête y bouge. .."
CHABAN, Posté
"l'intérêt supérieur de La Réunion et des Réunionnais"Erreur dans le texte, fallait-il lire: "l'intérêt supérieur de La Réunion et de leurs portes monnaie " (^^ Chaban - webmaster)